Projet de longue date, The Other History of the DC Universe a enfin débuté et propose de revisiter les événements importants de l’univers en prenant le point de vue d’un personnage issu d’une minorité. Pour ce premier numéro, John Ridley, scénariste oscarisé, et le duo d’artistes Giuseppe Camuncoli et Andrea Cucchi explorent le passé de Black Lightning, de 1972 à 1995.

Black Lightning, l’autre héros

Ce titre n’est déjà pas comme les autres dans sa narration. Ce comics est une autobiographie de Jefferson Pierce où le personnage va effectivement partager sa vision de l’avènement de Superman, de l’apparition de ses pouvoirs et ainsi de suite. Dans la forme, cela se traduit par des blocs de texte autour d’un seul dessin par page. C’est un exercice qui ne facilite pas la lecture et pour lequel je n’ai pas été intrigué au premier abord, car il ne profite pas de toutes les particularités de la mise en page d’une bande dessinée. Il est finalement très harmonieux avec ce que l’histoire raconte grâce à une composition qui reste stylisée, et les textes de Ridley ont une certaine qualité qui ne se trouve pas dans les comics mainstream.

Other History of the DC Universe

Ce premier numéro réussit à replacer des événements très importants dans le DC Universe et dans la vie de son protagoniste en reprenant certaines dates clés de publication dans la diégèse. Ainsi, on voit d’abord les origines de Jefferson Pierce, puis on le voit devenir un héros vers 1977, date de sa création. On retrouve également son refus de rentrer dans la Justice League, les événements de Crisis on Infinite Earths ou encore la formation des Outsiders autour de Batman. Il y a un vrai respect du vécu de Black Lightning à travers une vingtaine d’années de comics, mais aussi des autres héros impliqués, notamment John Stewart.

The Other History : diégèse et éditorial

L’intérêt d’avoir ce nouveau point de vue est de permettre une remise en question de plusieurs choses. Celui de Black Lightning est d’autant plus intéressant qu’il arrive à une époque charnière où DC comprend enfin qu’il serait temps d’introduire des super-héros d’autres communautés. Il est intéressant de suivre son regard cynique, mais trop rempli de jugements, sur le Green Lantern Stewart, le premier héros noir de l’éditeur. Il y voit quelqu’un de prétentieux qui ne représente plus ce qu’il est censé représenter, avant de relativiser lorsqu’ils discutent ensemble de leurs souffrances communes.

Il est même perturbant de lire le point de vue que l’auteur lui donne au début sur Superman et la Justice League, qu’il diabolise par leur manque de diversité à l’époque et pour cette tendance à préférer combattre des menaces grandioses sans se préoccuper de la justice sociale, le cœur du combat de Black Lightning. On les voit avec une certaine arrogance, mais qui est surtout due aux scénarios des numéros de Justice League of America d’antan auxquels John Ridley fait référence. Il les dénigre mais, d’une manière méta, remet davantage en cause la politique de DC dans les années 70, et plus généralement l’Amérique de ces années-là.

Review VO - The Other History of the DC Universe #1 1

Plus tard, dans les 80s, il voit Superman et Supergirl comme des symboles reaganiens (avec un petit hommage à Watchmen qui fait toujours plaisir), mais c’est une sensation étrange de voir ces héros qu’on sait plutôt irréprochables sous un nouveau visage. Tout l’intérêt de The Other History of the DC Universe est bien dans la découverte d’un point de vue qui n’est pas celui d’un lecteur qui a lu les comics et s’est fait sa version de la “réalité” des faits. C’est une impression qu’on a souvent ces temps-ci et qu’on devrait plus souvent écouter, comme lorsqu’on apprend qu’une énième idole est en fait peu recommandable.

Qui est un héros ?

Cependant, ce cynisme s’amenuise quand le Black Lightning de la justice sociale, solitaire et impulsif, apprend à connaître ces héros qu’il ne considérait pas comme les siens pour tout ce qu’il représentait pour le monde. Avec son arrivée dans les Outsiders, il découvre véritablement les raisons pour lesquelles Batman ou Superman se battent. Dans une équipe dont les combats étaient plus politiques, il trouve sa place et comprend le traumatisme qui les a tous créés, car ils en ont tous un, et il comprend notamment le fardeau que porte John Stewart, le porte-étendard afro-américain de la Justice League.

En vieillissant, durant ces vingt années à se battre contre les criminels et à aider les jeunes en tant que professeur, il se questionne, mûrit sur ce qu’est l’héroïsme et sur les responsabilités qu’il implique. Il les comprend parfois trop tard, et nous voyons Jefferson chuter psychologiquement quand sa double vie nuit à une troisième, sa famille. En refusant à lui-même de se sentir un héros, il est d’abord incapable de voir les autres personnages comme tels, mais leur évolution et le dialogue va lui permettre (comme au reste du monde) de commencer à changer pour le mieux.

Review VO - The Other History of the DC Universe #1 2

The Other History of the DC Universe #1, c’est déjà un gros morceau. Une mise en page sobre mais efficace sert à retracer les souvenirs d’un Black Lightning en constante introspection. On suit le point de vue d’un afro-américain qui souhaite plus que tout apporter quelque chose au monde et devenir un héros. On le voit en devenir un, questionner si les autres héros, toujours recopiés sur le modèle de Superman, sont dignes de l’être également. On le voit dans ses moments de joie et de faiblesses, sa vision des choses murissant avec lui. En plus d’être une critique d’une politique d’édition très peu inclusive et une oeuvre très respectueuse du lore de DC Comics, c’est une réflexion très intéressante sur le super-héros en tant que modèle et en tant qu’acteur de la justice sociale qui nous est proposé, remettant en cause des symboles qui nous semblaient intouchables, une chose que l’on vit beaucoup dans la réalité ces dernières années.

John Ridley propose cette vision sans prétendre qu’elle est absolue et qu’elle peut changer lorsqu’on fait l’effort de comprendre les autres. L’objectif est donc déjà rempli : The Other History of the DC Universe nous a fait prendre un nouveau point de vue sur une histoire qu’on connaissait et on en ressort forcément enrichi. C’est trop rare pour que je ne m’emballe pas sur la note.

Excellent / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
-La qualité de l'écriture et des illustrations
-Un respect de l'histoire éditoriale et diégétique de DC qui se mélangent
-Une réflexion très riche sur le statut de héros
Les -
-On a connu plus fun à lire
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.