Après de longs mois d’attente, le dernier tome de Batman Rebirth est enfin entre nos mains. Tom King effectue un quasi sans faute depuis le début de son run, il y a maintenant trois ans. À travers sa relation anéantie avec Catwoman et sa confrontation brutale contre Bane, l’auteur a redéfini le personnage de Batman et ses aspirations, en créant dans les derniers numéros un héros brisé et sans espoir. Voyons ensemble si la conclusion à tout cela est à la hauteur de nos espérances.

City of Bane

Rappelez-vous. Nous quittions Batman, en prise avec son père d’un autre univers, Thomas Wayne, dans un combat dont seul l’un d’entre eux en sortait indemne. Un père détestable, prêt à tout pour voir son fils quitter le costume de Batman qu’il endosse lui-même. Prêt à le laisser, inconscient, dans un puit, pendant plusieurs semaines.

Et pendant ces semaines, tout change à Gotham. Bane a pris le contrôle de la ville, soutenu par Lex Luthor dans ce qui est la moins pire idée du Year of the Villain, l’événement estival de l’année dernière chez DC. En réalité, en oubliant le passage express du personnage et un logo dans le ciel, la série ne semble pas touchée par les frasques de Snyder.

Review VF - Batman Rebirth Tome 12 : La Cité de Bane 1

On se retrouve donc avec une ville où règne l’oppression imposée par Bane et son outil, le Psycho-Pirate, qui peut manipuler les émotions de tous (ou presque… parce que sinon pas de Happy Ending…). Tom King dépeint avec justesse l’ambiance de la cité qui, de l’extérieur, semble sûre et ordonnée mais qui, dès qu’on s’en rapproche, dévoile des actes ignobles et inhumains à l’encontre de ceux qui peuplent les rues. Tous, citoyens lambda comme super-vilains, se cachent pour éviter de tomber sous le joug de Bane.

Entre alors en jeu le duo Batman (Thomas Wayne) et Gotham Girl, qui lui sert de sidekick. Dans ce rôle, elle est éblouissante. Bien qu’effectuant des actes horribles, le personnage garde toutes les caractéristiques des premiers Robin, à savoir une présence resplendissante et des dialogues drôles et accrocheurs. En face, le Batman Flashpoint est tout l’inverse. Froid, sans pitié. Prêt à tout pour tenir la ville, même à commettre l’irréparable. Tom King sait jouer avec le lecteur, déjouer son attention pour frapper fort là où ça fait mal. Il sait manipuler nos émotions, transformer l’espoir que l’on a quand on voit Damian essayer de sauver la ville, en rage face aux conséquences.

La rue et le bateau

L’espoir est mort. Vive l’espoir. Et cela passe par le retour tant espéré d’un personnage disparu depuis la moitié du run. Ce run de Batman parle d’amour. Pas l’amour parfait que l’on trouve dans les contes de fées. L’amour vrai. Celui qui vous détruit. Celui qui vous fait devenir fou. Mais surtout celui qui vous rend plus fort. Après être passé par les deux premiers stades, le dernier fait enfin son apparition. Et Tom King excelle une fois de plus. Les dialogues entre Batman et Catwoman font transparaître chaque émotion, chaque sentiment.

Review VF - Batman Rebirth Tome 12 : La Cité de Bane 2

Il est également temps de parler des dessins. Dans cette partie du récit comme dans les autres, tous les artistes font un travail remarquable. Chacun dans leur style, ils illustrent et retranscrivent parfaitement les différentes ambiances dépeintes dans ce récit. Même John Romita Jr, bien que critiquable pour plein de détails (notamment les visages des membres de la batfamily et ses profils de Batman très statiques), s’en sort globalement plutôt bien. Le reste du casting est irréprochable. Une grande partie des artistes ayant contribué à ce run depuis le début se retrouvent ici, comme une apothéose à tout ce qui s’est fait jusqu’à maintenant.

Et il est difficile de lire cet arc sans se remémorer les précédents. Car ici tout se rejoint. Depuis le début, l’auteur sait où il va et sait ce qu’il veut écrire. Beaucoup se plaignent  du rythme de la série. Lent, qui laisse le temps au temps. Mais ce rythme est finalement la grande force du récit. King nous place dans les bat-bottes de son personnage. On aime avec Bruce, on souffre avec Bruce, on vit avec Bruce. Le chemin qui nous a mené à ce dernier tome rend celui-ci beaucoup plus fort.

Happy together ?

Et finalement, la trame de fond que fût la relation Bruce/Selina s’achève. Et laisse place à autre chose. Une idée narrée en sous-texte et qui prend de l’ampleur dans ces dernières pages. Et si Batman n’avait pas besoin d’être seul.

Malgré sa réputation d’homme solitaire, Batman a toujours été accompagné, que ce soit par ses Robins, par Gordon, ou bien par ses collègues (amis ?) de la Justice Ligue et autres associations diverses. Cependant, malgré cela, Batman a toujours été seul. Seul a avoir juré de protéger les innocents, seul à porter ce fardeau qu’est Batman. Il n’est pas rare de voir le héros cacher des choses aux autres et il n’accorde que très rarement (si ce n’est jamais) sa pleine confiance. Excepté à une personne. Alfred. King bouleverse ce statu quo, non sans nous glisser une larme au coin de l’œil.

Review VF - Batman Rebirth Tome 12 : La Cité de Bane 3

La relation avec son père et la caractérisation que Tom King fait de lui met en avant cette solitude et la dérive que cela peut engendrer. Toutes les pièces se rassemblent pour fournir au personnage une caractérisation finale, très loin des standards habituels. Batman est heureux. Tout va bien à Gotham.

Avec ce final, on en attend beaucoup de la suite. Celui-ci ouvre des perspectives plus qu’intéressantes. Batman doit-il encore exister ? Bruce est libéré du poids du costume et trouve maintenant son bonheur ailleurs. Gotham vient de vivre une épreuve énorme et, logiquement, devrait connaître une période de paix. Malheureusement ces pistes ne sont pas explorées par le successeur de Tom King. Mais j’ai l’espoir que cela sera de nouveau d’actualité dans la maxi-série Batman/Catwoman par Tom King et Clay Mann en préparation.

Ce dernier chapitre de Batman Rebirth est la conclusion logique de tout ce qui a été concocté depuis trois ans par le chef d’orchestre Tom King. Tout au long du run, il nous a fait vivre au même rythme que le personnage principal, préférant mettre en avant ses sentiments et ses épreuves plutôt que d’en faire un héros d’action habituel. En cela le pari est réussi. L’histoire est cohérente du début à la fin et les personnages et leurs relations sont très touchants. Ces derniers chapitres gagnent beaucoup à être collectés, rendant le tout bien plus cohérent et pertinent que lors de ma première lecture en VO. On quitte le personnage (qui reviendra bien évidemment) avec un peu de tristesse mais surtout avec l’impression d’avoir vécu la plus éblouissante des histoires d’amour écrites sur le personnage.

Excellent / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Tout se rassemble pour un final éblouissant
- Tom King déborde d’amour pour ses personnages
- Tous les artistes se dépassent
Les -
- Year of the Villain est passé par là
- La suite ne sera malheureusement pas à la hauteur...
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}