Quand Brian Michael Bendis est arrivé chez DC pour reprendre les deux titres Superman, une chose inédite il faut le rappeler, certaines craintes se sont élevées. Les opinions étaient quelques peu partagés. Cependant, malgré toutes les craintes que l’on pouvait avoir, au pire qu’est-ce qui pouvait arriver ? Ce n’est pas comme-ci Bendis allait détruire tout ce qui a été construit autour de Superman par Tomasi. N’est ce pas ? N’EST-CE PAS ?

Nous étions si naïfs.

Superman, un massacre en bonne et due forme

Clark Kent : Superman tome 3

On ne va pas y aller par quatre chemins, c’est nul, c’est vraiment nul. Vous voyez tout ce que Tomasi a construit dans le titre Superman ? Tout ce que l’on a aimé avec Rebirth. Tout les jouets que Bendis avait à sa disposition. Et bien il prend tout ça et fout le tout au feu. Le cœur du problème réside bien entendu chez Jon.

Le personnage était l’une, si ce n’est la, meilleure chose qui soit arrivée à l’homme d’acier depuis bien longtemps. Emblème d’un enthousiasme et d’un optimisme retrouvé chez DC. C’était un personnage excellent et les fans demandaient, à raison, d’en voir plus. Alors quand Bendis l’a fait dégager avant même que son run ne commence vraiment, on ne va pas se mentir, ça sentait pas bon. Mais là, c’est bon il est de retour et quel retour mes aïeux.

Jon a pris sept ans (ferme). Le personnage est enfin de retour après avoir été mis au placard pendant quelques numéros, mais les choses vont mal, car en effet le petit garçon de dix ans en a maintenant dix-sept. En plus il explique que son grand-père était en fait fou, au grand étonnement de ses deux parents. Cependant, ce sont bien les seuls à être étonnés car tout le monde savait déjà qu’il était bon à enfermer. On parle du type qui kidnappait des gens et qui les emprisonnait dans des cellules. Et qui a aussi tué pas mal d’innocents au passage (mais ça vous ne l’avez pas vu en VF, chanceux que vous êtes).

Le changement ça devrait pas être maintenant !

Clark Kent : Superman tome 3

On pourra se dire, oui mais cela apporte du changement à cet univers DC qui est bien trop figé. Et sur le fait que cet univers est beaucoup trop figé, oui personne ne pourra dire le contraire. Certains personnages ne changent pas d’un iota depuis des années et d’autres, comme un certains Damian, ont plutôt tendances à régresser avec l’arrivée de scénaristes peu compétents. Mais, ironiquement, c’est avec l’arrivée de Jon que Damian a  commencé à avoir une belle évolution au cours de Rebirth.

Donc, cet argument ne fonctionne pas ici pour Jon. Jon est un personnage qui avait seulement deux ans d’existence. Deux ans ! Dans les comics ce n’est rien. Et celui qui ose dire qu’en deux ans tout a été dit sur la relation entre un père et son fils d’une dizaine d’années… qu’il sorte, parce que c’est faux. Et c’est sans même parler de la relation avec sa journaliste de mère qui est tout aussi intéressante. Cependant, avec Bendis il ne faut pas s’attendre à voir une bonne Lois. Celle-ci est ici plus ou moins reléguée au rang de comic relief. La mère qui, fut un temps, était tellement badass qu’elle avait parcouru et survécu à Apokolips, sous Tomasi. Et, avait même (plus ou moins) rejoint les rangs des Female Furies à ici abandonné son fils dans l’espace, avec son grand père fou, au bout de trois jours. Tout ça pourquoi ? Parce-qu’elle ne se sentait pas trop à sa place.

Il y avait encore des tonnes d’histoires et de multiples façons d’utiliser ce statu quo. Et puis, quelle a été la dernière fois que l’on a pu voir un super-héros majeur chez DC élever ses enfants ? Ah oui c’était avec Wally, vous savez le meurtrier là, et ça c’était il y a plus de dix ans.

Le néant d’une histoire inintéressante

Clark Kent : Superman tome 3

Tout ça aurait pu être acceptable, enfin acceptable est un bien grand mot, si au moins Bendis avait des choses à raconter. Mais ce n’est pas le cas. Jon a quitté sa famille pendant sept ans et a été prisonnier d’un volcan durant des années ne semble même pas plus affecté que ça. Il y a des gens qui sont devenus fous et qui ont même tués leurs potes pour moins que ça. Même ses parents à qui on a volé des années d’existences avec leur fils, ne le prennent pas si mal que ça. Ils sont un peu chafouin, mais ça va, c’est vite oublié.  De toute manière, de ce côté-là, ironiquement, les lecteurs ont sans doute bien plus de rancœur face à cette situation que les propres parents de Jon. Rien n’est fait pour aller plus loin, alors au final pourquoi Jon a été vieilli par Bendis ? Parce qu’il le gênait et ne savait pas comment l’écrire et c’était donc plus simple de l’envoyer voir ailleurs s’il n’avait plus dix ans.

Qui plus est même toute l’histoire autour de ça est lamentable. Rogol Zaar est une abomination qui ferait passer Doomsday pour du Shakespeare. Le vilain n’a jamais été intéressant et ne le sera jamais. Il restera un ersatz des vilains des années 90 et s’il avait pu y rester tout le monde se serait mieux porté. Il en reste tout de même que visuellement c’est très beau dans l’ensemble, Ivan Reis fait toujours un vrai boulot de qualité. Que ce soit dans les moments d’actions pur, ou les moments d’émotion, le tout fonctionne très bien. D’ailleurs on a quand même le droit à une scène de réunion dans le numéro 12 qui fait un peu chaud au cœur. Et elle fonctionne peut-être si bien justement parce-que les personnages ne parlent pas pour une fois. Mais à part ça c’est le néant.

Tout le délire cosmique apporté par Bendis n’est jamais intéressant dépassé la qualité des dessins. Et ce conflit inter-galactique ose même se terminer par un « mais en fait vous avez essayé de vous entendre ? Parce que vous pourriez vous réunir et vous entendre quand même, non ? » Spoiler : en vrai ça ne marche pas. Et même en tant que conclusion des éléments avec lesquels Bendis joue depuis le début, Rogol Zaar, Jor-El, cela ne fonctionne pas et on a tout simplement l’impression que le scénariste balaie tout ça d’un coup de main tout ça pour en finir le plus vite possible. Ce qui donne une fin plus q’un insatisfaisante.

C’est bien simple. Ce Clark Kent : Superman tome 3 est la pire chose qui soit arrivée à Superman durant ces dernières années. Jon a été massacré et avec lui tout un pan de ce que l’on avait adoré dans le run de Peter Tomasi. Tout ça pour nous donner une histoire sans âme, au vilain ridicule. 

CHEH / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 (0 votes) Votre avis
Les +
- Les dessins d'Ivan Reis toujours aussi efficace que ce soit dans l'action ou l'émotion
Les -
- Rogol Zaar quelle blague
- Le massacre de Jon
- Un délire cosmique inintéressant
- Des personnages idiots (tout comme l'intrigue)
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}