Suite au crossover avec Aquaman et l’assaut mené contre Atlantis, la Justice League n’en fait pas mention comme si le second volume n’avait jamais existé. Elle retourne donc à sa quête spatiale sans se poser de question. Scott Snyder pour mener la barque. Que pourrait-il mal se passer ? Jetons un oeil à ce New Justice Tome 3.

New Justice : dialogues à rallonge et rebondissements faciles

new justiceCe troisième volume s’étire, tente de jongler entre trois progressions différentes. Son attention est majoritairement portée sur le personnage de Luthor. En association avec le Joker, leurs échanges révèlent des dialogues pour le moins incohérents au caractère même du personnage. Néanmoins, le titre pose une problématique intéressante : comment réagirait le Joker face à une menace cosmique ? La réponse de Scott Snyder est recevable, mais loin d’être satisfaisante. Son écriture du Joker est à la fois étrange dans ce que nous attendons du Joker, mais également par rapport au Joker de Scott Snyder (Endgame, etc.). Et l’audace de l’auteur a, comme toujours, ses bons et ses mauvais côté.

Sur cet ensemble d’épisodes, le titre a un besoin d’action. Et c’est de manière bien illogique que Snyder va venir la fournir avec des affrontements internes à la Légion. Sans intérêt, ces affrontements révèlent la gratuité de l’action dans le comics grand public. Scott Snyder a pris le parti pris de ne pas révéler simultanément certains éléments de l’intrigue. Non seulement les révélations sont légères, et cachent bien peu les ficelles du complot, mais en plus, elles mènent à un final gratuit, d’un niveau similaire à ce qu’a pu réaliser Scott Snyder sur All Star Batman. Il use à nouveau de son fameux talent de la ret-con. Maestro de l’appropriation totale du personnage, dont l’usage n’est pas encore révélé, mais qui est, je vous l’annonce, catastrophique.

L’art de la retcon facile

new justiceSi on parvient à ne pas tenir compte de cette appropriation, de ces dialogues rallongés, et de ces personnages définis par leurs costumes plutôt que par leur écriture, on se trouve face à une histoire qui pourrait être celle d’un enfant avec ses jouets. On ressent avec la Justice League de Scott Snyder une naïveté incroyable. L’usage simpliste du mur source, l’arrivée de Starman comme outil scénaristique principal. Les échanges entre le Joker et Luthor se limitent à leur rôle de nemesis, et ne vont jamais se définir comme des individus à part entière.

Si l’idée d’être complété par Batman chez le Joker est recevable dans la définition même du personnage, Luthor est un individu réfléchi, obsédé par le pouvoir et les capacités illimités de Superman. Mais son plan surpasse toute chose, et aurait mérité un dialogue, ou du moins, un discours marquant pour affirmer l’évolution du personnage. Mais cette évolution prend une toute autre forme, bien moins glorieuse.

Il est possible d’entrevoir ce qu’il est possible d’apprécier dans le titre New Justice. Mais ce plaisir est recouvert de bien trop de frustrations. Entre autre, ce retour de Starman, ou l’écriture superficielle des personnages. On peut néanmoins admettre une volonté chez Snyder de faire vivre en ce titre tout un univers connecté. Tout en possédant ce vaste univers, son histoire manque de contenu. Et c’est en restant non seulement sur sa faim, mais également déçu de son retournement de situation final, que ce troisième tome se referme.

Mauvais / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Un univers vaste et vivant
- Une partie graphique correcte
- L'apparition de certains personnages oubliés qui raviront les fans...
Les -
- ... mais dont l'utilisation risque de leur faire regretter l'achat
- Des personnages creux
- Rebondissements forcés et tensions gratuites au rendez-vous
- Très, très verbeux
- Une intrigue principale qui s'installe très lentement
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}