PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email
DCeased Unkillables

Spin-off de la série DCeased, DCeased : Unkillables s’intéresse à d’autres personnages dont ne parle pas la série mère. Je vous conseille de lire la série principale avant pour ne pas vous la spoiler. Ou alors vous faites comme les héros de ce tome et vous découvrez au fur et à mesure et peut-être voudriez-vous lire la série de départ. Vous trouverez notre avis ici. Moi je vais un peu spoiler. Allez-vous, comme Sledgy, encore une fois, pleurer en lisant cela ? Il y a de l’émotion, c’est sûr.

Unkillables, Deux Killables…

Tom Taylor, toujours aux commandes, continue de martyriser les personnages DC, surtout ceux qui n’ont pas encore été tués dans DCeased. Il va véritablement écrire l’histoire qu’il veut écrire, ni plus, ni moins. Il a carte blanche et ça se sent. Néanmoins, dès le début, j’ai eu un soucis avec son scénario. L’équation d’anti-vie n’affecte pas les personnages qui se régénèrent. Mais ça en a affecté dans sa série principale. Bon allez, il fait ce qu’il veut, on va se contenter de ce tome et on se laisse porter.

Review VF - DCeased Unkillables

Donc on se retrouve avec quelques héros d’un côté et des méchants de l’autre. Mais dans cette histoire, il n’y a qu’un seul méchant. C’est le virus, alors on se doute bien que tout le monde va devoir vivre ensemble. Et c’est ainsi qu’on va avoir un melting-pot de personnages qu’on n’aurait pas vu ensemble à devoir se serrer les coudes.

« On est en pleine Apocalypse… »

Beaucoup de bonnes idées ressortent de ces épisodes. Taylor semble montrer qu’il a pensé à tout mais que les événements vont empêcher les têtes pensantes d’arriver à leur fin. Il va jongler avec les codes des films d’horreurs et sans cesse placer les personnages dans des situations sous contrôle pour les déloger dans la foulée. Tom Taylor tient une tension interessante car nos héros se retrouvent acculés sans cesse et à chaque fois on se demande qui va les sortir de là.

Review VF - DCeased Unkillables

Ajoutez à cela que la caractérisation des personnages est plutôt bonne. Avec des situations grotesques mais, dans un sens, logiques. Ou des gags avec Creeper que j’ai trouvé rafraîchissant. De plus, Taylor en profite pour se moquer des héros de son autre série DCeased qui abandonnent la terre, bien qu’il se moque aussi des décisions des personnages dans ce volume aussi. Décisions critiquées au début mais qu’ils adopteront tous à la fin. Et pour finir, Taylor va faire ressortir de ces Unkillables une humanité souvent mise de côté pour ces personnages et finira par jouer là-dessus.

Review VF - DCeased Unkillables

« … C’est bien le moment de juger mes goûts ! « 

Que dire des dessins? Ça va du passable au moche. Dans la majorité des cas et entre autres dans les plans d’ensemble, ça fait le taf. Parfois c’est plutôt beau, il suffit de voir les images de l’article. Parfois, ce n’est vraiment pas beau du tout, des sourires devenant des grimaces.

Un spin off qu’on pourrait croire dispensable mais qui va beaucoup plus loin que sa série principale. Loin de tuer pour tuer gratuitement et se faire sa nouvelle génération de héros. Le même auteur se focalise beaucoup plus sur la force de l’humanité lorsqu’elle se serre les coudes et où ennemis d’hier deviennent des amis. Certains décèderont mais gagneront leur humanité.

James Edge Grayson

James Edge Grayson

Il a deux personnages favoris depuis sa toute jeunesse, avec des figurines ou jouets : Wolverine, a.k.a James Howlett, et Dick Grayson. Grâce à tous les animés Marvel et DC des années 90, il a pu les suivre. Ce ne fut qu’en 2001 qu’il plongea définitivement dans le comics. Devenant un excentrique qui doit expliquer à tous ce que c’est. Mais nul besoin de soutenir un personnage populaire à presque overdose. Sa bataille devint donc Dick Grayson. Il a ragé de ne pas le trouver en France. Avec Urban Comics, c’est enfin chose faite. Et avec les new 52, il a penché bien plus du côté DC. Sinon, c’est un grand enfant qui aime aussi aller au cinéma, regarder des séries et jouer aux jeux vidéos (Il trouve Edge de FF4 cool).