Introduction

1. Les fondations (2012)

2.  L’univers se partage (2013-15)

3. Des frontières en mouvement (2014-16)

4. Politisation et Transmédia (2015-17)

5. Les prémices de Crisis (2018)

6. La fin d’une ère (2019-20)

3. Des frontières en mouvement (2014-16)

Quand les frontières entre chaînes s’effacent

La CW n’est pas la seule chaîne à produire des séries DC : en 2014 NBC lance une série centrée sur John Constantine. Bien que le “network” soit différent, Stephen Amell entame déjà des discussions avec DC Entertainment pour une éventuelle apparition dans la série. En effet, alors à sa troisième saison, Arrow avait introduit quelques éléments magiques comme le Puit de Lazarre, élément qui aurait du servir de prétexte pour un crossover. Malheureusement, en février 2015 NBC annule Constantine en plein milieu de saison, mais ce n’est pas cela qui va décourager les créatifs de la CW.

Grâce à Warner Bros qui produisait alors la série, Berlanti & cie obtiennent la permission de réaliser ce rêve quelques mois plus tard. Stephen Amell n’apparaîtra pas dans Constantine, c’est Matt Ryan qui s’invitera dans Arrow pour exorciser Sara Lance, alors ressuscitée par… un Puit de Lazare. Les deux séries se mélangent profondément puisqu’un passif est instauré entre John Constantine et Oliver Queen alors que ce dernier était encore sur Lian Yu. Il faudra attendre deux ans pour que le personnage réapparaisse, cette fois-ci dans Legends of Tomorrow où il deviendra finalement régulier.

Les frontières s'effacent avec Constantine et Supergirl

Les frontières entre chaînes s’effacent une nouvelle fois en février 2016, soit quelques mois après, et cette fois-ci entre la CW et CBS (qui détient 50% de la première). Contre toute-attente, The Flash et Supergirl se croisent au sein d’un épisode intitulé World’s Finest. Souhaité par Berlanti et sa troupe depuis le processus de développement de Supergirl, cette idée est pourtant restée longtemps à l’état de rêve. Alors que Nina Tassler exprimait un non plutôt catégorique au départ, Greg Berlanti temporisait en déclarant ces shows comme faisant partie du même multiverse. Les interviews se suivent, la réponse reste similaire, même quand Melissa Benoist et Grant Gustin enfilent leur costume aux côtés de Berlanti pour le magazine Variety en mai 2015.

Pourtant, en coulisses, la situation évolue peu à peu. Alors que l’idée semblait quasiment irréalisable au départ, semaine après semaine les fans ont embrassé l’idée du Multiverse introduite dans The Flash. Mais c’est aussi Supergirl qui a évolué, la série ayant progressivement trouvé sa voie au fil des épisodes, permettant maintenant plus de folies. Si les exécutifs se sont toujours montrés excités à l’idée d’un tel crossover, les fans et les journalistes l’ont été encore plus. Le résultat de tant d’ardeur se voit révélé en février 2016 : Barry Allen voyage sur Terre-38 pour rencontrer Kara Danvers au sein d’un épisode de Supergirl. Pour ce faire, Grant Gustin se verra attribuer des scènes ne se déroulant que dans un seul lieu pour The Flash, lui permettant de se rendre pendant quatre jours sur le tournage de Supergirl (et de prendre un peu de repos). L’échange ne se fera néanmoins que dans un seul sens puisqu’il est donné pour consigne de ne pas aborder cette rencontre dans The Flash.


Supergirl change de chaîne

Contrairement aux séries CW, l’avenir de Supergirl n’est pas aussi certain. Quand CBS a lancé le développement de la série, c’était dans l’espoir d’attirer un nouveau public sur la chaîne, elle qui a l’habitude de produire des séries policières. Si le pilote fut un succès rassemblant 13 millions de spectateurs, la suite a connu une certaine chute puisque Supergirl rassemblait alors une moyenne de 9 millions de spectateurs par épisode, faisant entrer les audiences de la série seulement dans la moyenne basse de CBS. C’est également sans compter le budget conséquent que demande la série, 14 millions de dollars pour le pilote et 3 millions en moyenne pour les autres, faisant de Supergirl l’une des nouvelles séries ayant coûté le plus cher en 2015.

Il faut dire que Los Angeles est un lieu de tournage assez coûteux, alors que le budget doit être utilisé au maximum pour les effets spéciaux conséquents demandés par une telle héroïne. N’étant pas retenue parmi les séries bénéficiant d’un soutien fiscal de l’État de Californie, il était nécessaire d’agir. Si la possibilité de reconduire la série pour une deuxième saison plus courte est évoquée, c’est finalement l’option du transfert vers la CW qui est adoptée. La chaîne rassemble un public bien plus friand de ce type de série, et plus encore, possède des studios à Vancouver où les taxes ont été réduites, faisant de la ville l’un des plus gros lieux de tournage de séries.

Les séries se réunissent pour le crossover Invasion!
A gauche : Les super-héros CW se réunissent en 2016 pour un shooting photo Entertainment Weekly

Les quatre séries sont réunies dans la même ville et sur la même chaîne, il est maintenant possible de les faire interagir plus facilement. En mai 2016, le président de la CW, Mark Pedowitz, annonce que le prochain crossover annuel sera plus gros que jamais et fera intervenir chacune de leurs propriétés. En novembre de la même année débarque “Invasion!“, adaptation du comics éponyme, qui marque l’arrivée de Supergirl dans l’Arrowverse. Avec elle, c’est tout un nouveau pan de DC qui s’ouvre à la CW : l’univers cosmique.

Pourtant, le crossover ne prend place que dans trois séries, le 8ème épisode de Supergirl ne teasant la réunion que dans ses dernières secondes. La raison ? Le transfert de la série vers la CW fut une surprise pour les showrunners, qui n’avaient donc pas pu prévoir la logistique nécessaire en amont. Un aménagement spécial a donc été mis en place : peu de scènes ont été attribuées à Melissa Benoist pour l’épisode 7 de sa série, lui laissant ainsi le temps de participer pleinement au tournage du crossover, où elle tient un rôle important.


Quand le cinéma limite l’univers télévisé

Si l’arrivée de Supergirl sur la CW marque une étape aussi importante, c’est aussi pour une autre raison. Pour l’occasion, il est annoncé la venue de nul autre que Superman pour les deux premiers épisodes de cette nouvelle saison. Un événement d’autant plus symbolique que Warner Bros gardait jusqu’alors la main mise sur le personnage pour le cinéma. Sans possibilité de le faire apparaître, Supergirl avait du trouver divers subterfuges lors de sa première saison. Superman intervenait alors sous forme de silhouette dans l’opening, à travers des messages écrits tout au long de la saison, ou encore allongé inconscient dans le dernier épisode qui montrait… ses bottes.

La CW trouve des moyens détournés de faire apparaître Superman dans Supergirl Saison 1

Pour Andrew Kreisberg, il s’agit du moment parfait pour l’introduire réellement dans la série, ici sous les traits de Tyler Hoechlin. Maintenant que Supergirl a été installée pendant toute une saison comme une héroïne qui peut s’en sortir seule, Superman n’apparaîtrait pas comme un sauveur mais bien comme un partenaire. Alors qu’on pouvait tout de même imaginer l’aura de l’homme d’acier déborder sur sa cousine, il est choisi de ne pas éviter cette question de la popularité du personnage, mais bien d’en jouer pour développer leur dynamique et créer de la comédie. En réalité, cette intervention n’est pas vraiment du à la transition de la série vers la CW puisque Andrew Kreisberg dira que ce plan était déjà prévu pour CBS et validé par DC Comics et Warner Bros. Les audiences de Supergirl ayant diminuées, il était en effet nécessaire pour la chaîne de recréer un engouement général. Ainsi, la présence de Superman est là pour tenter de raccrocher au wagon les spectateurs ayant décrochés, ou même en attirer de nouveaux.

Deux Superman existant dans le même temps à la télévision et au cinéma, voilà une situation qui n’était pas arrivée depuis l’annonce du film Flash en 2014. Cette année-là, Geoff Johns prend la parole pour clarifier la position de l’univers DC sur les écrans : contrairement à Marvel qui englobe quasiment toutes ses productions dans le même univers, DC Comics souhaite marquer une véritable frontière entre les deux médias. Multiverse, c’est le terme que Johns utilisera pour décrire leur processus de création, signifiant que chaque personnage est susceptible d’avoir droit à différentes interprétations. La seconde saison de The Flash introduira dès le premier épisode ce concept sorti tout droit des comics, désignant un ensemble d’univers coexistant en vibrant à une fréquence différence. La série jouera alors beaucoup sur cette idée et l’étendra à travers le reste de l’univers CW.

La Suicide Suad et Deathstroke : victimes de Warner Bros

L’idée développée par Geoff Johns est bien belle, mais elle trouve rapidement ses limites. Si Superman a eu droit à une certaine dérogation de la part de Warner Bros, d’autres personnages n’ont pas été aussi chanceux. Dès sa deuxième saison en 2013, Arrow a commencé à développer progressivement la construction d’une équipe de vilains. Nommée Task Force X, elle représente en fait la Suicide Squad, bien connue aujourd’hui pour avoir fait l’objet d’un film annoncé en 2014. À partir de ce moment, les plans de la CW pour l’équipe sont coupés courts et on demande à la chaîne de tuer Deadshot et Amanda Waller. Harley Quinn n’a quant à elle pas eu la chance de dépasser la simple apparition de dos. Le personnage de Deathstroke connait un sort similaire : son utilisation fut d’abord autorisée lors des trois premières saisons de Arrow avant d’être interdite, puis ré-autorisée en saison 5 et finalement ré-interdite pour laisser la place à sa version cinéma qui ne sera finalement apparue que quelques secondes.

3 Commentaires

  1. Très cool comme dossier, Malgré tous ses défauts, l’Arrowverse aura au moins le mérite d’avoir lancé ce qui semble être un futur radieux pour les séries DC Comics, passant d’une adaptation non assumée à un comic book à la construction d’un multivers rassemblant toutes les adaptations Live Action de la maison d’édition, ces séries qui vont bien plus loin que ce dont les films sont capable de nous offrir en terme de générosité d’adaptations… ?

  2. Bon dossier ! C’est sympa d’en savoir un peu plus sur les dessous de la réalisation des séries de la CW

    Après j’avoue que c’est bizarre, pourquoi Warner interdit qu’il y est Deathstroke et la Suicide Squad à la télé avant qu’ils apparaissent dans des versions cinématographiques. Pourquoi la section cinéma n’autorise pas que la section télévision développe leurs versions ? Par peur qu’une version existante cache la visibilité d’une nouvelle ?
    Pour le reste je suis quand même sceptique pour la suite de l’univers partagé de la CW. Pour moi ça va avoir le même problème que Endgame, après avoir fait un final grandiose/épique pour son univers qui semble sonner comme une conclusion, est ce que le public va suivre ? Va t’il trouver l’intérêt de continuer un univers qui semble avoir trouvé une fin ?

    Bref, très bon boulot Moca pour ce dossier, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.