Près de huit mois après sa parution VO, voici le troisième volume dédié à la série originale DCeased créée par Tom Taylor, qui met en scène l’apocalypse zombie selon DC. Ici, pas de focus sur les héros de la Justice League ou les vilains comme dans les deux précédents, ce sont les partenaires (les sidekicks, les seconds couteaux et amis) qui sont à l’honneur cette fois.

Un peu d’espoir dans ce monde de brutes

DCeased : Hope at World’s End se déroule pendant les évènements de DCeased premier du nom, et ce détail est très important. Néanmoins, il sera compliqué pour vous de comprendre tous les enjeux si vous n’avez pas lu ce tome avant. En effet, certains personnages sont soit morts, soit transformés en morts-vivants ou ont soit changés d’apparence. Ainsi, certains choix dans ce Hope at World’s End sont complètement liés aux évènements parus dans le premier volume. Il est donc conseillé de suivre l’ordre de lecture proposé par Urban Comics dans le contenu complémentaire à la fin du livre.

dceased hope at world's image1

L’histoire reprend donc lors du déclenchement de l’apocalypse. L’auteur nous fait adopter le point de vue de Jimmy Olsen, qui se trouve au Daily Planet à ce moment-là. Lorsque la situation commence à empirer un peu partout autour de lui, on a droit à un bon traitement du personnage, qui ne se résume pas qu’à être le meilleur pote de Superman, mais sait s’investir aussi, observer et réfléchir. Un choix pertinent, bien mis en scène, où le point de vue d’un civil s’avère tout aussi intéressant que celui des héros/vilains pour constater l’ampleur de la catastrophe. Pour info, ce volume contient des épisodes fillers où l’un de ces récits se concentre aussi sur des civils, et ça fonctionne tout aussi bien.

Pas de bras, pas de chocolat au Kahndaq

L’autre partie de ce volume, qui occupe les deux tiers de l’intrigue, concerne Black Adam qui tente de gérer la crise au Kahndaq. Sans spoiler le destin de certains personnages, une armée d’aliénés va se former et devenir plus dangereuse que prévu. En effet, ce groupe possède la possibilité de se téléporter à n’importe quel endroit sur Terre grâce à la capacité d’un métahumain. Elle peut attaquer à tout moment les populations encore saines, et ainsi accroître ses rangs. C’est l’occasion pour Tom Taylor de développer ce qu’il avait commencé à mettre en place dans le premier tome, à savoir la jeune génération des héros. L’accent est beaucoup mis sur Damian Wayne, Jon Kent et Cassie, qui décident des actions et stratégies à mener.

dceased hope at world's image2

Le petit souci avec ce choix de mise en scène, c’est qu’il devient difficile de se demander comment caser cette intrigue dans le récit « principal » qu’a posé DCeased premier du nom, en terme de cohérence de timing. De plus, DCeased : Hope at World’s End se déroulant en parallèle à ce même récit, on connait au moins le destin d’une dizaine de personnages principaux. Donc, il n’y a pas d’enjeux pour eux, et on sait que tout ce qu’ils vont tenter se soldera par un succès. Dommage que l’auteur ne se soit pas intéréssé à de nouvelles têtes comme pour DCeased : Unkillables.

DCseaded Light pour jeunes lecteurs

Bien plus que les précédents, ce volume semble plus light, plus doux au niveau du visuel. D’une part, les artistes enchérissent moins sur les scènes gores et de massacre. Il y a moins de têtes ou de membres arrachés, moins de scènes de combats et moins de plans serrés sur les visages mutilés. Et à contrario, même si la partie graphique devient hétérogène à cause des multiples dessinateurs qui se succèdent sur ce titre, le dessin fait plus cartoon via des expressions basiques au possible et moins détaillées.

dceased hope at world's image3

En définitive, ce tome n’est pas si indispensable que cela. Il faut avoir lu le premier DCeased sorti en 2020 pour comprendre tous les aboutissants, même si l’inverse n’est pas du tout obligatoire. Dans ce cas, vous risquez d’être déçu, car il n’y a aucune attente à espérer et très peu de suspense. Les vrais changements et originalités viennent de l’intrigue, en adoptant le regard de civils (ce que Tom Taylor réussit très bien à traiter) et d’une approche plus grand public par ses dialogues et ses dessins. Si vous êtes complétiste, vous lirez probablement ce tome. Mais si vous voulez une vraie suite, patientez jusqu’à DCeased : Dead Planet (renommé DCeased 2 par Urban Comics) qui sortira dans les rayons VF courant Octobre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.