Le Batman de Robert Pattinson a (presque) trouvé son commissaire Gordon et le résultat a tout pour déchaîner les Internets. Jeffrey Wright est Gordon. Gordon est pour la première fois incarné par un acteur noir dans un film live (Lego Batman était un vrai visionnaire). Pour être tout à fait franc je n’ai aucune idée de la réelle réception de ce casting. Mon esprit de préservation m’empêchant de m’infliger ce qu’il se passe sur les réseaux sociaux. Cependant on peut toujours compter sur Internet pour ne jamais nous décevoir et je suis certain que les « non mais attendez si Black Panther était joué par un acteur blanc ce serait un scandale » ont été débité à foison.

Je ne vais même pas m’attarder sur ce commentaire, que certaines personnes doivent trouver particulièrement intelligent au vu de sa régularité. Ni expliquer en quoi la diversité est une bonne chose pour l’industrie hollywoodienne. Au bout d’un moment ça ne sert plus à rien.

Cependant il y a une chose de vraie : le fait de faire jouer le personnage de James Gordon par une personne de couleur noir représente des possibilités vraiment intéressantes en terme d’intrigue et de développement de personnage. Et qui plus est, ces possibilités s’intégreraient logiquement et sans difficultés au personnage de Gordon tel qu’on se le représente dans les comics depuis des années.

Qui est James Gordon ?

Déjà, il faut le dire, pendant longtemps Gordon n’a pas été un personnage des plus intéressant. Toute sa caractérisation n’allait pas beaucoup plus loin que celle du flic qui n’aimait pas Batman avant de s’allier avec lui. Si ce n’est le fait qu’il ait tué deux voleurs en légitime défense et que cela à engendré la naissance d’un super-vilain Wrath, leur fils. Bon il y avait bien la présence de sa fille Barbara, mais pas grand chose de plus.

C’est avec Batman Année Un que Gordon reçoit ses lettres de noblesses. Ce récit qui est autant une histoire autour de Gordon que de Batman, liant intrinsèquement l’origine des deux personnages. Gordon est un flic muté tout droit de Chicago après plus de quinze ans de carrière là-bas. On ne connait pas précisément la raison de ce renvoi, Gordon parle juste d’erreurs qu’il aurait fait. Gordon flic intègre, s’il en est, est très vite mis face à la corruption de la ville de Gotham.

Son intégrité sera très vite vue comme problème au sein d’un commissariat où les flics sont à peu près tous des Balkany en puissance. Tout ça bien qu’il y ait eu des menus changements à droite et à gauche reste plus ou moins encore d’actualité aujourd’hui. Le fait que Gordon était à Gotham le jour de l’assassinat des parents de Bruce est un retcon que les scénaristes ont l’air d’apprécier, mais qui n’était pas présent à l’époque. Avant tout Gordon est donc un underdog, le grain de sable dans les rouages de la corruption Gothamite.

Alors, quid d’un Gordon noir ?

Alors avec tout ça, qu’est-ce que nous pouvons faire avec le personnage et sa couleur de peau ? Énormément de chose. Pourquoi est-ce que Gordon est un si bon flic ? Parce-qu’il connait les injustices, il les a lui-même vécu. On pourrait même supputer que son transfert de Chicago n’ait pas vraiment dû à une erreur de sa part, mais plutôt du fait qu’il gênait sa hiérarchie. Et dans la même idée, on pourrait amener ce problème à la police de Gotham. Que ce tout jeune flic vienne leur mettre des bâtons dans les roues ne leur plait pas, mais qu’en plus il soit noir, là c’est trop.

Car on ne va pas se mentir le racisme au sein de la police américaine, est… ce qu’il est. Il suffit de voir le nombre effrayant de résultats qui apparaissent lorsque que l’on recherche « Us police racism ». Mais de toute façon je ne vous apprends rien en disant qu’aux Etats-Unis la culture du racisme est des plus toxiques et ce depuis la fondation du pays. D’ailleurs les comics et le racisme, cela ferait un bon sujet de dossier, mais on s’égare. Avec ce racisme latent dans la police américaine on ne peut qu’imaginer ce qu’il se passe réellement dans les commissariat pour les agents de couleur. Bien que l’on ait quelques idées avec des articles qui sortent sporadiquement, c’est tout de même quelque chose d’assez secret. Donc voir Gordon se battre au sein d’un commissariat où le racisme est complètement présent, puis le voir gagner en prenant la tête de ce-dit commissariat, serait quelque chose de vraiment appréciable.

Quoi qu’il en soit, ce qu’il serait bon de retenir c’est que oui Gordon n’aura pas exactement l’apparence dont les comics nous ont habitués depuis des années. Mais est-ce que c’est réellement grave ? Non car la couleur de peau de Gordon n’a jamais eu une quelconque incidence sur ce qu’il est dans les comics. Mais plus encore ce changement pourrait apporter des intrigues et des questionnements, totalement inédits et cohérents avec le personnage. Et même si tout ça ne devait pas apparaître dans le film, on pourra se dire que Jeffrey Wright est un bon acteur et qu’il pourra très bien incarner le personnage de James Gordon.

En tout cas on se retrouve très vite pour le casting de Catwoman. On va bien s’amuser. 

6
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
4 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
2 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
ClayganThe BatAmesephisMoonsorrowReptile Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
The Bat
The Bat

Des idées intéressantes. J’aurais aimé un peu plus d’approfondissement au-delà d’arguments déjà connus mais c’est déjà bien pour une humeur. Pour la corruption et le racisme dans la police je conseille l’excellent roman de Don Winslow, The Force (Corruption dans sa version traduite).

Reptile
Reptile

Moi ça me botte bien Jeffrey Wright en Gordon, ça lui colle bien je trouve.

Moonsorrow
Moonsorrow

Du coup, on aura une batgirl black ou adoptée ?

Amesephis
Amesephis

Et pourquoi pas un Black Panther blanc (ok ça ferait couler beaucoup d’encre aux état unis … surtout par rapport à l’identité culturel du groupe des années 70) ? Un jeune blanc issu des ghettos d’Afrique du sud ça serait crédible. Bon pour Luke Cage… le coté Harlem c’est sur que c’est moins présent si le mec est blanc…
Il faut que les comics évoluent pour selon l’époque sinon ils perdent tout leurs sens… (bien que d’un autre coté les œuvres peuvent aussi être encré dans certaines époques : quoi de mieux pour Gotham que le New York des années 80-90). Et qui dit époque dit contexte social, d’un autre coté si le film Batman se passait dans les années 80, un commissaire black serait vachement moins crédible à la tête de la police de New York, faut attendre la toute fin de 89 pour voir cela arriver.