DC Universe a enfin lancé la dernière série de son planning original, Stargirl, l’héroïne adolescente liée à la JSA qu’a créé Geoff Johns en 1999. Ça tombe bien, puisque c’est lui-même qui a créé la série, avec Greg Berlanti à la production. L’assurance d’avoir quelque chose de fidèle s’est donc confrontée avec la crainte de retrouver les défauts des shows super-héroïques de la CW, mais le pilote rassure.

Blue Valley, le kitsch stylisé

En terme de qualité visuelle, on se rapproche plus des autres séries DC Universe comme Swamp Thing, Titans et Doom Patrol que les Arrow, Flash et compagnie. Il y a plus de travail sur les décors, la lumière et l’image en général. La ville de Blue Valley représente bien la direction artistique de Stargirl : c’est vivant avec une ambiance légèrement kitsch très agréable, et donc très comics dans l’âme. L’objectif était de saisir le feeling d’une production Amblin des années 80 et la ville perdue du Nebraska (en réalité Atlanta et sa région) le capte sans souci et nous fait changer d’air.

Le côté kitsch peut faire peur, bien que volontaire. Le scénario va forcément avoir pas mal de redondances avec quelques teen movies, mais l’histoire prend vite une tournure plus captivante. Le thème principal de la série étant la JSA, symbole du Golden Age de DC Comics, il fallait bien ajouter ce charme un peu vieillot dans le ton ou dans les costumes.

JSA - Stargirl

La scène d’intro vous présente tout de suite cette équipe dans un combat gigantesque. On a droit à un moment de pur comic book, avec des costumes fidèles et des effets spéciaux vraiment pas immondes pour un pilote. Ils sont d’ailleurs plutôt corrects durant tout l’épisode, mis à part quelques exceptions nulles qui peuvent passer sous le coup de la volonté de faire du old school. Les scènes où notre héroïne Courtney apprend à utiliser son bâton sont suffisamment convaincantes, le plus important est donc là. La série est d’ailleurs la première chez Warner à utiliser le système prévisualisation des effets spéciaux, utilisé surtout au cinéma.

Stargirl et l’héritage

Le pilier d’un récit Stargirl est l’héritage. Tout son principe est la renaissance d’un combat disparu avec la JSA d’un côté et la recherche d’une figure paternelle de l’autre. Son beau-père ayant fait partie de cette équipe mythique va donc créer pas mal de bouleversements, Courtney apprenant à apprécier cet homme davantage tout en reprenant le costume du mentor de ce dernier. D’autres thèmes liés à l’arrivée à l’âge adulte sont exploités, mais c’est bien celui-ci qui est primordial et Geoff Johns a fait en sorte qu’on soit servi. La Justice Society devient un véritable mythe et on a envie d’en savoir plus sur ces héros d’antan.

Review TV - Stargirl S01E01, lumière sur l'héritage de DC 1

Pour jouer ce beau-père nommé Pat Dugan, Johns a réussi à prendre l’acteur qui l’a inspiré pour l’écrire dans son comics Stars and S.T.R.I.P.E. (premier comics de l’auteur et première apparition de Stargirl). C’est donc Luke Wilson qui s’en charge et remplit bien son rôle de père un peu goofy qui s’éclate dans son village paumé. La plupart du casting s’en sort bien, mis à part quelques lycéens qui ont l’air d’avoir redoublé quelques classes, et le fils de Pat qui est insupportable, ce qui serait une preuve de réussite s’il ne surjouait pas. Mais évidemment, s’il y a quelqu’un qui brille de mille feux, c’est Brec Bassinger en Courtney Whitmore.

Review TV - Stargirl S01E01, lumière sur l'héritage de DC 2

Notre nouvelle Stargirl n’avait joué que dans des shows du style Disney Channel, mais passe à des choses plus sérieuses ici. Sa palette d’acting n’est pas impressionnante, même s’il y a un véritable effort de la part de cette jeune fille d’à peine 20 ans, mais elle a un charisme à l’écran qui fonctionne d’autant plus pour les fans du personnage. N’étant qu’au début de son développement, on ne peut pas encore constaté toute la lumière qu’elle apporte à tout ce pan boudé de DC, mais lorsqu’elle s’entraîne avec le Cosmic Staff, c’est un petit rêve qui devient réalité.

On imagine l’émotion de Geoff Johns devant elle, quand on sait que cette héroïne lui est si chère, non seulement pour être sa première création ou son premier travail, mais aussi parce qu’elle est inspirée de sa sœur décédée en 1996, une femme nommée elle aussi Courtney qu’il décrit comme pleine d’énergie et d’optimisme.

Review TV - Stargirl S01E01, lumière sur l'héritage de DC 3
L’hommage à Courtney Johns auprès de Brec Bassinger sur une photo.

La principale qualité que je trouve à Geoff Johns est qu’il met toujours beaucoup de coeur dans ses oeuvres, mais ça n’a jamais été autant le cas que dans Stargirl, en comics ou dans ce pilote. Ce personnage lui est lié personnellement et on le ressent. Avec une ambiance entre le teen movie et le comic book, la série a un style old school qui a du charme et l’héroïne est aussi attachante que sa version papier. Les amoureux de la JSA et de Stargirl en particulier pourront se réjouir de retrouver l’essence de cet univers, un héritage respecté et une jeune femme en devenir qui reprend et élève tout un symbole d’héroïsme et représente tout l’optimisme qu’est censé renvoyer DC Comics.

Courtney et la Justice Society restent méconnus aux yeux du grand public malgré leur grande force, mais j’espère que cette critique amènera au moins une personne à visionner ce pilote objectivement très sympathique (car vous avez bien compris que subjectivement, c’est un gros coup de coeur), voire à s’intéresser au comics dont il est adapté. Ce serait déjà une réussite pour moi, car vous méritez de découvrir cette part merveilleuse de l’univers DC.

Très Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
-Brec Bassinger

-Geoff Johns sur Stargirl

-Le mythe de la JSA

-Luke Wilson
Les -
-un casting secondaire pas encore mis en avant

-Le kitsch ne peut pas plaire à tout le monde

-La redondance de la lycéenne qui déménage
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.