PARTAGER

Bienvenue pour les Highlights revenant sur les sorties VO de DC du 28 septembre. Pour une fois, c’est Superman qui a la part belle cette semaine, avec aussi les nouveautés Deathstroke Inc. et le crossover Batman vs Bigby de l’univers de Fables.

LES COUPS DE CŒUR

Highlights de la semaine #148 (Deathstroke Inc., Batman vs Bigby,...) 10

Superman : Son of Kal-El #3

Scénario : Tom Taylor

Dessins : John Timms

Cette semaine, c’est la chialade. En effet, il est temps pour Jon de voir son papounet partir pour les étoiles (voir Action Comics pour en savoir plus), et pour Tom Taylor de nous livrer des adieux sacrément émouvants. Dans cet échange de quelques pages sont habilement brassées les thématiques de la fatalité et du devoir, pour se conclure sur une passation de pouvoir. Ça y est, nous y sommes, Jon Kent est Superman.

S’il s’agit là du temps fort du numéro, ce n’est pas tout ce qu’il nous réserve. Après avoir vu Jon sauver des réfugiés d’une mort certaine, on appréciera largement de voir ce récit se poursuivre ici à travers une nouvelle prise de position de la part du jeune héros. Certes, Taylor nous livre une prestation un peu simple et naïve, mais qui ne manque pas de cœur. C’est ce qu’on attend de lui, bien qu’on apprécierait aussi de le voir dépeindre cette situation avec davantage de complexité.

Les fans de Lois Lane seront également ravis de voir la journaliste mise en avant dans une scène assez drôle et qui nous rappelle qu’elle dispose d’une aura légendaire elle aussi.Finalement, petite note sur les dessins de John Timms. Si ceux-ci ne manquent pas de charme et proposent une mise en scène un peu plus originale de temps à autre (on pense à la page de sauvetages dans ce numéro), il est dommage de voir l’artiste parfois négliger les visages de ses personnages, bien que l’on imagine que ce soit un problème de délai.

– Mocassin

Highlights de la semaine #148 (Deathstroke Inc., Batman vs Bigby,...) 11

Action Comics #1032

Scénario : Phillip Kennedy Johnson

Dessins : Daniel Sampere

Comme l’annonce la magnifique couverture de Daniel Sampere, il est venu le temps des adieux. C’est la fin d’un arc assez particulier qui se dresse ici puisqu’il ne s’agissait que de préparer le terrain pour le nouveau statu quo des titres Superman, et force est de constater que Johnson a réussi assez solidement son coup.

Pas de surprise ici puisque ce numéro vise principalement à faire le point sur les différentes dynamiques avant le grand départ. L’auteur continue ici d’inscrire son récit dans un tout plus grand puisqu’il écrit une interaction légèrement tendue avec la Justice League, dont Clark a été exclu et qui se retrouve à devoir gérer la situation géopolitique qu’il a provoquée. 

Cette sensation de grandeur se retrouve d’ailleurs toujours dans les dessins de Sampere, qui nous offre encore une partition impressionnante et aérée, que ce soit dans l’action ou les scènes plus intimes comme les adieux avec Jon ou surtout Lois (purée que c’est beau).On remarquera aussi que DC Comics a laissé à ses auteurs une certaine liberté dans l’écriture de ces au revoir qui différent de Son of Kal-El à Action Comics (le costume de Jon aussi d’ailleurs). Rien de bien méchant puisque cela permet à chaque auteur (et dessinateur) de mettre l’emphase sur des choses différentes ou d’aborder certains sujets différemment (comme la notion de fatalité).

– Mocassin

Highlights de la semaine #148 (Deathstroke Inc., Batman vs Bigby,...) 12

Batman/Superman #22

Scénario : Gene Luen Yang – Dessins : Paul Pelletier

Après nous avoir offert un génial premier arc, il est déjà temps pour le run de Gene Luen Yang de prendre fin. Pour cela, l’auteur nous sert un délicieux one-shot mettant en scène un Calendar Man à qui Mr. Mxyzptlk a offert le don de voir en dehors des « cases ». Comme souvent avec le lutin de la 5ème dimension, nous avons droit ici à une amusante et intelligente méta-fiction. Un « genre » qui, semble-t-il, intéresse particulièrement Yang.

Cette fois-ci accompagné de Paul Pelletier, nous avons encore une fois le droit à une mise en scène originale, mettant parfaitement à profit le récit méta de l’auteur. Le résultat se montre une nouvelle fois si bon et excitant qu’on ne pourra que regretter de ne pas voir Yang poursuivre son run, le titre prenant fin ici…

-Mocassin

LES VALEURS SURES

Highlights de la semaine #148 (Deathstroke Inc., Batman vs Bigby,...) 13

Deathstroke Inc. #1

Scénario : Joshua Williamson

Dessins : Howard Porter

Williamson, toujours lui, propose une aventure de Deathstroke liée au retour des organisations du type Checkmate, T.R.U.S.T., etc. Je suis en réalité assez partagé sur les aspects graphiques et scénaristiques. Je n’adhère pas aux visages que dessinent Porter, dont le style évolue globalement mal avec le numérique, mais quelques scènes sont funs visuellement.

C’est un peu le même problème avec l’écriture de Williamson, qui est un peu le Michael Bay de DC. Le team-up de Deathstroke avec Black Canary est divertissant, ça pète de partout et on nous annonce des folies pour les prochains numéros, avec sûrement des tonnes de révélations à la clé, mais ça reste très bas du front, à la limite du stupide dans certains dialogues. C’est sûr qu’on a pas le Slade de Priest, mais pour l’instant, on va dire qu’on s’amuse suffisamment.

– Sledgy7

Highlights de la semaine #148 (Deathstroke Inc., Batman vs Bigby,...) 14

Robin #6

Scénario : Joshua Williamson

Dessins : Gleb Melnikov

Il y a des choses à redire pour ce numéro. Le tournoi commence enfin, et les combats sont précipités. Les parties sans bagarre étaient les meilleures dans les numéros précédents, mais déjà que ça se tapait pas souvent, là on aurait voulu un peu plus d’action.

Mis à part ça, j’apprécie toujours le titre avec ses personnages forts et leurs interactions. Damian continue d’évoluer dans le bon sens et on en apprend plus sur Flatline. L’idée du tournoi garde encore ses mystères, par contre, si c’est pour révéler que Mother Soul est la mémé de Robin, ça risque de tomber à l’eau sévèrement. Enfin, la prestation de Melnikov est encore une fois à la hauteur, il y a de l’idée et les combats sont fluides et lisibles.

– Sledgy7

Highlights de la semaine #148 (Deathstroke Inc., Batman vs Bigby,...) 15

Superman ’78 #2

Scénario : Robert Venditti

Dessins : Wilfredo Torres

Si le premier numéro était un peu fade, celui-ci ne manque pas de substance. En premier lieu, on y retrouve le Lex Luthor de Gene Hackman tout juste sorti de prison et… cherchant un emploi (c’est très drôle). La dynamique qu’entretient Superman avec lui ne manque pas d’intérêt (et de naïveté diront certains), tout comme la relation Lois/Clark qui continue de tourner en rond. Si c’est si peu original, pourquoi c’est bien ? Tout simplement parce que Robert Venditti maîtrise parfaitement ce qu’il écrit ici, tout comme les dessins de Torres entretiennent ce sentiment de retour dans une époque dont on est nostalgique.

Après l’invasion de Brainiac dans le premier numéro, rebelote ! Néanmoins, c’est déjà bien plus intéressant ici puisque Brainiac développe ses intentions et devient une menace plus personnifiée. Il n’est pas là que pour être méchant, mais pour protéger la Terre de la menace que peut représenter un kryptonien pour son environnement. Si on sait bien que Superman n’est en aucun cas une menace, les arguments de l’envahisseur sont relativement pertinents.Bref, le titre devient convaincant (et vraiment drôle, comme lors de la reprise de ce pouvoir constatable créé pour Superman II) et semble avoir une proposition classique, certes, mais réelle.

– Mocassin

LES DÉCEPTIONS

Highlights de la semaine #148 (Deathstroke Inc., Batman vs Bigby,...) 16

Batman vs Bigby! A Wolf in Gotham #1

Scénario : Bill Willingham

Dessins : Brian Level

Parce que DC a décidé de recycler tous les titres Vertigo sous la bannière Black Label, nous nous retrouvons cette semaine avec un tout nouveau crossover entre Batman et Bigby Wolf, le personnage principal de la série Fables de Bill Willingham. Série placée très haut dans mon estime tant elle a su développer, à partir d’un imaginaire collectif, un univers qui lui est propre et qui s’est renouvelé pendant plus de 10 ans. Tout ça pour quoi ? Pour nous pondre une mini-série fade et grotesque qui ne semble rien avoir à raconter. 

Le titre en dit long sur le contenu du numéro. Vous vouliez un combat entre Batman et Bigby ? (Non) Vous allez être servis. Pour quelle raison ? Euh… Bah… Parce que c’est cool ! Mais encore ? Euh… Parce que Batman aime taper sur des citoyens de Gotham gratuitement ! Et les enchaîner dans sa cave ! Le tout est servi avec une enquête téléphonée, des personnages mystérieux pour pas grand-chose et surtout des dialogues beaucoup trop insipides.

Ce comics aurait été agréable s’il avait été écrit en 1990, période dont l’auteur semble s’inspirer pour écrire un Batman tout en muscles, accompagné de trois Robins qui servent bien plus de faire valoir qu’autre chose. Et les dessins sont également d’un autre temps. Seule la composition, très inspirée de celle de Mark Buckingham sur le titre Fables original, arrive à tirer son épingle du jeu. Le plus gros reproche que l’on puisse faire à ce premier numéro spin-off cependant, c’est son absence d’âme. Tout l’univers créé par Willingham est ici réduit à « Bigby Wolf se fait casser la gueule par Batman ». Et c’est dommage. Pas pour ceux, comme moi, qui ont déjà lu et apprécié Fables, mais surtout pour ceux qui auraient pu y être emmenés par cette série. Passez votre chemin… Le temps des Fables est définitivement révolu.

– Justafrogg

Sledgy7

Sledgy7

Comme tout enfant des années 90, Sledgy a grandi avec Batman et DC Comics, à travers les séries et les films, avant de dilapider son argent dans les comics une fois adulte. Outre Batman et quelques héros comme Aquaman, son admiration se porte surtout sur les super-vilains. Avec sa soif de connaissances pour cet univers si riche, il aime être au courant de tout, ce qui l’a amené à rejoindre les rangs de DC Planet en tant que newseur.