Il aura fallu attendre près de dix mois pour voir cette deuxième intégrale pointer le bout de son nez. Après les récits face au Lapin Blanc et l’Épouvantail, Batman va avoir affaire au Chapelier Fou, Gueule d’argile et Manbat. Rien que cela, mais pour quel résultat?

LE MAL EST LE PROPRE DU LIBRE ARBITRE, MAIS PAS LA FOLIE

Pour commencer, petite piqure de rappel au sujet de cette série Batman Le Chevalier Noir. A l’origine, il s’agissait du titre se déroulant en parallèle au Batman des New 52, qui devait se différencier par une approche plus sombre et horrifique. Horrifique par son ambiance esthétique, mais aussi par le traitement des psychopathes et sociopathes qui y résident. En cela, Gregg Hurwitz réussit bien à traiter l’aspect humain, ce qui accentue l’horreur en fin de compte. On a d’abord l’entrée en scène du Chapelier Fou qui kidnappe des gens sans réels liens entre eux. Ce qui mobilise beaucoup Batman dans son enquête, et qui dégrade sa relation avec Natalya, sa conquête pianiste du moment.

Comme dans l’arc précédent avec l’Épouvantail, Gregg Hurwitz utilise la même approche pour caractériser ses antagonistes. En effet, l’auteur alterne entre scènes du présent et d’autres relatives au passé du jeune Jervis Tetch. Par ce fait, ses origines sont revisitées à travers des souvenirs d’enfance jusqu’à sa chute et la naissance de son obsession pour Alice. De plus, le Chapelier mérite amplement son substantif de « fou » tellement cela se ressent dans son allure, son physique déformé et son esprit à la limite du bipolaire. En dépit d’une caractérisation correcte, le scénario reste très classique et ne bouscule en rien les codes. Reste qu’on apprécie certaines similitudes avec l’épisode Alice au pays des merveilles de la série animée de 1992 (enlèvements, jeu de rôle, Alice) . Coïncidence? Inspiration? En tout cas, le mélange avec le ton noir que se donne le titre, cela fonctionne assez bien.

Batman intégrale 2 chapelier buvant du thé

GOTHAM HORROR STORY

Le reste de l’intégrale contient les derniers arcs de  la série, à savoir ceux de Gueule d’Argile, du Pingouin et de ManBat. Le premier suit le même schéma que celui du Chapelier Fou avec explication d’origines de Basil Karlo. Les deux autres, plus courts, ont un développement différent dans la narration. En effet, le récit du Pingouin a la particularité d’être sans bulles de dialogues ou cases de narration. Et l’effet marche plutôt bien, les thèmes abordés sont très accessibles car il font écho à certaines de nos actualités médiatiques. Malheureusement, quel est l’intérêt de cette histoire dans le registre de l’horreur? Enfin, l’arc de ManBat est le plus décevant, la faute à un développement insuffisant. L’antagoniste nous est présenté d’office, et sa caractérisation en néofasciste libéral américain trop exagérée.

L’horreur n’est pas à la hauteur des attentes. Il n’y a pas de style propre à cette série. On a du mal à y trouver de l’intérêt sauf si on adhère aux scènes de violence. Comme un film porn gore qu’on oublie rapidement dès qu’on le termine. Côté dessin, c’est dans l’ensemble correct. Certains styles se marient bien avec l’ambiance comme l’effet chauve-souris de la cape de Batou et certains jeux d’ombres. Mais contrairement à la première intégrale où il n’y avait qu’un artiste, ici la multiplicité ajoute trop de diversité de styles. Les rendus et choix de couleurs sont inégaux, on a l’impression d’enchaîner une succession d’épisodes sans fil conducteur.

Batman gueule d'argile chevalier noir

Batman Le Chevalier Noir est une série qui n’a jamais vraiment pu se lancer malgré ses bonnes intentions. Le départ de David Finch au dessin, les retards de parution et le manque de vrais idées ont eu raison de son annulation. On remerciera néanmoins Urban Comics d’avoir publié et réédité cette série qui s’attarde sur les origines de certains vilains emblématiques. Correcte, mais pas indispensable pour autant. Une lecture réservée pour les plus curieux, les plus exigeants passeront leur chemin.

PASSABLE / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- La caractérisation du Chapelier Fou et de Gueule d'Argile
- Le thème de l'arc du Pingouin...
Les -
- Une qualité graphique inégale
- ... mais qui n'a pas sa place dans le registre de la série
- Des récits classiques dont certains très oubliables
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de