Après 2013, nous mettons le cap avec Claygan vers l’année 2014 dans 10 ans de DC, où nous revenons sur les coulisses et les news importantes de DC. De l’aveu même de Dan Didio, c’est le moment où les New 52 ont commencé à sérieusement partir en vrille. Et pourtant, 2014 posait déjà quelques gerbes de renouveau…

WTF New 52 : Batman Eternal, Future’s End, Earth 2 : End, la multiplication des séries hebdo 

Chaque année, les New 52 nous ont offert leur lot de petites choses un peu WTF, de gimmicks éditoriaux louches et plus ou moins réussis. On peut penser au WTF Month, aux #0, le Vilain’s Month, les couvertures 3D… Pour 2014, DC nous a offert le gimmick des séries hebdomadaires. Non pas une, mais TROIS, suivie d’une quatrième en 2015 : Batman Eternal, Future’s End, Earth 2 : World’s End, puis Batman & Robin : Eternal

Les séries hebdomadaires ne sont pas nouvelles chez DC. Dès les années 90, Action Comics est devenue hebdomadaire pour quelques mois. Les fans de DC se rappellent également tous de l’excellente 52, et de sa petite sœur moins réputée Countdown (sincèrement, c’était nul). Mais la particularité de l’année 2014 fut la multiplication de ces séries, qui ne sont pas toujours restées dans les mémoires. Mais pourquoi DC a multiplié ces séries là ? Pour plusieurs raisons. 

En 2014, les New 52 s’essoufflent. L’attrait initial de la nouveauté s’est éteint, Forever Evil a déçu, et les ventes baissent. Il faut absolument relancer la machine, trouver des gimmicks efficaces. Les séries hebdomadaires permettent ainsi d’inonder le marché de titres en respectant la promesses des 52 issues sorties, tout en annulant les titres qui ne se vendent pas. Les séries hebdomadaires furent aussi l’occasion d’introduire rapidement des personnages encore inconnus de la continuité New 52, comme Stephanie Brown, Cassandra Cain, ou encore Terry McGinnis, une manière efficace pour attirer les lecteurs nostalgiques. Concrètement, ils resteront dans l’histoire comme une manière un peu cheap de relancer la machine, avec des conséquences minimales. 

– myplasticbus

10 ans de DC

Après des années, Multiversity arrive enfin !

Cela faisait des années qu’on l’attendait avec impatience, depuis 2008 Grant Morrison parlait de son futur projet nommé Multiversity. Celui-ci devait proposer un récit autour des terres parallèles du DC Universe. Et c’est en août que le tout premier numéro sort. Celui-ci est, bien entendu, écrit par Morrison et illustré par Ivan Reis. La série compte neuf numéros et nous contera donc une histoire épique à travers tout le multivers. Chacun des numéros adopte un ton et un style de comics différent, tout en puisant à fond dans l’aspect méta et brisage de quatrième mur, que Morrison adore. De plus dans chaque numéro on retrouve un nouvel artiste. Qui plus est on retrouve le personnage de Nix Uotan que l’on a pu voir dans Final Crisis

– Claygan

10 ans de DC

Mark Doyle devient group editor pour les titres Batman 

Alors que DC s’apprête à quitter son siège historique de New York pour partir vers Burbank, les rumeurs vont bon train sur qui va rester ou déménager avec la maison. Et l’une des pertes de l’éditeur est Mike Marts, le group editor des titres Batman. Ce dernier choisit de partir de chez DC pour devenir executive editor chez Marvel (puis AfterShock). Il est alors remplacé par Mark Doyle, jusque là éditeur Vertigo sur American Vampire, FBP ou Trillium

Pourquoi faut-il mentionner cette promotion en news marquante de 2014 dans 10 ans de DC ? Car finalement, c’est là que se joue le futur de DC. Mark Doyle va apporter sa patte sur l’univers Batman, qui deviendra en quelque sorte l’embryon de ce que connaîtra le DC post-Convergence avec DC You. A son arrivée, Doyle relance le titre Batgirl loin des errances de Mike Marts et Katie Kubert, en l’emmenant vers Burnside. Puis, sous l’égide de l’univers Batman, il tente de nouvelles initiatives. Il lance notamment Gotham Academy (à direction du secteur Ados/Young — bien avant DCInk), Grayson (pour lequel il a recruté Tom King chez DC) ou Gotham by Midnight. Des titres qui annoncent la diversification de la ligne à venir avec DCYou, sous lequel il édite d’excellentes séries comme Midnighter ou Black Canary. Mark Doyle se place comme une pièce clé dans l’édition de DC de cette décennie, étant le fer de lance d’une génération d’éditeurs on the rise depuis le déménagement, parmi lesquels on peut compter Andy Khouri, Jess Chen, Chris Conroy, Jamie S Rich ou Brittany Holzherr. Il a néanmoins quitté le groupe Batman suite à un désaccord avec Tom King, pour rejoindre la relance de Vertigo, puis le Black Label

– myplasticbus

10 ans de DC : 2014, entre errance et renouveau 1

Flash vs Arrow : le premier “crossover” CW

Le 2 décembre arrive le tout premier cross-over en live action de l’univers DC de la CW. En effet, après que Arrow ait introduit le personnage de Flash dans le vingtième épisode de sa deuxième saison, il était temps que les deux séries se croisent. Donc, l’épisode de Flash, nommé Flash vs. Arrow permit pour la première fois de voir les univers de la série Flash et Arrow de rejoindre le temps de deux épisodes. Avec en premier lieu l’épisode de The Flash dans lequel Oliver, Diggle et Felicity viennent rejoindre Barry à Central City pour enquêter sur une affaire impliquant un tueur au boomerang. Puis l’épisode d’Arrow dans lequel l’intrigue continuera. Une première qui fut particulièrement bien accueillie par les fans et même les critiques

– Claygan

10 ans de DC : 2014, entre errance et renouveau 2

On se retrouve la semaine prochaine pour la suite de 10 ans de DC !

Article précédentDeath Metal : Garth Ennis et Warren Ellis prévus dans les guidebooks
Article suivantDC dévoile son nouveau programme pour juillet 2020
myplasticbus
Depuis son enfance, cet énergumène passionné se sent insatisfait de l’état du monde. Alors il s’est mis à écrire et dessiner ses propres univers, à raconter des histoires et à s’immerger dans des mondes parallèles. Un beau jour, il a découvert une bande-dessinée qui parlait d’un univers bizarre avec une particularité bien chelou : aucun super-héros, sinon dans les bandes-dessinées. Éternel curieux, il a voulu visiter cette terre inaccessible et étrange. Il s’est mis à chercher à maîtriser les lois des univers multiples, en découvrant qu’elles reposaient dans un bus en plastique caché au plus secret de son imagination. Désormais coincé dans cet univers bizarre, il prend toujours beaucoup de plaisir à explorer sa terre d’origine à travers des cases, des bulles et des dessins plus grands que la vie. Sinon, une fois, en 2003, il est resté coincé dans l’Hypertime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.