Après Crisis on Infinite Earths qui marqua un tournant certain pour Arrow, la série nous revient avec un pénultième épisode qui lancera l’éventuel spin-off Green Arrow and the Canaries.

Attention : y’a du spoiler pour une fois.

Le pénultième épisode

Avant de considérer cet épisode comme le pilote d’un spin-off, il ne faut pas oublier que Green Arrow and the Canaries est l’avant-dernier de cette ultime saison. Preuve en est, l’épisode devait initialement se nommer selon l’une des chansons de Bruce Springsteen comme le veut la tradition chez Arrow, avant que les décisionnaires n’imposent leur volonté pour le marquer comme une porte d’entrée à une nouvelle série.

Review TV - Arrow Saison 8 Episode 9 : Green Arrow and the Canaries

Scénaristiquement, il fait donc office de suite directe aux événements de Crisis on Infinite Earths, c’est-à-dire le sacrifice d’Oliver Queen et le remodelage de l’univers. Si ce postulat permet un certain nombre de libertés, il crée dans le même temps un certain flou dans l’esprit du spectateur qui perd ses points de repère. Ce n’est que progressivement que l’on apprendra les conséquences du crossover, suivant davantage la volonté des scénaristes qu’une réelle logique.

Nouveau look pour une nouvelle vie

Green Arrow and the Canaries nous présente ainsi la Star City de 2040, mais pas celle que nous connaissions jusqu’à alors. Grâce au sacrifice d’Oliver, le futur a été réécrit de façon à ce que Mia, sa fille, puisse vivre presque insouciante et heureuse. Ainsi, les dynamiques présentées dans les flash-forwards de début de saison sont maintenant réarrangés, ce qui prouve que ces scènes n’avaient au final pas vraiment d’autre intérêt que de créer une tension dramatique, aussi bien lors de la réunion du présent et du futur que dans cette réalité réécrite puisque ces souvenirs tendent à resurgir.

Plus que de poursuivre une intrigue, c’est avant tout la thématique de l’héritage qui poursuit son petit bonhomme de chemin, aussi bien symboliquement que littéralement puisque Green Arrow and the Canaries est prévu pour faire suite à Arrow. Maintenant mise concrètement face à la mort de son père, Mia doit choisir de poursuivre son combat ou de s’en éloigner, ce qui n’aurait pas tant été un dilemme si sa réalité n’avait pas été réécrite. Le prétexte est artificiel, l’idée pas très originale bien que pas inintéressante, mais c’est surtout la façon dont Mia est confrontée à ce choix qui pose problème.

Review TV - Arrow Saison 8 Episode 9 : Green Arrow and the Canaries

Cette série n’est pas uniquement centrée sur Mia Smoak, mais bien sur un triptyque également constitué de Dinah Drake et Laurel Lance. C’est justement cette dernière qui pose problème ici, se rendant presque antipathique alors que sa mise en avant lors de cette saison la montrait sous un meilleur jour. Sans elle, pas de spin-off puisque c’est elle qui choisit égoïstement de sortir Mia de sa vie tranquille, mais aussi Dinah. Assez sous-développée ces derniers temps, le personnage reprend légèrement en consistance. Si l’épisode met Laurel face à sa contradiction (vouloir honorer Oliver mais détruire l’illusion créée pour Mia), le problème sera trop rapidement réglé pour lancer ce trio sur les rails du spin-off.

Green Arrow and the Canaries, assez de potentiel ?

Le vrai défi de ce trio sera maintenant de transformer l’essai pour devenir une série à part entière. Si les audiences ont été plutôt bonnes, la CW n’a pour le moment pas encore passé de commande, à l’inverse du prochain spin-off Superman & Lois qui y a eu le droit sans aucun pilot. Concrètement, Green Arrow and the Canaries a-t-elle assez d’arguments ? Si l’on ne prend en compte que ce « backdoor pilot », on serait tenté de dire que le menu proposé manque d’originalité. Et pourtant, cet unique épisode parvient à lancer plusieurs intrigues !

Review TV - Arrow Saison 8 Episode 9 : Green Arrow and the Canaries

Néanmoins, la formule reste la même que celle que l’on connaissait, le vent de nouveauté en moins (même Blake Neely propose un thème qui manque de fraîcheur). A-t-on vraiment envie de suivre une nouvelle fois la lutte pour Star City, les abdos de Stephen Amell en moins ? Pas si sûr, quand bien même le trio de personnages bénéficie d’un certain attachement de la part du spectateur. Mais ne soyons pas mauvaise langue, cet épisode se trouve être tout à fait correct, et le jugement hâtif n’est jamais une bonne idée (Batwoman me l’a prouvé il y a peu).

Correct / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Le trio
- Rebondit sur Crisis
- Lance des intrigues
Les -
- Laurel antipathique
- Manque d'originalité
- Le thème musical
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}