Le moins que l’on puisse dire c’est que Wally a bien morflé avec Heroes in Crisis. Meurtrier ayant mis en scène sa mort et celle de ses amis, avant d’être jeté en prison. La tâche d’écrire l’histoire de sa rédemption était donc des plus difficiles. Alors qui de mieux que Scott Lobdell pour relever cette tâche ? N’importe qui ? Sans doute.

Pas le temps, mon esprit est ailleurs

Donc tout commence avec Wally en prison (non ce n’est pas une blague, arrêtez). Et déjà il y a quelque chose qui interpelle quelque peu. A quel moment les collègues de Wally se sont dit que c’était une bonne idée de mettre un super-héros (dont l’identité est apparemment connue maintenant) en prison avec des super-vilains. On pourrait arguer que c’est Wally qui l’a peut-être demandé, mais même, que les autres aient accepté ça reste complètement idiot. Bien entendu qu’à la première occasion les autres détenus vont essayer de le tuer.

Quoi qu’il en soit, une bonne partie du numéro se centre autour de l’état d’esprit de Wally. Et c’était quand même une chose attendue. Après ce qui lui est arrivé il fallait revenir là-dessus. Mais est-ce que c’est bien fait ? Non pas vraiment. Il ne fallait sans doute pas s’attendre à de la subtilité avec Scott Lobdell, mais ici il fait vraiment le minimum syndical. Le seul moment intéressant reste la conversation entre Wally et Linda, mais c’est une page, une seule page dans un comics de 20 pages. N’y avait-t-il pas autre chose à faire, plus de chose à développer ? Confronter Wally aux autres héros aurait déjà été une idée intéressante. Voir ce qu’eux avaient à lui dire. Mais visiblement non, c’était sans doute plus intéressant de placer un interlude de deux pages sans aucun intérêt pour l’intrigue de ce numéro et qui ne fait que casser le rythme. Il en reste donc un Wally qui se dit que tuer ses copains c’était quand même pas cool. C’est tout.

Wally Into the Dark Multiverse

Avez-vous entendu parler du Dark Multiverse ? Moi non plus, mais visiblement c’est plutôt important vu que cela prend une moitié de ce numéro. Tempus Fuginaut a besoin d’un nouveau poulain parce-que ça va pas super dans le Multivers apparemment. Le Dark Multiverse ait en train de contaminer les autres Terres et il n’y a que Wally qui peut l’aider à les sauver. Pourquoi ? Il est sans doute l’élu, une histoire d’anneau ou de cicatrice je crois.

Plus sérieusement, DC nous ressert du Dark Multiverse à toutes les sauces depuis des mois et c’est fatiguant. Cependant, même si c’est un concept toujours aussi ridicule, il y avait sans doute moyen de faire quelque-chose de plus intéressant que ça. Qui plus est, et c’est un peu inquiétant pour la suite, la représentation des différentes Terres et du Dark Multiverse est vraiment fade. Brett Booth ne fait aucun effort pour rendre ces phases intéressantes visuellement. Il n’y a absolument aucune grandeur dans ces Terres engloutis par une masse ténébreuse, juste des dessins moyens et un découpage désespéramment classique. Pourtant il y a tellement de potentiel là-dedans.

Cependant, il n’y pas que dans sa représentation du Multivers que Booth pèche. Tout le numéro est globalement moyen voire mauvais visuellement. Le style très 90’s de Booth est ce qu’il est et donc par moment on a plutôt l’impression de suivre les aventures de Cletus Kasady que de Wally. C’est d’autant plus… drôle ? Ou triste, que l’artiste se revendique comme un énorme fan du personnage.

Ecrire sur Wally West après Heroes in Crisis n’est pas une tâche facile, là-dessus tout le monde peut se mettre d’accord. Le personnage a été saccagé, est devenu un meurtrier psychopathe, donc faire quelque-chose de tout ça, c’est complexe. Cependant cela n’excuse en rien ce premier numéro qui ne raconte rien. Se contentant d’une exposition bête et méchante sans aucun fond. Quand en plus on ajoute à ça un artiste qui fait vraiment le minimum syndicale on a un premier numéro qui ne raconte rien et qui ne donne aucunement envie de continuer.

mauvais / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 (0 votes) Votre avis
Les -
- On cherche la subtilité
- Vous voulez un peu de Ketchup sur votre assiette de rien ?
- Qu'est-ce que ce serait si Booth n'aimait pas Wally ?
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

7
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
6 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
mavhocurbanvspanini10The BatstingrayfellDetective Pikachu Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
trackback
Highlights de la semaine #59 | DCPlanet.fr

[…] Review VO – Flash Forward #1 […]

Billy Batson
Billy Batson

Bien d’accord avec cette review. À ceci près que je pense que, plus que « mauvais », c’est l’expression « insignifiant » qui caractérise le mieux ce premier numéro. Et c’est bien malheureux de voir Wally dans un tel état. Outre la vacuité de ce numéro, le manque d’ambition ou de subtilité est assez lourde, à l’image des planches de Booth, laides à mes yeux.

Vittorini
Vittorini

Quelques remarques :

– Oui, Wally à Blackgate, c’est dérangeant, mais c’est la conclusion de HiC, et qui est bien pire et bien plus injuste pour le héros qui a droit à la totale, menottes comprises.

– Les états d’âme de Wally, je les ai trouvés très intéressants et très vraisemblables, dans la lignée de Waid et Morrison/Millar où on l’a déjà vu prêt à se laisser tuer. On est donc un peu loin du « j’ai tué mes copains, c’est pas cool ». Le personnage explique clairement qu’il y pense sans arrêt et qu’il ne trouvera le repos que lorsqu’on l’aura terrassé. Et ces scènes ont pour principal but de montrer que, jusqu’à présent, le passé de Wally n’est revenu que pour le blesser. Littéralement et métaphoriquement. Aussi, je retiens la scène avec Murmur qui est vraiment top et remet enfin sur le tapis les Rogues de Johns qui ont perdu leur prestige depuis quelques années.

– Quant à l’intermède, cette idée de rythme cassé fait un peu sourire. Prenez juste le temps de revoir le dernier panel de la discussion avec Linda, regardez ensuite de quoi parle le fameux intermède et peut-être qu’on pourra dépasser cet a priori de cassure dans le rythme. Sur un autre registre, je trouve ça personnellement très cool de voir un auteur récupérer des jouets abandonnés, leur apporter une conclusion ou une suite en les greffant sur un autre personnage. C’était un peu la base du métier de scénariste de comics …

– L’utilisation du Dark Multiverse et sa connexion avec Wally, si elle peut gonfler (ce que je peux comprendre) et paraître arbitraire, suffit juste de regarder les dernières planches pour voir que Wally est lui aussi toucher par cette infection. Deux possibilités bien utiles : Wally est celui qui est le plus imprégné de Speed Force, l’énergie qui retient les barrières entre les mondes, logique donc que ce sauvetage lui incombe. Si Wally est bel et bien infecté par le Dark Multiverse, ça peut servir à expliquer l’explosion de la Speed Force dans HiC et donc l’innocenter.

– « confronter Wally aux autres héros », oui, bah c’est un peu le but des numéros suivants en fait … (pour les curieux, j’ai posté des spoilers sur les cinq premiers numéros sur le forum)

– Ceci étant dit, je peux également comprendre qu’on puisse pas blairer le travail de Booth.

Pour ma part, je vais suivre avec plaisir cette nouvelle épopée.

stingrayfell
stingrayfell

La critique générale US n’est pas de cet avis par contre…

urbanvspanini10
urbanvspanini10

Premier numéro de la futur rédemption de Wally. J’étais curieux de voir ce que ça aller donner, même si j’aurais voulu avoir King à la place. Malgré ce qu’il a fait il me semblait plus légitime comme scénariste qui devait raconter la suite des aventures de Wally. Mais enfin bon, que vaut ce numéro ?

Eh bien le numéro était plaisant à lire. Peut-être que le positivisme de Vitto ma contaminer pour ce numéro, mais j’ai bien aimé le lire. Malgré pas mal de truc à redire comme :

*Attention SPOILER*
– Cet interlude mal positionné dans le récit pour moi (Mais qui laisse penser que la quête de Wally va voir des proportions assez importantes)
– La position actuelle de Waly simplement, pourquoi les SH le laissent dans une prison rempli de criminel qui veut le tuer X). Il aurait pu l’amener dans la prison du Hall de Justice au moins. Il mérite pas cet misère à ce point XD
*Attention SPOILER*

– Les dessins par moment. Pour les scènes d’actions c’est très bien. Mais quand le dessinateur dessine des scènes plus posé il y a un truc qui marche pas pour moi.

Sinon pour le reste ça m’a bien plu. La situation que traverse Wally est bien traité, et la dernière page me rend curieux sur la tournure que va prendre le deuxième numéro avec l’arrivé d’un perso que je pensais pas voir ici.

Bref vive la suite, en espérant qu’Urban publie ce récit pour la VF.

mavhoc
mavhoc

Je ne rejoins que peu Bitto qui est quand même très généreux avec un numéro assez vide. Visuellement c’est effectivement très peu osé et très peu inspiré tout le côté cosmique. Pour le fond, oui c’est nul, oui on a un truc écrit sans inspiration pour juste lancer le scénario et non clairement les pensées de Wally n’ont rien d’originales ou de bien écrites. On dirait du sous-Marvel d’il y a 20 ans.
Heureusement c’était le numéro un peu obligatoire suite à Heroes in Crisis et ça peut ne pas être révélateur de la série.