N’y allons pas par quatre chemins : cette semaine, il y en a pour tous les goûts. Parmi les publications du 16 octobre, nous avons eu des coups de coeur venant de titres originaux, des vilaines, très vilaines, déceptions, et quelques titres placés en valeurs sûres qu’il est toujours agréable de retrouver.

Et vous, quel est votre bilan de lecture ?

LES COUPS DE COEUR

Superman’s pal Jimmy Olsen

Collection

Rebirth

Scénario

Matt Fraction

Dessins

Steve Lieber

 

Ecoutez, c’est beau, c’est drôle et c’est rempli d’idées, Jimmy devient fou et vole le pneu de la batmobile, kidnappe Lex Luthor en hélicoptère et explique à Lois que vapoter c’est pour les adolescents. Vraiment lisez Superman’s pal Jimmy Olsen et puis c’est tout.

– Claygan

Superman Smashes the Klan #1

Collection

DC Kids

Scénario

Gene Luen Yang

Dessins

Gurihiru

 

Ce titre vise un public plutôt jeune, et ça se sent parfois dans l’écriture, mais l’esprit est tellement plaisant qu’il vaut le coup d’oeil. Si vous vous êtes intéressé au premier Superman, que ce soit les comics du Golden Age, les émissions de radio puis de télévision ou comme moi les dessins animés de Fleischer, toujours aussi resplendissants, ce numéro vous fera quelque chose. On a droit à un héros aux pouvoirs plus limités et avec son vieux design, dans une adaptation d’un épisode radiophonique qui l’oppose à un groupe similaire au KKK. Superman est évidemment parfait pour parler de racisme, mais l’auteur appuie surtout sur la famille d’immigrés chinois qui s’installe à Metropolis. Certains trouveront sûrement cette absence du Man of Steel dommage, mais l’ambiance posée par l’histoire et avant tout par les dessins de Gurihiru qui colle parfaitement saura vous séduire.

– Sledgy7

LES VALEURS SURES

Batman #81

Collection

Rebirth

Scénario

Tom King

Dessins

John Romita Jr

 

Imaginez, vous êtes au point culminant d’une histoire qui se met en place depuis trois ans, vous vous attendez à quelque chose de fou autour de votre héros préféré, mais c’est soudainement John Romita Jr qui s’occupe des dessins. C’est vraiment dommage parce que c’est pas joli (il y a même une case où on croirait que Dick est là, mais il s’agit bien de Tim), et c’est d’autant plus frustrant quand le numéro se termine par deux petites pages de Mitch Gerads au style tellement supérieur. Pour le scénario, on est toujours dans le haut du panier, c’est bien construit et intelligent la plupart du temps. On est content de revoir un certain personnage et d’assister à un bon moment de la Bat-Family (même s’il manque Nightwing sur ce tableau, vraiment), cependant certains choix ne vont pas forcément convaincre tout le monde, notamment cet aspect « j’avais tout prévu » assez ennuyant chez Batou. Attention spoiler : j’avoue être moi-même assez dérangé par le fait que Thomas arrive à gérer tout ce monde, alors que Damian et surtout Cassandra Cain sont de la partie. Il reste que tout ça est bien narré et continue de référer d’anciens numéros, ce qui est très agréable.

– Sledgy7

Inferior Five #2

Collection

Rebirth

Scénario

Jeff Lemire, Keith Giffen

Dessins

Keith Giffen, Jeff Lemire

 

Le mystère plane toujours sur la petite ville de Dangerfield, Arizona . Cependant, on en apprend plus sur les forces en présence. D’un côté ce qui semble être une organisation criminelle, de l’autre des enfants qui luttent tant bien que mal pour survivre. Le titre garde son ton mystérieux et horrifique tout en assemblant petit à petit les morceaux d’une intrigue complexe et travaillée. Loin d’être une équipe de Super-héros basique, le protagoniste principal découvre les Inferior Five au même rythme que nous. Lemire oblige, les sentiments des personnages jouent beaucoup sur l’ambiance du numéro et apportent une nuance aux héros comme aux vilains. Le tie-in apporte un niveau de lecture supplémentaire en amenant un contexte différent avec une histoire plus psychologique et étrange. Inferior Five est un comics complet, qui n’hésite pas à reprendre les codes du comics indépendant dans un univers teinté de référence à l’histoire de DC Comics.

– Justafrogg

LES DÉCEPTIONS

Flash Forward #2

Collection

Rebirth

Scénario

 Scott Lobdell

Dessins

Brett Booth

 

Bon, Flash Forward, c’est vraiment mal écrit. Le numéro est rempli de prétextes à l’avancée de l’histoire, de choix qui ne font aucun sens et se contredisent (Tempus qui dit qu’il est impossible de sauver cette Terre alors qu’il n’a littéralement fallu qu’un coup de baguette magique), et ce sans la moindre once de subtilité. En revanche, on pourra reconnaître au titre un côté fun typique des comic books. De l’action sans émotion, des pouvoirs, des concepts hyper chelous : on a vraiment l’impression de lire un vieux numéro qui ne cherche que le divertissement et dans ce cas là, ça marche. Lobdell s’amuse avec le Multivers et Brett Booth sort une bonne planche sur vingt, mais bon dieu, on est plus dans les 90s les gars, vous aidez pas à prendre les comics au sérieux.

Sledgy7

Metal Men #1

Collection

Rebirth

Scénario

Dan DiDio

Dessins

Shane Davis

J’ai beaucoup chercher à trouver un véritable intérêt à cette mini-série. DiDio casse le mythe des Metal Men en retconant le fait qu’ils étaient des conscients, mais on sent venir à 3km que ce sera de nouveau le cas à la fin de ce titre grâce au Nth Metal. Du coup, il n’y aura aucune évolution de ces personnages, et on incruste juste le concept de Snyder à leur mythologie. En soi, c’est plutôt bien narré et les dessins de Davis sont de très bonne facture, mais je suis pour l’instant dubitatif quant à l’intérêt de cette histoire.

– Sledgy7

TFDM – Batman Knightfall #01

Collection

Rebirth

Scénario

Scott Snyder, Kyle Higgins

Dessins

Javier Fernandez

 

D’accord, c’est un elseworld, mais avait-on encore besoin d’un Batman qui cède ses principes et tue aujourd’hui ? Même si les raisons sont expliquées et valables, ce n’est plus pertinent depuis longtemps et même devenu ennuyant. Mis à part ça, il y a quelques concepts cools et pas mal de violence graphique, mais sinon il n’y a rien à en retirer. Aucune réflexion sur les personnages ou sur Knightfall, ce n’est que de l’action et des discours qui n’ont que pour seuls mots d’ordre d’être fun ou badass. C’est donc dans la veine de Dark Nights : Metal, certains aimeront sans trouver de fond, mais au moins les dessins ont de la gueule, c’est toujours ça.

– Sledgy7

Nightwing #65

Collection

Rebirth

Scénario

Dan Jurgens

Dessins

Ronan Cliquet

 

Enfin! Le combat tant attendu! Ça balance bien. L’action est là, Ronan Cliquet gère bien. Par contre, Ric c’est Sangoku, tu le vénères après lui avoir botté le cul, il te pète la tronche direct après si tu menaces sa chérie. Petit passage à double bâton style escrima pour le fan service. Bon ok, c’était vraiment cool. Un petit passage sur les Nightwings qui vont probablement être les héros de la suite parce que le final c’était pas du tout ce qu’on attendait. C’en est presque décevant. Et visiblement, cette histoire se finit en janvier. Bref. C’est dans la continuité jusque là. C’est plutôt beau. La page final me fait rire toutefois, peut-être parce que Cobb a l’air bien con dans le reflet. Jurgens joue la montre, j’en suis sûr.

– JamesEdgeGrayson

The Brèves and the Blue

 

Aquaman #53 (Kelly Sue DeConnick, Robson Rocha et Eduardo Pansica) : L’arc aurait été sans doute plus agréable sans l’obligation de le relier à Year of the Villain. Quelques dialogues un peu caricaturaux par moments, mais pour le reste, que ce soit au niveau des dessins ou de l’histoire, Aquaman s’avère agréable à lire malgré cet espèce de Gundam très Snyderien qui sort un peu de nulle part. 

Justice League #34 (Scott Snyder et James Tynion IV, Bruno Redondo et Howard Porter) : Kendra reprend magnifiquement le rôle de Star-Lord dans Infinity War. Non, vraiment, bravo. 

Lucifer #13 (Dan Watters, Sebastian Fiumara) : La grande guerre céleste n’aura pas lieux, mais si Lucifer n’avait pas été la série qu’elle est, c’est-à-dire une série non majeure, il aurait été cool de voir Watters déclencher les hostilités. Cependant, ce numéro est de toute beauté, concluant d’une très belle manière cet arc. Hâte de lire la suite.  

Superman : Year One #3 (Frank Miller, John Romita Jr.) : Le Black Label dans toute sa splendeur… C’est de la merde. Un plaisir de constater que Miller et Wonder Woman, c’est toujours une grande histoire. Après le deuxième numéro, quelqu’un avait-il encore de l’espoir ? Qu’il se manifeste, on aurait ainsi une bonne discussion. 

Teen Titans #35 (Adam Glass, Bernard Chang) : Le petit gros a fait le coup, mais en fait, pas parce qu’il est petit et gros. Par contre, qu’est-ce qu’il est con. Apparemment, deux chaînes et une attache murale ne suffisent pas à contenir un Czarnien, première nouvelle. Lobo débarque, ce qui fait toujours plaisir. 

Teen Titans : Burning Rage #3 (Dan Jurgens, Scot Eaton) : Bon, finalement, après s’être tapés dessus pendant deux numéros et demi, nos personnages et les vilains réalisent que peut être, ils peuvent arrêter de faire ça. C’est cool, vu que le lecteur se demande lui aussi à quoi ça rime. Finalement, la rage brûlante s’est un peu éteinte. Prochain épisode : Hawk and Dove

Wonder Woman : Come back to me #4 (Amanda Conner et Jimmy Palmiotti, Chad Hardin et Tom Derenick) : L’armure de Wonder Woman est plutôt cool, contrairement à tout le reste. 

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de