Deathstroke s’est fait trahir par sa famille et rejeté par son équipe de jeunes héros à louer. Après avoir été mis à terre, il est emmené et enfermé à Arkham aux côtés des pires criminels de Gotham City. Une continuité logique après la lecture de l’album Batman VS Deathstroke.

Deathstroke : solitude à Arkham

Deathstroke Rebirth Tome Deathstroke Rebirth Tome 6 est un album plus conséquent, regroupant deux arcs complets qui résonnent avec les événements passés tout en ajoutant à l’étude du personnage. Slade est-il malade ou non ? Est-il inapte aux relations humaines ou est-il simplement maladroit ? Doit-il sa survie à sa tenue ou à son savoir-faire ? Christopher Priest met le doigt sur les grandes questions concernant Deathstroke, même s’il conserve ce thème autour de la famille sur lequel repose l’intrigue.

On ressent un amour certain de l’auteur pour les antagonistes du chevalier noir, tout comme on peut ressentir l’influence de Daredevil : Born Again de Frank Miller et David Mazzucchelli. L’arc Arkham puise de cette oeuvre la torture subie par le personnage replié sur lui-même. Slade se retrouve désorienté, perdu entre IA, hologramme, possession et réalité. Une instabilité qui va l’amener à réaliser de nouveaux échecs.

Le crossover de trop ?

Review VF - Deathstroke Rebirth Tome 6 : Arkham 1Problème de cette compilation, une fois sorti de cette histoire à Arkham, Deathstroke passe à tout autre chose, pour un nouveau crossover avec les Teen Titans en demi-teinte. On apprécie la référence au Batman VS Deathstroke en jouant sur une dynamique révélant certaines failles chez Slade comme chez Damian. Deathstroke joue cette ombre, ce passé sanguinaire et l’enfance volée de Damian, là où Damian est le fils espéré d’un père qui a détruit la famille qu’il espérait protéger.

Seulement, le crossover n’est qu’un prétexte à la création de tensions. Les épisodes des Teen Titans se focalisent sur Damian, et aurait pu tout aussi bien se reposer sur Wally, personnage présent dans Deathstroke avec l’équipe Defiance. En dehors de Damian, l’équipe reste en retrait. Le crossover se trouve inexploité et créé d’autres défauts.

Dans ces reviews de Deathstroke je ne reviens presque jamais sur l’esthétique du titre. Elle a été adoptée et est acquise depuis le premier volume. Lorsque Carlo Pagulayan est remplacé, c’est par Ed Benes ou un autre artiste au style très similaire. Une homogénéité qui soutient une action forte. Un style en totale opposition avec les deux artistes différents de Teen Titans, accentuant un côté cartoon grossier en désaccord complet avec les enjeux présentés dans Deathstroke.

Très Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Une parfaite réutilisation des événements passés
- L'amour de Priest pour l'univers de Gotham
- Un récit qui révèle toute la complexité de son personnage
Les -
- Un crossover en deçà...
- ... qui implique une partie graphique inégale
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}