C’est l’éternelle ritournelle. Que valent les lectures single VO de la dernière semaine ? En aurons-nous pour notre argent ? Ou DC nous offre-t-il une vaste blague ?

Et bien, cette semaine, l’ambiance est plus au flop qu’au top concernant les sorties du 23 octobre. Les titres peinent à convaincre, et nos rédacteurs sont là pour tout vous dire !

Et vous, quel est votre bilan de lecture ?

LES VALEURS SURES

Dial H for Hero #8

Collection

Rebirth

Scénario

Sam Humphries

Dessins

Paulina Ganucheau, Joe Quinones

 

Un numéro vraiment très sympathique de Dial H, pour ne pas changer. Ici Sam Humphries se fait vraiment plaisir sur le scénario. Déjà dans sa structure, le scénariste se permet une structure en deux temps, sauf que la deuxième intrigue est racontée à l’envers (est-ce que ce que je dis a du sens ?). Ce qui rend une structure assez classique en soi, ici vraiment plus intéressante. Qui plus est le scénariste se permet d’aller toujours plus loin avec le Multiverse en introduisant une toute nouvelle chose autour de la carte de Morrison que je trouve juste génial.

Néanmoins, petit bémol pour les dessins, en lisant le numéro je me suis dit que Quinones était peu en forme. Cependant, il apparaît que pour ce numéro il s’est fait aider par une autre artiste et même si son style ne dénote pas trop avec celui de Quinones, on voit tout de même la différence. Son trait est moins précis que celui auquel on est habitué sur le titre.

– Claygan

Aquaman Annual #2

Collection

Rebirth

Scénario

Kelly Sue Deconnick, Vita Ayala

Dessins

Victor Ibanez

 

Le numéro est plaisant. Il n’a rien d’exceptionnel qu’on soit clair, mais ça se lit sans trop de soucis. En fait tout le numéro est basé sur l’idée du vivre ensemble dans la ville d’Amnesty. Avec bien entendu cet idée des dieux qui jouent le rôle de migrants, amenant leur propre culture dans cet petite ville côtière américaine. Et cela crée évidemment des frictions, avant que tout le monde puisse se réunir autour d’une fête. De plus c’est joli visuellement.

Finalement on a donc un numéro sympathique à la conclusion mignonne, qui loue le vivre ensemble.

– Claygan

LES DÉCEPTIONS

Action Comics #1016

Collection

Rebirth

Scénario

 Brian M. Bendis

Dessins

Szymon Kudranski

 

Depuis que Bendis a repris la série Action Comics, il faut bien admettre qu’il a réussi à en faire quelque chose de plutôt intéressant. Malheureusement, de temps en temps, il se plante. Ce numéro 1016 en est la preuve. La perspective est intéressante : retourner au niveau de la rue et décrire le combat entre Superman et Red Cloud d’en bas, à partir des témoins. Mais ça ne marche pas à tous les coups. Loin de donner de la chair à l’univers DC, on garde le sentiment que Bendis cherche à délayer l’intrigue, tout en en faisant beaucoup trop. Il respecte le cahier de charges du fatiguant Year of the Vilain, il continue d’introduire sa sympathique Naomi, tout en poursuivant sa propre intrigue. Et au milieu de tout ça, il n’arrive malheureusement à rien. L’écriture est brouillonne, le tout est boursouflé et laisse le lecteur sur un vaste sentiment de vide. Kudranski fournit un travail correct, mais malheureusement, le script ennuyeux de Bendis ne le met absolument pas en valeur. Au final, que vous lisiez ce numéro ou non, ça n’a absolument aucune importance. De toute manière, il ne s’y passe rien.

Myplasticbus

Batgirl #40

Collection

Rebirth

Scénario

Cecil Castellucci

Dessins

Carmine De Giandomenico

Ce numéro délivre une belle tension, des enjeux et un rythme efficaces… et pourtant, rien ne va et le plat est profondément indigeste. D’un côté, plus cet arc avance, moins l’antagoniste fonctionne. L’équipe créative a sans doute voulu utiliser un vilain sur mesure face à Barbara Gordon (Year of the Vilain le réclame, après tout)… sauf que l’idée est mauvaise, dévalorisant l’héritage d’Oracle. À ça, vous pouvez ajouter la tarte à la crème de l’anti-vigilantisme teasé par Jason Ward qui est d’un prévisible absolument plat. Prenez encore un zest de Year of the vilain, qui rend l’histoire encore plus prévisible au vu des structures toujours similaires… Sans oublier l’une des plus grandes incohérences, actuellement inhérente aux titres du Bat-verse : il n’y a plus aucun rapport entre le Gotham de la série Batgirl et celui du titre de Tom King… alors que les deux sont censés se passer au même moment. Mettez tout ça dans un saladier, mélangez le tout, et malgré un dessin souvent efficace, vous aurez une mixture indigeste et fatigante. Et promis, j’ai pas l’impression d’avoir trop salé.

– Myplasticbus

Wonder Woman #81

Collection

Rebirth

Scénario

G Willow Wilson

Dessins

Xermanico

 

J’ai très envie de soutenir G Willow Wilson, une autrice pour qui j’ai beaucoup d’affection. J’ai vraiment beaucoup apprécié ses débuts sur Wonder Woman… mais plus le temps passe, plus on a l’impression que soit elle n’en a plus rien à foutre, soit son éditeur la force à écrire avec les pieds. Le numéro commence par 5 pages (CINQ. PAGES.) de vide en forme de forcing sur les événements en cours dans Justice League et l’event Year of the viain. Non seulement c’est très lourd, mais en plus, c’est moche, avec des pages mal construites. Une fois cette mauvaise passe engagée, on pourrait croire que l’autrice lève le levier pour limiter la casse de ce crash inévitable. Et manque de bol, le reste continue sur la même lancée, avec une inspiration nulle, une créativité zéro et une écriture terne. Badaboum, on s’écrase, tombant toujours plus bas à coups de Deus ex-machina (littéralement), pour poser les bases d’un nouveau status-quo qui achève d’enterrer tout ce que Greg Rucka avait brillamment mis en place aux débuts de Rebirth. On aurait pu espérer de Willow Wilson une sortie majeure de son run sur l’héroïne, sur un bang final explosif qui nous aurait permis de lui pardonner ses errances des derniers mois. Mais ça ressemble à peine à un prout de sauterelle. Et malheureusement, ce n’est pas avec Steve Orlando qu’on peut espérer un réveil pour Wonder Woman. Quel gâchis pour ce personnage majeur de l’éditeur…

– Myplasticbus

Black Adam – Year of the Villain #1

Collection

Rebirth

Scénario

Paul Jenkins

Dessins

Inaki Miranda

 

Jusque là, les one-shots Year of the Villain étaient de façon surprenante de très bonne facture, mais malheureusement celui sur Black Adam n’est pas à la hauteur. S’il est agréable graphiquement, il n’apporte aucune profondeur à ce grand personnage en plus de plus se lier à cette stupide histoire d’infectés plutôt qu’aux actions de Luthor. L’auteur fait passer Adam pour un enfant de cœur et ce Shazam infecté est ridicule. Il se tourne plus vers l’action, sans aucun enjeu et dépourvu d’émotion. Bref, ce super-vilain, s’il en est vraiment un, méritait bien mieux.

– Sledgy7

Batman Beyond #37

Collection

Rebirth

Scénario

Dan Jurgens

Dessins

Sean Chen

 

Nous découvrons les débuts de la nouvelle porteuse du costume de Batman. Il est intéressant de voir une justicière jouer sur la furtivité dans les premiers moments, et l’enquête pour découvrir son identité pourrait être intéressante, Bruce et Matt ayant déjà leur propre théorie. En revanche, c’est pas très joli et la partie autour de Terry, qui est de façon très original amnésique, manque vraiment d’intérêt. La narration en général n’est pas réussi, tout ne repose que sur ce mystère et pour du Batman Beyond, il faudrait développer une vraie ambiance, ce qu’on ne retrouve pas ici et c’est bien dommage.

– Sledgy7

The Brèves and the Blue

 

Batman Curse Of The White Knight #4 (Sean Murphy) : Gordon est mort, et ça, c’est con, mais pas plus que de voir Alfred menacer Etrigan avec un fleuret, ou Barbara sortir une mitraillette pour tuer l’antagoniste. On pourrait une énième fois relancer un débat sur les elseworlds et le out-of-character, mais j’ai encore 10 reviews à faire, donc ce n’est pas le moment. 

Batman / Superman #3 (Joshua Williamson, David Marquez) : A la base, je m’étais trompé, et j’avais lu l’ancienne série Batman / Superman… C’était mieux avant. Là, il y a un vrai côté Deceased. Chaque fois qu’ils rencontrent un nouveau personnage, il se trouve qu’il est possédé et etc… Alors, ça se laisse lire, ça se lit même plutôt bien, et visuellement c’est vraiment joli, cependant, n’attendez rien d’autre du titre qu’un blockbuster qui ne vole pas très très haut. 

Books of Magic #13 (Kat Howard, Tom Fowler) : Après avoir buté 70 personnes, Harry Potter se dit qu’il aimerait bien faire une sortie avec son papa qui, par chance, n’est pas mort. 

Detective Comics #1014 (Peter J. Tomasi, Doug Mahnke) : Well, that escalated quickly… C’est un non pour moi, ou alors il manque au moins un numéro de transition à l’intérieur même de ces 20 planches. Pourtant au départ, ça partait bien, mais Nora passe du mauvais côté en litteralement deux pages sans justifications particulières d’ailleurs, et le tout peine donc à convaincre. Il manque en vérité une bonne moitié de numéro pour mieux faire passer la pillule. Il y a une différence entre être sous le choc, et se mettre aussi vite à cautionner des meurtres, apathie ou non. On ne ressent plus rien et on se souvient de la gentillesse de Bruce Wayne, là, aucun problème, c’est cohérent. Mais pour faire la fifolle et ressentir des choses sur la piste de danse, alors qu’on est entourée de cadavre, là il y a du monde. Comment la mort ne peut pas l’affecter en sachant qu’elle même, toute son histoire est liée à la mort, et son combat contre la maladie. 

Flash #81 (Joshua Williamson, Scott Kolins) : Comme dirait le regretté Jean-Pierre Coffe, “C’est d’la merde !”

Freedom Fighters #10 (Robert Venditti, Eddy Barrows) : Uncle Sam will make his America great again ! Cool que Venditti se soit enfin trouvé sur un titre après une longue traversée du désert. Qui plus est, visuellement, c’est très propre. 

Justice League Dark #16 (James Tynion IV, Alvaro Martinez Bueno et Fernando Blanco) : Tynion IV sait écrire des équipes, tout le monde le sait, et visuellement, le numéro présente pas mal de petites idées vraiment origina… YEAR OF THE VILLAIN EST ARRIVÉ ! HEY LES GARS, L’EVENT EST LÀ ! 

Martian Manhunter #9 (Steve Orlando, Riley Rossmo) : Un bon gros trip qui nous rappelle les belles heures de Young Animal au début de Rebirth… C’était le bon temps. 

Red Hood and the Outlaws #39 (Scott Lobdell, Kenneth Rocafort) : Finalement, Year of the Villain sera peut être une bonne chose pour cet arc/série qui s’enlisait pas mal malgré la bonne idée d’aller chercher des personnages totalement oubliés.  

RWBY #5 (Marguerite Bennett, Mirka Andolfo) : Franchement, ça ne vole pas haut, mais pour un titre tiré d’une série, c’est pas si mal, et croyez-moi, j’en ai lu des comics de ce genre… 

The Terrifics #21 (Gene Luen Yang, Stephen Segovia) : Power Rangers x Rambo x Scooby-Doo