— Attention, cette review contient des spoilers !–

Oyez oyez, braves gens ! Vous l’attendiez, la review de la nouvelle série proposée par la CW est là, et devinez qui s’y colle ?

Il convient d’ores déjà de se dédouaner de tout procès d’intention. Une héroïne lesbienne et juive, on ne va pas se mentir, ça sonne un peu comme le combo salade-tomate-oignon de la représentativité. Quant à la CW, si les productions de la chaîne sont critiquables à bien des égards, on sait que leurs employés sont capables du pire comme du très bon. Du moins, quand ils le veulent. Ainsi, même avant de sortir, Batwoman avait déjà ses détracteurs. Et comme si cela ne suffisait pas, les premiers trailers n’ont pas aidé. Mais maintenant que le produit est là, voyons ce qu’il a à nous offrir ! Et essayons d’analyser cela de façon posée et honnête.

« The Female Bruce Wayne »

De quoi ça parle ? Plusieurs années auparavant, Batman a échoué dans sa tentative de sauver une partie de la famille Kane, et Kathy est la seule rescapée. Sa mère et sa sœur y sont passées. Notre héroïne, après s’être fait exclure de l’école militaire pour avoir entretenue une relation homosexuelle avec une autre élève, décide de partir s’exiler au pôle Nord pour s’entraîner. Mais elle va un jour être rappelée au bercail. En effet, une nouvelle tarée locale, Alice, commence à semer la zizanie dans Gotham, et capture l’ex de Kathy, devenue entre temps  membre de la société de sécurité de Jacob Kane aka, son père. Batman ayant disparu depuis 3 ans (en même temps que Bruce Wayne) ; il va bien falloir que quelqu’un se charge de cette nouvelle menace.

Deux critiques majeures sont à dégager niveau scénario : les incohérences et la rapidité de mise en place de l’univers.

Des incohérences, il y en a dans toutes les œuvres de fictions, les gens ne sont d’ailleurs, même dans la réalité, pas toujours cohérents. Ainsi, le mécanisme de suspension consentie de l’incrédulité opère, soit l’opération mentale effectuée le spectateur d’une œuvre de fiction qui accepte, le temps du visionnage, de mettre de côté son scepticisme. Cependant, trop c’est trop. Par exemple, que personne ne fasse le lien entre les disparitions de Bruce Wayne et Batman, ou que Kathy découvre en 30 secondes chrono la Batcave, ça passe. On parle d’un univers de comics, un univers où Clark se différencie de Superman en un simple passage chez Atol.

Mais c’est une multitude de petits détails ou de twists trop grossiers qui poussent progressivement le spectateur à se demander :  « Mais qu’est-ce que c’est que ces conneries ? ». Et alors là, on enchaîne des situations burlesques, absurdes ou improbables qui tranchent avec le ton pesant que la série voudrait avoir. Sans forcément aborder le coup de la chute de X étages, à peine amortie par une cape, et où, les deux anciennes amantes finissent par s’écraser comme par hasard dans un lit, Batwoman se mettant à caresser lascivement la bouche de sa bien aimée, un bon nombre de scènes ou de situations sortent de nulle part.

C’est de cette accumulation que nait le problème. Le fait que Kathy laisse Fox appeler les flics avant même de voler les données , le tout la forçant de ce fait à se presser pour rien, le fait que la fille de sa belle-mère, haut placée en politique, a littéralement créé une clinique clandestine dans les bas-quartiers, ou cette scène de romance entre notre héroïne et Sophie, sa meuf, à l’école militaire. Elles ne veulent pas se faire griller, mais se mettent juste près de la clôture, cachées par trois feuilles et demie.

Je ne sais pas, mais tourner la même scène dans un local où les deux se seraient cachées, ça ne coûtait pas plus cher – d’autant que bon, Arrow en est la preuve, la CW ne manque pas de locaux abandonnés pour tourner. Et je vous passe mon avis sur l’aspect niais de la scène. Parce qu’en soit, hétéro ou homo, ça ne change pas que graver ses initiales sur une clôture en bois, puis les entourer d’un gros cœur, le tout dans une scène qui dure et qui dure pour pas grand chose… C’est quand même plutôt niais.

Concernant le rythme de l’épisode, au moins, pas de lenteur, tout va vite. Malheureusement, un peu trop. À l’exception d’Oliver Queen et Black Lightning, tous les personnages principaux de la CW ont été introduits en tant que personnages secondaires d’autres séries. Barry Allen était ainsi un personnage d’Arrow, Atom aussi, avant d’intégrer Legends. Sauf que, Batwoman n’a été que très peu présentée lors de sa seule et unique apparition dans le crossover, et le public n’a pas particulièrement d’affection pour elle. Et encore moins pour les nouveaux héros apparaissant dans ce premier épisode.

On ne l’a jamais vraiment vu galérer, et elle n’est pas particulièrement attachante. De ce fait, si on comprend les enjeux auxquels les protagonistes sont soumis, tout va trop vite pour qu’on en ait réellement quelque chose à faire. Ok, sa sœur est morte. C’est triste. Mais on s’en fout un peu. Ce qui marchait par exemple pour le traumatisme lié à la mère de Barry, le spectateur ayant appris à apprécier le speedster, fonctionne difficilement ici. Soit dit en passant, le triangle amoureux, Kathy-Sophie-Mec de Sophie fait quand même un peu peur pour la suite. Mais ne critiquons pas avant d’avoir vu.

En fait, là, juste derrière le trou sous les feuilles, c’est le chemin où tous les gardes passent.

Orange is the New Batwoman

Maintenant, discutons de la partie technique et de la réalisation. Malheureusement, là où on aurait pu s’attendre à des combats assez violents, du moins, presque autant que ceux de la première saison d’Arrow, il n’en est rien. Si on relèvera quelques prises pas dégueulasses et des coups de casseroles, le tout fait un peu triste et reste par moment brouillon. Alors évidemment, c’est sûr que voir des femmes de 50kg se taper dessus, c’est naturellement moins impressionnant que de regarder Stephen Amell et son corps béni des dieux se la donner avec Manu Bennett. Par ailleurs, des productions comme Banshee nous l’ont prouvé, des femmes se battant n’empêche en rien un rendu badass. Bien au contraire – dédicace à l’incroyable Odette Annable.

La mise en scène est pauvre. Certaines idées sont quant à elles compréhensibles, mais discutables. Marcos Siega, le réalisateur, a pris le parti de saccader visuellement toutes les séquences de flashbacks, sans doute pour retranscrire à la fois l’idée de panique liée à la situation, mais aussi le fait que Kate ne se souvienne avec le temps que de brins de ce souvenir traumatisant. Mais justement, c’est ici qu’il aurait fallu ne rien saccader, et montrer l’intégralité de la scène. Laisser le spectateur s’en imprégner, pour, par conséquent, mieux le laisser s’attacher à l’héroïne et à ce qu’elle a traversé étant jeune. En l’espèce, il n’en est rien.

Concernant la photographie et les décors, on le sait, l’équipe a fait ce qu’elle a pu, et avec les moyens du bord. Même si on se doute que le fait que la série ne soit composée que de 8 épisodes a du leur laisser un peu plus de champs libre que dans les autres séries. Gotham reste tout de même une ville lambda, aussi propre qu’une Star City. L’intérieur du QG des Crows – pas Suzuran, pour les deux du fond qui ne suivent pas – est vide, et les entrepôts/immeubles restent des entrepôts/immeubles, pas de surprise.

Par ailleurs, la Batcave, quoique très petite, ne rend pas si mal. Même si le costume original de Batman accuse un déficit de charisme, et ressemble plus directement à une version homme du costume de Batwoman. Pour résumer, si la tenue rend assez bien sur Ruby Rose,  je doute qu’un homme habillé ainsi puisse impressionner qui que ce soit.

Pour finir, en parlant de Ruby Rose, terminons par la performance des différents acteurs. Le casting n’est pas mauvais, mais reste inégal sur le plan de la performance. Si revoir Dougray Scott après son rôle dans la série Snatch, fait toujours plaisir,  Rachel Skarsten livre une bonne performance dans le rôle assez complexe d’Alice et est, comme les trailers l’annonçaient déjà, la véritable révélation du casting.

Ruby Rose quant à elle… a vraiment du mal. L’actrice donne plus l’impression de bouder que d’être en colère, ou même de plus regarder une part de pizza froide réchauffer dans le micro-onde, que de réagir à l’acteur en face d’elle. C’est un peu dommage. Pour l’avoir vu récemment dans Orange is the New Black, la jeune femme ne s’en sortait pas mal. Reste à savoir à quel point elle a ici été dirigée, et à quel point son rôle dans la série se déroulant dans l’univers carcéral était un rôle de composition.

Batwoman, ce n’est pas fameux. Trop d’incohérences finissent par lasser. Et l’introduction trop rapide de l’univers empêche de véritablement s’attacher à ses personnages. Si certaines choses sont à sauver, je ne saurais que trop vous recommander de passer votre chemin. Pour le reste, si vous cherchez des séries de super-héros torturés, de femmes badass, ou traitant d’homosexualité, il existe actuellement pas mal de séries bien meilleures que Batwoman. Vous pouvez tout de même tenter l’expérience en vous disant que de toute façon, il ne reste que sept épisodes. Mais je vous le déconseille.

PS : Je préfère toujours la Batwoman d’Axel Braun

Mauvais / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Rachel Skarsten en Alice
- Pour la Batcave, ils ont essayé, et le costume rend assez bien
Les -
- Des incohérences à la pelle
- Une mise en place trop rapide pour s'attacher aux personnages
- Le strict minimum au niveau de la réalisation
- Sans doute le Gotham le plus clean depuis très longtemps
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

10
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
7 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
8 Auteurs du commentaire
SaraLanceknightwingthekomkillerBluesetois3 Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Vittorini
Vittorini

Bonn riviou.

Shaddy
Shaddy

Pour ma part, j’ai bien aimé cet épisode au contraire. On aurait dit l’enfant d’Arrow (la série) pour le scénar’ et de Gotham (la série) pour le visuel.

Globalement, je donne un avis positif (7/10) même si cet épisode n’est pas exempt de défauts (comme le prévisible futur trio de romance neuneu à la CW entre Katy, son ex et l’époux de celle-ci, trio de pathos qui va vite m’agacer). Même si cet épisode allait un peu vite, mais par rapport à la lenteur de certains épisodes d’Arrow, c’est un point négatif qui devient positif.

Hormis la scène de baisers volés et de graver un coeur qui m’ a aussi fait tiquer (la discrétion c’est pas gagné), le point qui me dérangeait était surtout que Katy Kane soit allé s’entrainer au Pole Nord pour pouvoir prouver à son père être digne de rejoindre son armée privée. Déjà, c’est légèrement stupide comme idée, et ensuite, cela rappelait bien trop l’entrainement de Bruce Wayne. Je veux bien qu’on pique des éléments de l’univers de Batman pour cette série (la série Arrow ne s’en est pas gênée) mais le background « réel » de Katy Kane issu des comics, je veux le découvrir.

Par contre, je suis choqué/déçu: il n’y a que 8 épisodes pour la série ?? Où est-ce que cette information a circulé ? Je ne la retrouve pas. :(

setois3
setois3

« PS : Je préfère toujours la Batwoman d’Axel Braun »
Règle d’or, les versions d’Axel Braun sont toujours supérieures aux originales!

thekomkiller
thekomkiller

épisode sympa sans plus , j’ai envie de dire pk pas , a mon avis cette série va devoir vite évoluer et amener la plupart des perso de la bat family pour survivre
(batgirl,nigthwing,robin tim drake,red hood,alfred,gordon)

je pense que cela serait quand meme bien d’avoir une série spin off sur Batman pour savoir ou il a disparu ,pk et son éventuel retour avec jason o mara en Bruce

l’épisode pilote de Arrow etait quand même bien meilleur

knightwing
knightwing

En vrai, au vu des trailers et de ce qu’on a pu voir du perso dans le dernier crossover, je m’attendais à bien pire. Là c’est juste pas bon… Pas dégueulasse, juste mauvais normal ^^’

Mais vu que ces séries ne vont jamais en s’arrangeant, passez votre chemin ;-)

SaraLance
SaraLance

C’est nouveau qu’il n’y a que 8 épisodes ? La CW en avait commandé 13 à l’origine.