Introduction

1. Les Salkind et les droits de Superman

2. Le scénario

3. La quête du réalisateur

4. Les acteurs

5. Les premiers problèmes arrivent

6. Le début concret de la pré-production

7. La quête de Superman

8. Le tournage

9. La sortie du film

3. La quête du réalisateur

Histoire de prod #2 : Superman 1
Steven Spielberg sur le tournage des Dents de la mer

Pendant l’écriture du script Salkind avait reçu un appel d’un agent disant que son client, un certain Steven Spielberg, était un gros fan de Superman et qu’il voulait réaliser le film, après avoir fini son second long-métrage : Les dents de la mer. Ilya avait vu Les dents de la mer en avance et était persuadé que le film serait un carton, cependant son père lui n’était pas du tout convaincu. Celui-ci insista pour attendre de voir le résultat du film avant de faire signer le jeune réalisateur. Ilya n’était pas heureux, mais son père avait l’argent. Le fils dut donc décliner poliment. Bien entendu Les dents de la mer fut l’un des plus gros succès de l’histoire et visiblement Spielberg garda en travers de la gorge ce refus, car quand Ilya rappela son agent celui dit que Spielberg pouvait toujours le faire, mais en tant que comédie musicale. Ce qui veut dire que dans un autre univers Superman, le premier vrai film de super-héros aurait pu être le deuxième film de Steven Spielberg. Quel univers ce doit être.

Il chercha d’autres réalisateurs : Peter Yates, John Guillermin, Francis Ford Coppola

“certains étaient très excités, d’autres moins. Ils ne savaient pas comment le faire. Yates était très excité. Nous avons eu plus d’un rendez vous avec lui. Mais une autre opportunité arriva pour lui”

Le réalisateur des Mousquetaires, Richard Lester, fut approché, mais celui-ci suggéra d’en faire un film d’époque et personne ne le suivit. Enfin Ilya rencontra Guy Hamilton, qui avait réalisé Goldfinger. La mythologie de l’homme d’acier l’intéressait et il était d’accord pour se débarrasser des moments kitchs qui subsistaient dans les adaptations de comics. La réécriture des Newman, n’avait toujours pas supprimé toutes les bizarreries du script de Puzo. Comme lorsque Luthor commence à manger des mouchoirs parce-qu’il est en colère. Ou un caméo de Kojak, un flic fan de sucettes héros de la série du même nom. Celui-ci aurait dû rencontrer Superman en lui sortant sa catchphrase “Who loves ya baby”. Hamilton fut engagé.

4 Commentaires

  1. J’ai adoré cet article, j’ose dire que j’ai versé ma larme en entendant la musique du thème de Superman qui est génialissime. Merci pour ses infos sur le meilleur des films sur Superman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.