Review VF - Batman Saga #8 1
Les points positifs:
  • Batman & Robin #6, des émotions douces
  • Les back-ups qui suivent les numéros
  • Detective Comics qui remonte un peu
Le point négatif:
  • Batgirl qui ressasse et ressasse et ressasse

Joyeux bordel à Gotham City.


A quelques jours de Noël, voici la review de Batman Saga #8. Urban Comics a fait les choses bien ce mois-ci. En effet, Batman #8 est présent avec son back-up, et Detective Comics #8 aussi. Du coup pas de dossier. Mais bon, il  est préférable d’avoir un back-up lié à la trame principale, plutôt que dans un autre numéro.

Dans Batman Saga #8, il y a du bon, du très bon (mais toujours la même série ne nous voilons pas la face), et une surprise, pas topisisme mais qui fait un peu plaisir. Sur ce je vous laisser vous faire un avis, et n’hésitez à nous laisser votre avis en commentaire.


Batman #8 : Le siège du manoir Wayne

  • Scénario: Scott Snyder – DessinGreg Capullo – Couleur : FCO

Alors que Batman erre dans la pénombre, en se sentant trahi par la ville de Gotham, les Hiboux n’en n’ont pas encore fini avec lui. Il débarqueront alors au manoir pour condamner Bruce Wayne. Si on veut être un peu tatillon, on a l’impression que c’est une histoire sans fin, Batman s’échappe, il est rattrapé par les Hiboux ainsi de suite. Comme une sorte de déjà vu. Cependant, Bruce Wayne a plusieurs atouts dans sa manche, et celui qu’il utilisera pour contrer les Ergots est pas mal.

Un scénario pas trop mal mais peut mieux faire par Scott Snyder, les dessins  de Capullo restent agréables, la colorisation de FCO est bien sombre et fait son effet sur les pages.

Batman8


Batman #8 : L’appel (back-up)

  • ScénarioScott Snyder & James Tynion IV – DessinRafael Albuquerque – Couleur : FCO

Lors de l’invasion du manoir Wayne par les Hiboux, Batman a découvert un de leurs secrets. Secret qui mettra une grande partie de la ville en danger. Il décide alors de faire appel à toute la Bat-family, et même les Birds of Prey. Voilà l’histoire de ces quelques pages.

Soyons honnêtes, ce back-up ne sert pas vraiment à grand chose, si ce n’est nous montrer en dessin ce que signifie le secret découvert, et nous montrer l’appel à la Bat-family. Mais sans grand intérêt. Les dessins de Rafael Albuquerque sont différents, ne plairont pas aussi facilement que ceux de Capullo. Bon aller au final ça se tient, c’est sympa mais autant de pages de pour ça, c’est pas non plus nécessaire.

Batman 8


Detective Comics #8 : Stratégie d’épouvante

  • Scénario et dessinTony S. Daniel – Couleur : Tomeu Morey

Ah ça fait du bien de voir un numéro un peu mieux que les précédents. Exit Pengouin et Peau de Serpent, ici on dit bonjour à Catwoman et à l’Epouvantail. L’Epouvantail a une mission pour Batman, sauver Catwoman (ça on peut le dire), trouver des produits chimiques (ça on peut le dire), trouver qui voulait ces produits chimiques (ça on ne peut pas le dire même si on l’a déjà vu).

Le scénario de Tony S. Daniel ne casse pas trois pattes à un canard, mais ça reste plutôt sympa à lire, le rythme est là, l’ambiance induite par la toxine du Dr Crane aussi. Il réussit ses dessins, et signe un très beau numéro malgré quelques petites imperfections par ci ou par là. La fin du numéro laisse perplexe car l’histoire pourrait très bien se finir simplement comme telle, ou continuer. On a pas spécialement envie de voir la suite, car on ne sait pas du tout quel rapport aura la suite.

Detective Comics 8


Detective Comics #8 : Bienvenue du côté obscur (back-up)

  • Scénario Tony S. Daniel – DessinSzymon Kudranski – Couleur : Tomeu Morey

Encore un back-up! Deux petits numéros, deux back-ups. Cette fois-ci c’est Harvey Dent qui a droit à son petit bout d’histoire. Son but est de devenir procureur de Gotham, or le procureur actuel ne l’entend pas de cette oreille. Sur fond de magouilles et torture, Harvey Dent tente de démêler le vrai du faux lors de la visite d’un envoyé du procureur.

Tony S. Daniel se lâche ici dans un scénario façon polar noir, et les planches de Szymon Kudranski couplées aux couleurs de Tomeu Morey nous confirment bien cette ambiance. Un back-up très agréable, ça change un peu. On est en droit de se demander quelle est la raison de ce back-up, mais…. il est bien là pour quelque chose, attendons un peu d’en savoir plus et de voir le lien avec la trame principale.

 Detective Comics 8


Batman & Robin #8 : Né pour tuer : L’aube noire

  • ScénarioPeter J. Tomasi  – DessinPatrick Gleason – Couleur : Mick Gray

La bagarre est finie. Ce numéro est plus, beaucoup plus, calme que les précédents. Mais ce repos est nécessaire. La confrontation entre les sentiments de Bruce et Damian a lieu, enfin le père et le fils qui se parlent. On comprend la peur de Bruce, on est touché par l’admiration de Damian pour son père. La relation compliquée qui les lie m’avait touché, et bien quand ils s’expliquent blessés, seuls, c’est également touchant. On les retrouve dans une situation quasiment normale de famille. Damian semble comprendre l’état d’esprit du Batman, et semble se poser, peut être s’apaiser. Mais le repos est de courte durée, car même s’ils passent un moment de vie commune avec Titus (le chien), voilà que le Batsignal illumine le ciel.

Que dire de plus, Peter J. Tomasi nous ravit avec son scénario brute mais tendre. Sublimé par les planches et personnages très expressifs de Patrick Gleason. Un numéro nécessaire avant de repartir sur les chapeaux de roue.

Batman and Robin 8


Batgirl #8 : Aucune ombre

  • ScénarioGail Simone  – Dessin: Ardian Syaf ,Alitha Martinez, Vicente Cifuentes – Couleur : Ulises Arreola

Batgirl revient à la charge avec Grostesque, mais reste également très perturbée par Danny, le retour de sa mère… Côté famille, elle demandera à sa mère des explications, qu’elle mettra du temps à digérer. Côté Grotesque et Danny, l’histoire va vite se régler ou presque. Si vous n’avez pas lu l’excellent The Killing Joke, je vous le conseille, et vous pourrez ainsi lire l’histoire d’où est tiré l’évènement que se remémore Barbara Gordon sans cesse. Avec en cliffhanger, l’arrivée d’un personnage auquel on ne s’attend pas du tout (ou presque)…

Un numéro pas bâclé, mais très vite achevé. Qui nous laisse sur notre faim, deux trois pirouettes et c’est réglé. Je ne suis pas fan. Gail Simone peut faire mieux que ça. Les dessins d’Ardian Syaf et Vicente Cifuentes sont sublimes, ceux d’Alitha Martinez un peu plus durs à aborder car différents.

Batgirl #8

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.