Bien bien bien, après quelques problèmes techniques au niveau de mon pc, et les carabistouilles habituelles typiques d’une pandémie mortelle mondialisée, c’est reparti pour une nouvelle review, et pas des moindres. Lourd en contenu, ce deuxième tome de Hellblazer par Delano regroupe ici Hellblazer Annual #1, The Horrorist #1 et #2, ainsi que Hellblazer #14-24, de quoi bien vous occuper pendant cette période un peu particulière.

Review VF - Jamie Delano présente Hellblazer Tome 2 1

Sex, drugs and Rock’n roll

Les récits de Delano sont généralement marqués par deux thèmes majeurs, la politique et la drogue. Constantine, recherché pour meurtre, décide de prendre la poudre d’escampette, de partir en forêt, et de se mêler à une communauté de joyeux hippies. Après un premier tome posant les fondations de ce qu’est le personnage de John, fondations qui serviront de bases à tous les récits proposés par d’autres scénaristes sur le titre –Astra, les événements de Newcastle, le groupe de punk, etc…-, l’auteur décide de se renouveler. Nouveau look, nouvelles ambiances, caravanes et chansons au coin du feu en prévision. Par conséquent, au vu de la différence de ton, autant le dire directement, l’aventure principale pourra en rebuter certains. En effet, tout le délire drogue/baba cool reste assez particulier, et Delano y va à fond, lui-même ayant été, sans offense, un sacré margoulin niveau défonce.

Par exemple, en 2005, interrogé dans le cadre d’une interview nommée Jamie Delano: Drug addled prophet for the masses, celui-ci révélait avoir vu sa vie sauvée par Grant Morrison, après qu’un cocktail étonnant à Stockholm l’ait plongé dans une forme de coma. Par ailleurs, l’avantage est que les différents trips vécus par l’auteur lui ont sans doute donné pas mal d’idées qui, retranscrites visuellement dans ses histoires par un collectif d’artistes talentueux, donnent un cachet unique à l’œuvre.  Dragons, sirènes bicéphales, et… Winnie l’Ourson, sont donc au rendez-vous, histoire d’offrir au lecteur une aventure unique.   

Review VF - Jamie Delano présente Hellblazer Tome 2 2

H for Hellblazer

Toujours politique, mais parfois moins subtil qu’à l’accoutumée, Delano continue sa critique de Tatcher, du système judiciaire et autres joyeusetés. Cependant, ce tome brille plus sur la diversité d’approche utilisées pour faire ressentir l’épouvante/horreur. Si l’horreur visuelle de certaines scènes restera soumise à l’appréciation de chacun –personnellement, cela ne marche pas sur moi-, l’atmosphère et la tension pesant sur certaines histoires fonctionnent réellement, en particulier sur la très courte aventure The Horrorist. Dans celle-ci, une jeune femme tentera de pénétrer la carapace émotionnelle de notre héros, ne ressentant malheureusement plus grand-chose, le tout dans une ambiance hivernale claustrophobique.  On pourra d’ailleurs saluer le superbe travail de David Lloyd, venant de terminer les dessins d’une petite série anarchique sobrement intitulée V pour Vendetta. Cette aventure peut, outre son côté horrifique classique, heurter par les événements y étant dépeints. L’auteur se livrant à une dénonciation de la situation qui se déroulait à l’époque au Mozambique, une guerre civile meurtrière qui se soldera par 900 000 morts. Allez-vous renseigner, on est loin du glamour du Wakanda.

Bonne histoire, scénario solide et agréable pour peu que vous ne soyez pas réfractaires au délire hippie, et trips visuels de haute volée sont au rendez-vous de ce deuxième tome dans lequel Delano tente avec succès de se renouveler et d’explorer d’autres pistes.

Très bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Histoire solide
- Trips visuels de haute volée
- Un renouveau du personnage...
Les -
- ... qui ne conviendra peut être pas à tout le monde
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.