Introduction

1.La création des Birds of Prey

2. Gail Simone et la définition de l’équipe

3. L’après Simone

4. New 52 et la refonte des Birds of Prey

5. Rebirth et le relaunch

6. Et maintenant ?

1. La création des Birds of Prey

Dossier - Birds of Prey, à travers les âges de DC Comics 1

Contrairement à ce que l’on peut penser la création des Birds of Prey ne vient pas de Chuck Dixon, mais de l’éditeur Jordan Gorfinkel. C’est celui-ci qui a proposé à Dixon une série comprenant Oracle, un personnage toujours très populaire, mais qui était difficile à vendre toute seule. Ainsi que Black Canary dont l’ongoing avait été un échec.  Quand au nom même de la série on le doit à Frank Pittarese qui l’a proposé et Mike Carlin qui a insisté pour que le nom ne soit pas changé en Hell’s Belles (et on le remercie tous pour ça).

Cependant avant de lancer la série il leur a fallu faire leur preuves et c’est comme ça qu’ils ont lancé un one-shot En 1996 : Black Canary/ Oracle: Birds of Prey. Le tout écrit par Chuck Dixon, dessiné par Gary Frank et encré par John Dell. Ce premier numéro proposa un nouveau costume pour Black Canary qui y perdit ses bas pour un costume supposément plus pratique pour une espionne. Dinah et Barbara ne se voyaient jamais à visage découvert dans cette mini-série et cela deviendra un élément central de l’histoire sur le long terme. D’autres mini-séries ont suivi et finalement DC se décida enfin à donner le feu vert pour une ongoing Birds of Prey en 1998.

Chuck Dixon continuera au scénario pendant 46 numéros, tandis que Greg Land et Butch Guice alterneront aux dessins. Dinah et Barbara se rencontreront pour la première fois au numéro 21. Lors de son run Dixon utilisera aussi les personnages de Tim Drake et de Ted Kord (Blue Beetle). Le tout donne un run plutôt sympathique. Rien d’extraordinaire, mais ce sont des petites aventures qui se consomment assez bien. Même s’il ne faut pas s’attendre à quoique ce soit d’engagé, Dixon étant ce qu’il est et le run accumulant parfois les idées un peu… discutables diront nous pour rester corrects. Tel que Black Canary qui tombe amoureuse de Ra’s Al Ghul, sans savoir que c’était lui, ou alors Black Canary qui remonte de 1000 ans dans le temps et tombe amoureuse d’un Viking qui s’appelle Jon. Oui. Il en reste que ce run marque la toute première confrontation entre Barbara et le Joker depuis les événements de Killing Joke.

Ensuite nous aurons le droit à un très bref run de la part de Terry Moore et Gilbert Hernandez. On ne va pas vraiment s’attarder dessus. C’était très court, il n’y a pas eu d’apport majeur et les ventes du titres sombraient.