À l’occasion de la sortie cinéma du film Joker, Urban Comics revient sur sa version DC Renaissance (ou New 52). En effet, et comme le laisse entendre le titre, le Clown Prince du Crime est l’invité d’honneur de ce tome. Voilà l’opportunité de (re)découvrir ce personnage traité par Scott Snyder et Greg Capullo lors de leur run débuté en 2011. Alors, que vaut cette lecture moderne du Joker ?

BA(T)S LES MASQUES

Premièrement, il faut savoir que ce volume comprend les récits des tomes 3 et 7 du Batman de DC Renaissance. Donc, pas de nouveauté dans cette compilation, d’autant plus que le prix ne diffère pas tant. Vous risquez de passer à côté de certaines références si vous voulez débuter Batman par cette voie. Cette réédition s’adresse donc à ceux qui n’ont pas lu le run de Snyder/Capullo, et qui ne sont intéressés que par le vilain.

Après un an d’absence, le Joker fait son grand retour dans Gotham. Nostalgique du bon vieux temps avec la chauve-souris, il veut se lancer dans la version ultime du Docteur Maboul en le débarrassant de tout ce qui lui est nuisible, à savoir sa Batfamily. Voici les bases du premier recit qui s’annonce digne d’un thriller horrifique tant la mise en scène est soignée et aux petits oignons sur certains points. Que ce soit lors de séquences en pleine lumière ou dans la pénombre, l’ambiance y est oui. On peut citer la scène dans le commissariat, à Ace Chemicals ou encore l’asile d’Arkham. Scott Snyder utilise habilement ces lieux anthologiques pour les détourner et les adapter à son script. Personne ne semble à l’abri ou n’est intouchable. Enfin, nous y reviendrons plus tard, mais le travail de Greg Capullo a beaucoup contribué à l’œuvre et sa mise en scène.

Joker Renaissance rencontre Batman

LÉGENDE URBAINE

Quant au deuxième récit, il se situe après les événements du Deuil de la Famille et de Batman Eternal. Lorsque les membres de la Ligue de Justice perdent la raison, Batman reconnaît la signature du Joker. Ce dernier a réussi à empoisonner ses membres, mais ce n’était que le prélude de ce qui allait venir ensuite. En effet, le Clown voit plus grand cette fois, et compte bien s’attaquer à la ville entière. A travers son personnage, comme un avatar de sa volonté, l’auteur va laisser libre cours à ses envies. Pour preuve, il entoure le Joker d’un voile de mystère autour de ses origines, ce qui lui confère un trait divin ou immortel. De plus, il n’a pas un ou deux coups d’avance sur Batman, mais plutôt dix ou vingt. Et malheureusement, cela finit par tomber dans l’abus et la surenchère.

Avant tout, il faut reconnaitre un fait, Batman est intimement lié à Gotham. Alors pourquoi ne pas en faire de même avec le Joker ? Comme un avatar du scénariste, on lui instaure une capacité de quasi omniscience face au Chevalier Noir. Il baladera et bluffera le héros à de (trop) nombreuses reprises. Ce n’est pas nouveau que le Joker ait un traitement spécial à chacune de ses grandes apparitions, mais ça devient tiré par les cheveux ici. Le personnage est trop fort, trop intelligent, c’est presque insensé.

Joker et Batman New 52

AMERICAN PSYCHO

En réalité, ce qui le rend dangereux, c’est que le Joker prévoit tout, tout seul, mais que l’auteur veut nous faire croire que c’est banal. Par analogie, c’est comme si une personne remisait tous ses gains de loto à chaque victoire pour perdre lamentablement à la fin à cause de son excès de zèle. D’ailleurs, c’est le cas du premier récit, des épisodes fillers et de l’annual qui regorgeaient de bonnes surprises et d’intentions, mais qui n’apportent rien de plus si ce n’est de lui attribuer un caractère d’omnipotence et d’omniprésence. Il ne faut pas oublier que c’est un homme avant tout. Toutefois, les deux récits se concluent sur des notes ouvertes, dont certaines sont laissées à la théorisation de chacun.

Mais que serait ce Joker Renaissance sans la maîtrise de Greg Capullo? Son travail est excellent. À commencer par l’ambiance de l’environnement que Scott Snyder souhaite faire peser sur le lecteur. Gotham est plus (sur)vivante que jamais. Une des rares villes qui continue de s’élever et à la fois de sombrer dans tout ce que l’humanité a de meilleur ou de pire à offrir. Quant au traitement fait aux personnages, c’est également une totale réussite. Si on prend l’exemple du Joker, il est absolument dément, même si Batman, Gordon ou Alfred sont bons également. Capullo réussit l’exploit de présenter des émotions à quelqu’un qui s’est attaché son propre visage comme un masque. Et a contrario, lors des scènes où ce dernier l’a encore intact, l’artiste le déforme d’une telle façon que cela en est presque inhumain. Sa représentation frôle avec la frontière entre le réel et le cauchemar.

Joker renaissance visage face

Il est difficile de cautionner l’acquisition de ce tome autrement que pour lire du Joker. En effet, il s’insère dans un run bien dense, qui peut rendre la lecture difficile dans la compréhension des personnages ou du contexte. De plus, ce volume s’adresse globalement à un public adulte, de par son ambiance et l’exposition de ses scènes un peu gores. L’art de Capullo s’y collant parfaitement avec l’univers sombre du Chevalier Noir. Mais, et ce sera souvent le cas avec Scott Snyder, ces intentions sont ternies par un basculement facile dans la surenchère pour nous faire croire à de l’ingéniosité d’écriture. Le tome est suffisamment voyant qu’il mérite au moins d’être feuilleté plutôt que de passer à côté sans se retourner.

PASSABLE / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Des arcs avec un bon postulat de départ... 
- Les dessins de Greg Capullo
Les -
- ... mais qui s'égarent progressivement dans l'excès de surenchère
- Ne conviendra pas à tous
- Épisodes fillers et annual dispensables
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

2
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Fish talkerWolfgang Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Ludovic448
Ludovic448

C’est dommage de ne pas avoir inclus les épisodes de la Bat-family pour l’arc « Un deuil dans la famille » (Batgirl, TT, RH&O, B&R et Nightwing).