On se retrouve comme chaque semaine pour les Highlights, le bilan de nos lectures hebdomadaires chez DC Comics, avec en l’occurrence les sorties du 15 septembre 2020.

LES COUPS DE CŒUR

Highlights de la semaine #96 (Rebirth, Digital First) 1

Detective Comics #1027

Collection : Rebirth

Scénario : Collectif All-Star

Dessins : Collectif All-Star

C’est encore une fois un numéro anniversaire sur Batman, et c’est encore une fois très bon. Quand on voit les équipes créatives, on ne pouvait pas en douter : tous les scénaristes sont inspirés par la chauve-souris et tous les dessinateurs se donnent pour lui rendre un bel hommage. Certains font leurs premiers pas dans le Batverse, d’autres sont des habitués, mais ils arrivent tous à proposer quelque chose d’original sur le personnage et son lore, et tout en se diversifiant.

On va du récit solide solide comme celui de DeConnick et Romita Jr. (qui fait un effort, même si c’est quand même moche) à des histoires plus symboliques fascinantes comme le chapitre de Grant Morrison et Chris Burnham, qui nous sortent un comics pulp avec second degré sur un détective qui veut devenir un justicier dans les années 30, à l’aube de l’arrivée fracassante de Batman.

Matt Fraction et Chip Zdarsky s’attaquent à la relation Batman/Joker avec un concept original, et Scott Snyder, accompagné d’Ivan Reis, nous sort ce qu’il a peut-être écrit de mieux sur le Chevalier Noir depuis de nombreuses années, autour de sa grande bromance avec Jim Gordon.

D’autres restent en terrain connu : Tom King parle de la mort, Greg Rucka fait l’introspection de Renee Montoya, Bendis ramène toute la Bat-mif. Dan Jurgens sort un prologue fun pour un futur event, tandis que Tamaki parle de la Joker War, avec les excellentes planches de Dan Mora (probablement mon préféré du collectif d’artistes, avec Riley Rossmo qui propose un superbe travail).

On sent le côté enquête très prononcé dans plusieurs d’entre eux, surtout les récits de Tomasi ou de Wolfman. Bref, cette longue lecture (presque 150 pages) est originale, diversifiée, sans réelle maillon faible, et mérite qu’on y jette un œil.

– Sledgy7

Highlights de la semaine #96 (Rebirth, Digital First) 2

Catwoman #25

Collection : Rebirth

Scénario : Ram V

Dessins : Fernando Blanco, John Paul Leon, Juan Ferreyra

Ce numéro marque l’arrivée du scénariste Ram V sur le titre. Et on peut dire qu’il a vu les choses en grand. Annoncé comme un Tie-in à Joker War, ce maxi-numéro de 40 pages est en fait beaucoup plus que ça. A travers trois histoires distinctes, le scénariste nous livre une renaissance complète du personnage après plusieurs runs très décevants. Et tout commence sur un braquage, l’essence même de Catwoman. Au lieu de se contenter d’une simple intrigue imposée par l’event Batmanesque du moment, Ram V en profite pour intégrer tous les éléments qui caractérisent l’héroïne depuis le début de l’ère Rebirth. Tout cela dans le but de clore l’intégralité de ces intrigues et passer à autre chose, pour le meilleur.

Et ce meilleur parlons-en. Le personnage revient à sa source, Alleytown, le qurtier où elle a grandit. Elle retrouve entièrement ses origines de voleuses et acquiert un nouveau trait, celui de mentor, mérité après toutes ces années d’expérience. Catwoman redevient enfin une femme de la rue, encrée aux problèmes très réalistes de la misère quotidienne de ce quartier laissé à l’abandon. Elle n’arrive pas comme une super-héroïne, sauvant miraculeusement tout le monde, mais comme une femme, décidée à réhabiliter le secteur et ses résidents. Le tout est conclu par une redéfinition  nouvelle du personnage sous couvert d’humour et qui termine complétement la transformation de Catwoman. Ram V remet enfin ce personnage majeur sur le devant de la scène, accompagné de trois artistes montants de grand talent. Si cela continue, le titre va devenir un incontournable parmi les séries DC actuelles.

– Justafrogg

LES VALEURS SURES

Highlights de la semaine #96 (Rebirth, Digital First) 3

Batman #99

Collection : Rebirth

Scénario : James Tynion IV

Dessins : Jorge Jiménez

Tynion IV en fait beaucoup trop depuis le début de son run, en témoigne encore le Hummer limousine et le Bat-Joker. Mais il faut avouer qu’à part ces détails, le numéro est plutôt plaisant. Après le foutoir qu’a été la dizaine de tie-ins, le scénariste décide enfin de faire un point dans le titre principal, à la fois sur les motivations réelles du vilain et sur tous les protagonistes en présence. Cela fait du bien après 3 numéros où Batman se bat simplement contre des zombies. On sent que la fin approche. Et tant mieux car l’action avance enfin. Les personnages sont très justement écrits, avec une mention spéciale pour Harley Quinn. En effet, elle abandonne enfin son côté psychopathe et décérébré pour gagner en maturité et en intelligence. Cela amplifie le contraste entre elle et Punchline, ce qui me fait entrevoir de nouvelles perspectives très intéressantes pour ce duo. A voir si cela sera exploité.

Ce numéro brille également par sa qualité graphique. Jorge Jimenez se surpasse sur ce numéro avec des planches sublimes (Les deux planches de l’arrivée à Ace Chemicals sont époustouflantes). Et la colorisation n’est absolument pas en reste.Cependant, il est impossible pour moi de ne pas parler de cette fin qui me fait très peur. L’arrivée physique d’un personnage , déjà très mal introduit dans le run, qui ici semble de très mauvais goût : Alfred. Il y a tellement de choses à faire, à écrire, sur Batman privé de son mentor. Des récits profonds, qui peuvent donner à Bruce du courage, de la motivation, ou au contraire du désespoir. Était-il nécessaire d’en faire un zombie ? Est-ce qu’une seule personne a envie de voir ça ? (surement… il y a des gens étranges). Espérons juste que son retour ne soit pas aussi rapide, facile et décérébré… Il y a tant d’inspiration à puiser de cette disparition.

– Justafrogg

Highlights de la semaine #96 (Rebirth, Digital First) 4

Justice League #53

Collection : Rebirth

Scénario : Joshua Williamson

Dessins : Xermanico

Justice League. Williamson. Death Metal. Tie-in. Voilà un combo qui, de prime abord, ne sent pas bon, et on rentre assez méfiant dans la lecture. Mais là, on est vite accroché par une scène d’ouverture assez touchante, et on comprend d’emblée où Williamson veut en venir à travers le personnage de Nightwing, qui se transforme presque en allégorie du fan typique de DC.

Il voit ses héros comme des figures marquantes qui l’inspirent dans sa manière d’agir et son propre héroïsme, y compris dans la dystopie lourdingue de l’univers Death Metal. Williamson parvient à poser l’esprit, le contexte, la menace, et forge une ambiance d’aventure et de quête assez divertissante. Xermanico livre quelques très belles pages, avec certaines constructions intéressantes. Il brille particulièrement lorsqu’il représente des menaces proprement énormes, comme dans une formidable full-page impressionnante. Le numéro reste bouffé par l’exposition, et l’écriture de Willamson n’est jamais très fine. Mais au vu du pédigrée, on pouvait franchement s’attendre à pire.

– myplasticbus

Highlights de la semaine #96 (Rebirth, Digital First) 5

Milestone Returns #0

Collection : Digital First

Scénario : Reginald Hudlin, Greg Pak

Dessins :Jim Lee, Ryan Benjamin, Denys Cowan, Khoi Pham

C’est le retour de Milestone ! Enfin, c’est un prologue pour le vrai retour en février, mais on sait à quoi s’attendre grâce à ce numéro. Il s’agit finalement d’un prélude à tous les récits à venir, Icon nous présentant les différents protagonistes de Milestone, que ce soit son duo avec Rocket, Static, Xombi ou un mystérieux vigilant aux méthodes expéditives. Tout ça est évidemment entouré de thèmes sociaux, pas toujours subtils avec la grande leçon de morale d’Icon, mais qui restent importants et encore trop rares dans les comics.

Des héros représentant des minorités qui parleront des problèmes liés à leur condition, le ton est donné et déjà respecté. Un Milestone plus militant que jamais pourrait avoir de beaux jours devant lui.

– Sledgy7

Highlights de la semaine #96 (Rebirth, Digital First) 6

Harley Quinn : Black + White + Red #13

Collection : Digital First

Scénario : Patrick Schumacker

Dessins : Eleonora Carlini

Ce titre numérique était pour l’instant tout juste sympathique, sans trop d’ambition, mais le dernier numéro en date s’élève un peu plus. Il est écrit par Schumacker, le producteur/scénariste de la série animée Harley Quinn, ce qui fait qu’on retrouve beaucoup de thèmes en commun. Harley dans la Legion of Doom parodiée avec Lex qui ne pense qu’à avoir une bonne image médiatique, un Bane bienveillant et philosophe et évidemment la protagoniste ambitieuse et au caractère bien trempé. C’est drôle, c’est bien écrit, et en plus les dessins de Carlini sont très bons, magnifiés par l’idée du noir, blanc et rouge.

– Sledgy7

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.