Introduction

1. Les fondations (2012)

2.  L’univers se partage (2013-15)

3. Des frontières en mouvement (2014-16)

4. Politisation et Transmédia (2015-17)

5. Les prémices de Crisis (2018)

6. La fin d’une ère (2019-20)

5. Les prémices de Crisis (2018)

Elseworlds : Le crossover qui a failli ne pas être

En mai 2018, Stephen Amell ouvre les festivités pour le nouveau crossover en annonçant lors d’un panel CW qu’il introduira le personnage de Batwoman. À travers un premier poster promotionnel, on comprend que seuls Supergirl, The Flash et Arrow seront concernés. Crisis on Earth-X fut le fruit d’une ambition si débordante que les effets de la fatigue s’en font encore sentir sur l’ensemble des équipes. En conséquence, les showrunners décident initialement de ne proposer aucun crossover en 2018 mais de revenir plus fort l’année suivante pour Crisis on Infinite Earths. Néanmoins, les pontes de la CW ne voient pas cela du même œil et insistent fortement, argumentant qu’il n’est pas nécessaire de réunir à nouveau les quatre séries : trois suffiront.

L’exclue de la cour de récré, c’est donc Legends of Tomorrow. Un choix logique puisque son casting étendu complique énormément le processus et aurait surchargé ce crossover qui doit avant tout introduire un nouveau personnage. Le showrunner Phil Klemmer expliquera que ce choix s’est également fait pour le bien de la série, très difficile à produire, les acteurs et les équipes se trouvant selon lui au bord de l’épuisement. De plus, ne disposant que de seize épisodes contre une vingtaine pour les autres séries, Legends of Tomorrow est la plus affectée structurellement par les crossovers. Pour Klemrmer, cette année, il n’y aura pas le temps de s’écarter de l’histoire que la série raconte.

Deux posters pour Elseworlds

C’est à la rentrée scolaire que la CW annonce le titre du nouveau crossover : Elseworlds, en référence à l’imprint éponyme de DC qui présente des histoires en dehors de la continuité. Pourtant, il ne s’agissait pas là du titre initial puisque c’est “Identity Crisis” qui a d’abord été considéré. Pour cause : cette année, les corps de Barry Allen et Oliver Queen seront échangés, faisant endosser à chacun le costume de l’autre et entraînant tout un questionnement identitaire. Néanmoins, Identity Crisis est le titre d’un comics à succès et Marc Guggenheim, qui s’est imposé comme le leader de ce crossover, ne souhaite pas induire les fans en erreur avec de la publicité mensongère.

Le rapprochement se veut tout de même bien réel : alors que les titres nommés “Crisis” faisaient jusqu’alors référence à de grands événements cosmiques au sein du DCU, Identity Crisis proposait une intrigue plus terre-à-terre en se resserrant davantage sur ses personnages. C’est justement la volonté première de Elseworlds, qui profitera de cette occasion pour enfin raconter une histoire sur la Trinité CW (Oliver, Barry, Kara) et développer leur dynamique. Avec l’introduction de Batwoman et le retour de Superman, Elseworlds se centrera sur pas plus de cinq personnages (même s’il en fera intervenir d’autres). Suivant cette volonté de simplification, le format “film” adopté pour Crisis on Earth-X sera abandonné pour revenir à une structure plus épisodique, chaque épisode portant la tonalité de sa série d’accueil. Également bien moins sombre, la comédie sera ici un ingrédient essentiel de ce crossover qui est décrit par les acteurs comme le plus fun à tourner.

Présenté comme un retour à une relative simplicité, Elseworlds prend néanmoins en ampleur au fur et à mesure que son casting se dévoile. Présent uniquement dans quelques épisodes de Supergirl, c’est Tyler Hoechlin qui est annoncé pour reprendre son rôle de Superman, marquant un pas symbolique supplémentaire dans la construction de cet univers partagé. Puisqu’une bonne nouvelle ne vient pas seul, Clark sera accompagné de Lois Lane, incarnée pour la première fois par Bitsie Tulloch.

Superman & Lois, le Monitor et The Flash (90) pour Elseworlds

La situation devient véritablement étrange quand John Wesley Shipp est lui aussi annoncé pour reprendre son rôle, non pas de Henry Allen ou de Jay Garrick, mais bien celui de Barry Allen qu’il tenait dans les années 90. Son retour se concrétisera dans un teaser inséré à la fin de chaque épisode précédant Elseworlds. Une première, tout comme la place que prendra le crossover : juste avant la pause de mi-saison. Dans cette scène, on voit alors ce Flash ramper sur une Terre décimée, au milieu de héros déchus, et faisant face à un personnage énigmatique et tout puissant : le Monitor. Incarné pour la première fois par LaMonica Garrett, l’importance de ce personnage était restée secrète jusqu’à se révéler au fil des épisodes, annonçant finalement le prochain crossover : Crisis on Infinite Earths.


Batwoman

Juillet 2018 : Alors même qu’aucune annonce n’a été faite quant à l’actrice qui incarnera Batwoman dans le crossover, un spin-off est mis sur pied par la CW. Il faut dire que cela fait longtemps que Greg Berlanti cherche à récupérer les droits de l’héroïne. Une entreprise facilitée par l’auteur Geoff Johns qui se montre être un allié précieux de par ses rôles chez DC Comics et Warner Bros, et qui deviendra producteur de la série.

Pour l’écriture de ce script, Berlanti fait appel à Caroline Dries, une scénariste avec qui il n’a jamais travaillé mais qu’il connaît pour son travail sur Smallville et Vampire Diaries. Étant déjà sous contrat chez Sony TV pour encore un an, Dries se voit malheureusement contrainte de refuser cette opportunité. C’est sans compter sur le président de Sony, Jason Clodfelter, voyant que ce projet lui tient à cœur et décide alors de la laisser partir. Défenseur des droits homosexuels, il estime également qu’une telle série est importante pour les spectateurs, lui qui aurait aimé l’avoir étant plus jeune. Une idée partagée aussi bien par Dries que par la future interprète de Batwoman.

Dossier CW - De Arrow à Crisis : L'histoire d'un univers partagé 1
En médaillon : Caroline Dries

Pour incarner Kate Kane, aka Batwoman, la CW recherche une actrice qui a en commun avec le personnage son orientation homosexuelle. C’est avec Ruby Rose que la chaîne trouve son bonheur, l’actrice étant déjà un symbole public du “mouvement queer”. Un casting véritablement idéal pour Caroline Dries, qui décrit Rose comme “destinée à être une super-héroïne”. Sa démarche, son attitude et son style sont autant d’attributs qui renvoient une aura de dure à cuire, tout en portant une vulnérabilité, une empathie et une chaleur essentielle au personnage de Kate Kane qui se veut bienveillante. Pour l’actrice, ce rôle est plus récompensant que tout ce qu’elle a pu faire auparavant : il lui permet aussi bien de réaliser son rêve d’actrice que d’avoir un but presque politique. Plus qu’une nouvelle série de super-héros, Batwoman est destinée à devenir un symbole LGBTQ+ qui pourra inspirer une nouvelle génération.

Le choix de Ruby Rose ne convainc pourtant pas tout le monde. L’actrice connaît en effet un “backlash” important sur les réseaux sociaux, la forçant à supprimer son compte Twitter et désactiver les commentaires de son Instagram. Se qualifiant de “gender-fluid”, l’actrice ne serait pas assez gay pour certains, tandis que d’autres lui reprochent de ne pas être juive comme l’est Kate Kane. Cela n’empêchera pas la CW de confirmer sa confiance dans le projet en commandant officiellement un pilot au mois de janvier 2019, le script de Dries et la première apparition du personnage dans Elseworlds ayant fait forte impression. La chance continue de sourire à Batwoman puisque c’est toute une saison que la chaîne commande en mai, avant d’ordonner la réalisation de 22 épisodes après la diffusion des trois premiers en octobre.

3 Commentaires

  1. Très cool comme dossier, Malgré tous ses défauts, l’Arrowverse aura au moins le mérite d’avoir lancé ce qui semble être un futur radieux pour les séries DC Comics, passant d’une adaptation non assumée à un comic book à la construction d’un multivers rassemblant toutes les adaptations Live Action de la maison d’édition, ces séries qui vont bien plus loin que ce dont les films sont capable de nous offrir en terme de générosité d’adaptations… ?

  2. Bon dossier ! C’est sympa d’en savoir un peu plus sur les dessous de la réalisation des séries de la CW

    Après j’avoue que c’est bizarre, pourquoi Warner interdit qu’il y est Deathstroke et la Suicide Squad à la télé avant qu’ils apparaissent dans des versions cinématographiques. Pourquoi la section cinéma n’autorise pas que la section télévision développe leurs versions ? Par peur qu’une version existante cache la visibilité d’une nouvelle ?
    Pour le reste je suis quand même sceptique pour la suite de l’univers partagé de la CW. Pour moi ça va avoir le même problème que Endgame, après avoir fait un final grandiose/épique pour son univers qui semble sonner comme une conclusion, est ce que le public va suivre ? Va t’il trouver l’intérêt de continuer un univers qui semble avoir trouvé une fin ?

    Bref, très bon boulot Moca pour ce dossier, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.