Jack of Fables est le premier spin-off consacré à l’univers de Fables, comics considéré par beaucoup comme l’un des meilleurs de son temps. On suit donc ici les aventures solitaires (mais pas que…) de Jack à la recherche de gloire et d’argent. Voyons si ce premier volume est à la hauteur du récit d’origine.

Once upon a time… after Hollywood

Ici, Bill Willingham s’associe à Matthew Sturges  pour nous raconter les événement survenus dans la vie de Jack juste après qu’on l’ait laissé dans les pages de Fables. Interdit de séjour à Fableville, il quitte alors Hollywood les bras chargés d’argent. Si vous ne savez pas ce qu’est Fableville, je vous conseille très fortement d’ouvrir Fables et plonger dans cet univers remarquable et fascinant. Si vous vous obstinez à ne pas le faire, alors Jack vous résumera parfaitement les événements et les protagonistes du comics à sa façon. Mais ne vous y fiez pas. Car Jack ment beaucoup.

Si la relation ente Fables et humains était de moins en moins présente dans Fables au fil des volumes, se concentrant plus particulièrement sur la guerre avec les royaumes, les auteurs ont choisi d’axer Jack of Fables sur une intrigue entièrement située sur Terre, privilégiant les interactions entre Jack et tout un tas d’autres protagonistes, Fables ou humains.

Dès les premières pages, on nous introduit de nouveaux Fables tirés de toutes les cultures. On voit passer le morse et le charpentier d’Alice au pays des merveilles, Little Black Sambo, personnage principal d’un conte pour enfant de 1899, ou encore Paul Bunyan et sa vache bleue, figure emblématique du folklore américain. On retrouve également certains personnages que l’on avait laissé pour mort dans le comics original, comme Boucle d’or. Mais on rencontre surtout les antagonistes principaux de ce volume, à savoir Revise et les sœurs Page.

L’évolution des personnages au cours du récit est vraiment plaisante à suivre et l’on se laisse agréablement porter par l’histoire qui prend de la substance tout au long du tome. D’un simple kidnapping, on arrive finalement à une intrigue mystérieuse qui semble tirer sa source à la naissance même des contes. La partie graphique est correctement assurée par les artistes qui arrivent à garder une cohérence globale dans leurs traits malgré quelques pages pas toujours soignées.

« L’important n’est pas le but, mais le chemin »

L’ouvrage est organisé en une histoire globale entrecoupée d’intermèdes nous narrant les multiples vies de Jack au temps des royaumes. Car le personnage est au centre de ce récit dont il est l’acteur et le narrateur. De ce fait, le scénario évolue en prenant la forme de ce que Jack est au moment où il le raconte. Souvent, on le voit vulgaire et misogyne. Mais parfois il se révèle profondément humain (avant de retourner dans ses travers très vite).

On se prend rapidement au jeu de croire que l’auteur n’est plus Willingham ou Sturges mais Jack. Que l’histoire qui nous est contée est très éloignée de la réalité. Que ce menteur compulsif de Jack a tout inventé ou tourné les événements pour que lui seul soit au centre de l’attention. Jack nous raconte comment il est devenu Jack Frost, comment il a directement influencé les événements de Fables. On est captivé par cette mise en abyme d’histoires qui semblent déconnectées les unes des autres pour nous surprendre lorsque tout s’assemble.

Certes on ne peux pas se fier à Jack et à ce qu’il raconte. Tout semble faux. Mais n’est-ce pas le propre du conte de nous donner du faux ? De nous faire rêver avec des événements et des personnages imaginaires ?

Les auteurs (les vrais cette fois) réalisent une prouesse de storytelling, se permettant de rendre les personnages conscients de leur statut de personnages. Surpassant complètement le postulat que les Fables savent qu’ils sont des Fables. Cela leur permet, entre autre, de casser le quatrième mur à plusieurs occasions, en donnant par exemple un cours de géographie imaginaire au milieu du récit.

Au final, à ne pas savoir différencier le vrai du faux, on en vient à faire confiance à ce qu’on lit. Les aventures de Jack se succèdent et ne se ressemblent pas. Une constante reste cependant : La quête du héros pour la gloire et la fortune n’arrive jamais. Car, au final, cela ne vaut aucunement la vie hors du commun qu’il a fallu pour y arriver.

En résumé, ce premier volume de Jack of Fables nous replonge dans l’univers magique de Fables avec ce goût de nouveauté qu’il est agréable de retrouver. Les personnages, même les plus antipathiques, sont attachants et l’intrigue est à la fois facile à lire et profonde. Jack et ses compagnons n’ont pas fini de nous surprendre car, si l’on en croit la fin du récit, le deuxième tome s’annonce tout aussi enthousiasmant.

Excellent / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Du renouveau dans l'univers de Fables
- Des personnages intéressants et charismatiques
- Une intrigue riche et originale
Les -
- Une partie graphique inégale
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de