PARTAGER

Vendredi dernier, nous apprenions que Dan Didio avait très brutalement quitté DC Comics, dont il était co-publisher depuis 10 ans aux côtés de Jim Lee. Bonne nouvelle pour les uns, mauvaise pour d’autres, ce départ a laissé beaucoup de gens absolument stupéfaits. Depuis vendredi, beaucoup de rumeurs courent, notamment en provenance de Bleeding Cool. Nous avons attendu que ces rumeurs soient relayés par d’autres sources plus sérieuses pour en parler, et c’est désormais chose faite avec un long article de Heidi McDonald, rédactrice en chef de ComicsBeat.

Dan Didio, la 5G ou la crise de trop

L’autrice revient en détails sur la carrière de Didio en tant qu’éditeur en chef et co-publisher, sur sa passion des comics, sur ses tares et ses qualités (que nous soulignions également samedi dans un Off my mind). Si nous ne reviendront pas en long et en large sur tout, il faut néanmoins mentionner quelques éléments importants.

McDonald confirme que Dan Didio, depuis des années, a été la tête pensante et la force directrice pour tout le secteur comics, Jim Lee s’occupant plus des projets jeux-vidéos, de la distribution numérique ou de DC Universe. Elle revient également sur sa propension au dark et au reboot, sur sa haine des sidekicks, mais surtout sur son mode de management très personnel. Et c’est là que les choses deviennent intéressantes. Même si elle n’est pas directement responsable de son éviction, la 5G a bel et bien coûté le poste de Dan Didio… même s’il ne peut s’en prendre qu’à lui-même.

En réalité, davantage que la 5G elle-même, c’est d’abord son mode de management autour de l’événement qui a été mis en cause. Depuis les débuts de la mise en place de la 5G et de la Timeline qui l’entoure, les bureaux de DC Comics sont pas mal sous tension. Les éditeurs sont à nouveau soumis à des échéances à court terme, à des modifications de dernière minute et des changements de poste. Le tout a conduit l’éditorial de DC Comics à une situation au bord de l’explosion pour certains d’éditeurs, fatigué d’un environnement de travail toxique et hostile.

Depuis 6 mois, plusieurs éditeurs ont pris la porte. Molly Mahan, connue de tous les fans de Young Animal, est partie chez Riot Games. Alex Antone, éditeur sur Aquaman ou Deathstroke, a fait de même pour aller chez Skybound. Pat McCallum, qui était en charge de tout l’univers DC principal (en gros, le numéro 2 derrière Bob Harras) a également plié bagage, tout comme Harvey Richards, en place dans la maison depuis 20 ans, ou Rebecca Taylor. Entre la 5G qui a mis tout le monde sous tension et les changements éditoriaux, la situation n’était vraiment pas joyeuse à Burbank.

En parallèle, Dan Didio avait déjà peu de confiance de la part de la maison-mère. L’affaire du Bat-zizi reste encore dans toutes les mémoires des exécutifs de Warner et AT&T. Les plaintes régulières des éditeurs contre le management du publisher dans la crise 5G auront donc eu raison de lui : Dan Didio a effectivement été mis à la porte, sans préavis. Pour l’instant, Jim Lee reste seul maître à bord. Peut-être que Bob Harras prendra du poil de la bête, maintenant que son boss envahissant a été mis de côté ?

En passant par les liens affiliés Amazon/autres présents sur le site, DCPlanet.fr reçoit une faible commission. Qu’importe le montant de votre panier, vous nous aidez ainsi gratuitement à payer l’hébergement, modules, et autres investissements pour ce projet.

myplasticbus

myplasticbus

Depuis son enfance, cet énergumène passionné se sent insatisfait de l’état du monde. Alors il s’est mis à écrire et dessiner ses propres univers, à raconter des histoires et à s’immerger dans des mondes parallèles. Un beau jour, il a découvert une bande-dessinée qui parlait d’un univers bizarre avec une particularité bien chelou : aucun super-héros, sinon dans les bandes-dessinées. Éternel curieux, il a voulu visiter cette terre inaccessible et étrange. Il s’est mis à chercher à maîtriser les lois des univers multiples, en découvrant qu’elles reposaient dans un bus en plastique caché au plus secret de son imagination. Désormais coincé dans cet univers bizarre, il prend toujours beaucoup de plaisir à explorer sa terre d’origine à travers des cases, des bulles et des dessins plus grands que la vie. Sinon, une fois, en 2003, il est resté coincé dans l’Hypertime.