On se retrouve comme chaque semaine pour les Highlights, le bilan de nos lectures hebdomadaires chez DC Comics, avec en l’occurrence les sorties du 3 novembre 2020 avec notamment le grand retour de Sweet Tooth, mais aussi des Tales of the Dark Multiverse.

LES COUPS DE CŒUR

Sweet Tooth : The Return #1

Collection : Black Label

Scénario : Jeff Lemire

Dessins : José Villarubia

Quel bonheur de retrouver Sweet Tooth. Et retrouver cette série par son créateur, qui s’occupe à la fois de l’histoire et des planches, c’est encore mieux. J’aime l’écrire de Jeff Lemire, il propose une écriture douce, mais forte à la fois. Comme si on nous racontait un conte mais avec une pression psychologique derrière. C’est une nouvelle fois le cas ici, avec un nouvel hybride. Emprisonné, manipulé par des hommes, il cherche à retrouver la lumière du jour et s’en sortir. On sent que le récit est important pour l’auteur et qu’il prend plaisir à écrire ces histoires. J’ai réellement hâte de continuer cette mini-série et pourquoi la relire d’une traite une fois finie car je pense que le tout se lira mieux en collecté.

– Harley

LES VALEURS SURES

Tales of the Dark Multiverse : Batman : Hush #1

Collection : Rebirth

Scénario : Philip Kennedy Johnson

Dessins : Dexter Soy

Eh bien, c’est un miracle, mais c’est une histoire plutôt fun autour du Dark Multiverse que cette réécriture de Batman : Hush. L’auteur va jusqu’à changer les origines de Batman en ajoutant la famille des Elliot à la scène du meurtre des Wayne. Il n’a pas le temps de développer toutes les idées que ça amène à 100%, mais il crée une dynamique bien différente dans Gotham. Dexter Soy, toujours aussi efficace, peut alors s’amuser à mettre en scène des Jason Todd, Dick Grayson et Barbara Gordon bien différents et intéressants.

S’il est divertissant de les voir dans ces positions et de suivre Thomas Elliot à la place de Bruce, il l’est encore plus de découvrir The Silenced, le nouveau Dark Knight qui possède une aura effrayante posée à travers tout le numéro. Plus vengeur que jamais, il reste tapi dans l’ombre, terrifiant tous ces personnages à la morale discutable, jusqu’au grand final.

– Sledgy7

The Dreaming : Waking Hours #4

Collection : Black Label

Scénario : G. Willow Wilson

Dessins : Nick Robles

Les intrigues diverses commencent à se rassembler dans ce numéro en vue du grand final. The dreaming n’est pas une série facile à appréhender, même si G. Willow Wilson fait tout pour la rendre accessible. Absolument tout est question d’image et d’imaginaire. Chaque page, chaque case est prétexte à faire voyager le lecteur. Pas physiquement mais psychologiquement. L’emmener dans des mondes nouveaux, dans des pensées irrationnelles. De celles qui permettent de s’ouvrir à de nouvelles perspectives. Absolument tout est interprétable et chaque personnage est à la fois réaliste et irréel. Autant un concept que quelqu’un comme vous ou moi. C’est déroutant mais c’est beau. L’idée, le scénario et les dessins qui l’accompagnent. Un conte jamais trop sombre et toujours assez coloré pour passer un moment enchanteur de plus en plus rare de nos jours.

– Justafrogg

Hellblazer : Night and Fall #2

Collection : Black Label

Scénario : Tom Taylor

Dessins : Darick Robertson

Cette mini-série en trois numéro de Hellblazer est plutôt chouette. On retrouve des histoires de démons (des vrais), le Diable (le vrai), et puis Constantine qui tente de rattraper le fil de sa vie et ses erreurs comme il peut, souvent avec alcool et violence. C’est intéressant à lire et le format permet de condenser l’histoire sans se perdre en divagation inutile ce qui est très agréable. Maintenant, certains pourraient être un peu rebutés par le style de Darick Robertson qui propose parfois des personnages aux expressions qui tombe presque dans la caricature. Parfois ça donne de la force au récit comme la page en enfer, mais parfois ça tourne les scènes au risible. Mais au fond, ça reste une bonne lecture de John Constantine.

– Harley

DECEPTIONS

Young Justice #20

Collection : Rebirth

Scénario : Brian M Bendis, David F. Walker

Dessins : Scott Godlewski

C’est le dernier numéro pour la Young Justice de Bendis et est-ce que la série se conclut d’une façon convaincante ? C’est compliqué… En soi ce numéro final n’est pas vraiment mauvais et s’il est dans les déceptions c’est plutôt une façon de revenir sur le fait que le run en général a été une déception.

Ce dernier numéro est sympa dans le fait qu’il remet en place le mont Justice et beaucoup des choses qui faisaient partie des bases de la Young Justice de Peter David. Mais lorsque l’on sait qu’il n’y aura sans doute pas de suite, ni de relance de la Young Justice (en tout cas autant que l’on en sache) ces promesses d’une suite et d’autres aventures à venir sont plutôt amères. Qui plus est ce numéro, en plus de réintroduire tous ces éléments, veut se centrer, enfin, sur le personnage de Teen Lantern. Ce qui le rend beaucoup trop dense et en plus il est bien trop tard pour développer un personnage. A quel moment développer un personnage pour le numéro final d’une série semble être une bonne idée ? A côté de ça, les dessins de Godlewski sont toujours aussi agréables. 

En somme le retour de la Young Justice n’aura été qu’une longue suite de déceptions. Entre trop plein de personnages, intrigues qui n’avancent pas, manque complet de développement et d’introspection. Tout ça aura été vraiment dommage et on espère tout de même pouvoir, un jour, revoir l’équipe en meilleure forme.

– Claygan

DCeased : Dead Planet #5

Collection : Rebirth

Scénario : Tom Taylor

Dessins : Trevor Hairsine

Avec ce cinquième et antépénultième numéro, les ficelles de Tom Taylor n’ont jamais été aussi visibles. Il se lance une nouvelle fois dans une quête sortie du chapeau de Constantine pour encore et toujours tenter de sauver le monde. Il s’agit évidemment d’un énième prétexte pour introduire de nouveaux personnages et, vous vous en doutez, en tuer tout autant. A première vue cela fonctionne. Parce qu’on y retrouve des personnages appréciés et réellement bien écrits. Mais à force de recycler ses idées, l’auteur nous perd. Former un couple en début de numéro pour le séparer à la fin, c’est un copier-coller de son début de run. Constantine qui ment pour avoir ce qu’il veut alors que tout le monde lui fait confiance, la même chose. Les amateurs du genre pourront enfin apprécier la présence de zombies, disparus depuis plusieurs numéros. Mais cela ne suffit vraiment pas en faire un incontournable. Espérons que Tom Taylor ait prévu quelque chose de plus inspiré pour le final de la série.

– myplasticbus

Highlights de la semaine #103 -Sweet Tooth, Batman, DCeased...) 7

Batman #102

Collection : Rebirth

Scénario : James Tynion IV

Dessins : Carlo Pagulayan, Carlos d’Anda

Je comprends ce qu’essaie de faire James Tynion IV. Il y a un côté séduisant dans le back to basics, avec un Batman plus terre à terre, mais également quelque chose de stimulant dans la volonté du scénariste de repousser les limites, de poser de nouveaux enjeux, de nouveaux personnages et de nouvelles problématiques pour Batman comme pour Gotham. Mais malheureusement, il ne fait pas ça très bien. Dans ce numéro introductif de Ghostmaker, le scénariste en montre à la fois trop et pas assez, pénalisant la curiosité que nous avons du personnage. Tout va un peu trop vite, et ça ne fonctionne pas bien. Malgré toute la sympathie que j’ai pour l’ami James, même si sur le fond, il y a quelques idées intéressantes, l’exécution ne fonctionne pas très bien. C’est à la fois trop familier pour apporter un vent de nouveauté et trop générique pour intéresser malgré tout. On a l’impression d’avoir déjà vu tout cela, et ça ne marque pas. Dommage!

– myplasticbus

Highlights de la semaine #103 -Sweet Tooth, Batman, DCeased...) 8

Justice League #56

Collection : Rebirth

Scénario : Joshua Williamson

Dessins : Robson Rocha

Alors que l’arc Doom Metal avançait avec une belle régularité, ce #56 déçoit quelque peu. Ce n’est pas une catastrophe, mais il est moins intéressant, pour plusieurs raisons. Très orienté autour de l’action, il s’intéresse moins aux personnages, se contentant d’avancer dans l’histoire, si ce n’est le cas de la relation Hawkgirl/Martian Manhunter, qui est traitée ici sans conviction. Aussi, ce numéro manque de ces petites trouvailles intelligentes ou amusantes qui ont fait le sel des numéros précédents dans l’arc et les rendaient plaisants. On sent un numéro transitionnel qui ennuie, malgré ses excellentes illustrations par un Robson Rocha qui parvient toujours à convaincre par son travail détaillé. On regrettera ici ou là un travail qui semble un peu rapide, mais globalement, il permet de sauver les meubles d’un numéro autrement peu passionnant. QUand même, il y en a marre de tout ces Batmen vides du Dark Multiverse, hein ? Il est temps que ça se finisse…

– myplasticbus

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.