C’est pour Arrow le moment de faire ses adieux après 7 ans de bons et loyaux services. Pour l’occasion, il est de bon ton de revenir au moins sur le premier épisode de cette ultime saison, nommé Starling City et qui signe un hommage non caché à la première saison.

Cet article contient beaucoup de spoilers sur l’épisode.

Une revisite des débuts

Arrow devait initialement prendre fin avec sa septième saison. Mais quand la CW a proposé à Stephen Amell de touner une dernière saison réduite, l’acteur n’a pas pu dire non. Cette saison 8 n’est pas comme les autres, il ne s’agit pas d’un nouveau chapitre de la lutte contre le crime de Star City, mais d’un dernier lever de rideau. Ce premier épisode est un hommage pur envers la première saison de la série, celle où Oliver Queen était encore seul, où il agissait dans un univers encore rationnel. On le retrouve ainsi sur son île, sauvé une nouvelle fois après des années passé pour mort.

Non pas cinq ans, mais douze ans cette fois-ci. Nous ne mettons pas longtemps à comprendre qu’il ne s’agit d’une autre Terre, mais bien de notre Oliver. Ici, il est un imposteur qui doit revivre ses débuts pour mener à bien une mission. On ne parle pas d’une quête terre-à-terre visant à racheter les fautes du père en éliminant les pourris de la ville, mais d’un devoir qui le dépasse de très loin : le sauvetage du Multiverse. Là se joue un contraste évident entre sa vocation initiale et le rôle de parangon qu’il s’est vu incarner. Plus que jamais, Oliver fait preuve d’abnégation. Plus que jamais, Oliver est un héros.

Le contraste cohérent

Ici, tout est fait pour rappeler les débuts du héros, à commencer par son sauvetage et son retour au sein de sa famille. Et c’est là qu’on se rend compte que certaines scènes sont devenues presque cultes, des classiques qui touche d’autant plus fort avec le temps passé. Pour autant, si la situation vécue sur Terre-2 (c’est bien ici que nous sommes) partage bien des ressemblances avec ce que le spectateur connaît déjà, les « bugs » sont tout aussi évidents. Moira Queen n’est pas avec Walter Steele, mais avec Malcolm Merlyn. Un rapprochement qui concrétise la relation fraternelle qu’entretenait Oliver et Tommy, qui remplace ici Thea, morte d’une overdose.

Ces changements, ils ne sont pas fait au hasard. Les scénaristes jouent avec tout l’historique de la série afin de proposer une réalité alternative tout à fait logique et cohérente. Lors de la saison 2, nous avions appris que Malcolm et Moira partageaient une relation interdite dans le passé, il fait donc sens qu’ils se soient mariés après la disparition de Robert. Thea, elle, avait plongé dans la drogue avant qu’Oliver ne l’en sauve. S’il n’est jamais revenu, il est pertinent que l’addiction ait eu raison d’elle. Si Malcolm a retrouvé l’amour avec Moira, il fait sens de voir Tommy devenir le Dark Archer pour, cette fois-ci, venger la mort de Thea (réalisant ainsi un fantasme de fans).

Arrow se concentre bien plus sur Oliver que sur Green Arrow depuis la saison dernière, son secret étant maintenant révélé et les deux identités finalement réunies. Cet épisode ne fait pas exception : Green Arrow n’est qu’un costume qu’emploie Oliver par nécessité. Pour autant, Terre-2 donne un rappel de sa mission première. Ici, The Hood n’est autre qu’Adrian Chase, le Prometheus de Terre-1. Sans Oliver pour tuer son père, il est pertinent de voir Chase utiliser ses talents pour faire le bien.

Mais même sur une autre Terre, l’influence positive du parcours d’Oliver se fait ressentir. Si Chase est devenu The Hood, c’est parce que Laurel Lance l’a orienté, elle qui s’est vu reprendre le droit chemin en partie grâce à Oliver. Ce dernier conseille d’ailleurs à Adrian de changer de nom pour Green Arrow, le symbole qu’il a choisi de devenir, preuve de son évolution. A l’inverse, sans lui pour les guider, Dinah et René ont mal tourné et se sont associés au Dark Archer.

Quand la routine s’immisce

Forcément, avec une saison récapitulée en un seul épisode, le tout va volontairement très vite. Pour autant, Arrow sait globalement quelles cartes jouer, livrant un résultat bien rythmé. On notera toutefois des ralentissements du au drama instauré entre Diggle et Oliver. Il aurait été appréciable de voir Oliver se la jouer réellement en solo, mais cela n’aurait-il pas été à l’encontre de son évolution ? N’aurait-on pas perdu en cohérence si ses alliés l’avaient abandonné à son sort ? Pertinent ou pas, on retrouve dans ces quelques scènes le pathos presque routinier qui peut déplaire à certains chez la CW. Ici, Crisis on Infinite Earths est presque plus un prétexte qu’autre chose, si l’on excepte la scène finale qui débute clairement les hostilités. Il faut maintenant espérer que la suite de la saison sache autant jouer sur la corde nostalgique tout en ayant une réelle proposition pour l’événement à venir.

Symboliquement, Oliver fait face à la destruction du Multiverse alors que Laurel se tient devant l’avenir

Reste une dernière partie de l’épisode dont il faut parler, une qui fait presque tâche dans cet ensemble fort agréable. Les flash-forwards, ces scènes du futur, n’étaient déjà pas le point fort de la saison précédente, mais elles faisaient sens avec ce qu’elle racontait. Ici, le tout semble assez maladroit pour le moment : on ne sait pas pourquoi on devrait s’y intéresser. C’est presque comme si, encore une fois, la CW pensait avoir besoin d’une routine pour tenir la route, ici celle de la lutte hebdomadaire contre le crime. Maintenant, si le rythme s’en voit ralentit, on sait d’ores et déjà que ces flash-forwards entreront en collision avec le dernier voyage d’Oliver, qui rencontrera sa fille prochainement avant de lui laisser la main dans la future série Green Arrow & The Canaries.

Hommage / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (1 vote)
Les +
- Pour les fans
- Un hommage intelligent
- Une réalisation propre
Les -
- Crisis n'est qu'un prétexte pour le moment
- La partie future moins intéressante
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

1
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
thekomkiller Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
thekomkiller
thekomkiller

d’accord avec vous les truc du futurs on s’en fout un peu , dommage de ne pas avoir vu robert queen terre 2