Introduction

Watchful – Claygan – Justafrogg

Mocassin – Blue – myplasticbus

James Edge Grayson – Sledgy7 – Harley

Mocassin

Superman #20 (Rebirth)

Scénario : Peter Tomasi

Dessins : Patrick Gleason

Couleurs : John Kalisz

Encrage : Mick Gray

 

Des pages mémorables, il y en a un paquet. Celles-ci permettent de figer un instant, et c’est dans cette optique que je choisis l’une des pages de Superman #20 par Peter Tomasi et Patrick Gleason. Formant le duo le plus emblématique de l’univers DC, et Superman n’en sont pas moins opposé sur la façon d’appréhender le monde. Pour le Chevalier Noir, il est nécessaire d’être pragmatique et de composer avec un monde qui devient de plus en plus sombre, forçant à imaginer le pire. L’homme d’acier, lui, refuse d’embrasser ce pessimisme : face aux ténèbres, il doit briller d’autant plus fort. Une case qui représente parfaitement ce qu’incarne Superman et ce à quoi doivent aspirer les super-héros : croire en un monde qui a plus à offrir qu’à prendre, agir pour en faire une réalité et inspirer, tel un phare.

A une époque où il est facile de croire que les super-héros doivent s’abaisser à notre niveau, Tomasi et Gleason rétorquent que leur devoir est tout autre, en particulier chez DC où le panthéon est constitué d’icônes. Un message que même Batman a besoin d’entendre de temps à autre, et qui fait partie de la dynamique si exceptionnelle de ce duo. Un message iconique, figé à travers une page, et que les auteurs s’évertuent à illustrer dans les histoires de Superman.

 

Blue

Adventure Comics #5 (2009)

Scénario : Sterling Gate, Geoff Johns

Dessins : Jerry Ordway, Francis Manapul

Encrage : Jerry OrdwayBob WiacekFrancis Manapul

Couleurs : Jerry Ordway, Brian Buccellato


En fait, c’est Superboy Prime qui débarque dans les locaux de DC, et plus précisément, dans le bureau de Dan Didio, et qui commence à tout péter, tout en lui reprochant ses conneries. Cette planche est triste et marquante, car ce qui y est dépeint, n’a jamais vraiment eu lieu dans notre monde, ce qui est dommage, Didio ayant au fil des ans encouragé un grand nombre de projets foireux, et a contrario, annulé de très belles choses. Dix ans plus tard, cette planche est plus que jamais d’actualité. Le constat est déprimant, la ligne éditoriale de DC malgré quelques exceptions, l’est de plus en plus. 

myplasticbus

All-Star Superman #10 (2008)

Scénario : Grant Morrison

Dessin : Frank Quitely

Encrage et couleurs : Jamie Grant

 

La planche est iconique. Une première case, toute en longueur, nous plonge vers les profondeurs des gratte-ciels avec des lignes verticales. Le téléphone tombe. Regan est prêt à sauter. Mais là, Superman arrive. Il dit quelques mots à Regan. Le héros prend Regan dans ses bras. Et, pour le moment, Regan est sauf. En elle-même, cette planche est incroyable. Elle symbolise mieux que nulle autre la force du personnage de Superman, qui a la puissance de désamorcer les plus grands génies du mal, mais prend le temps pour les plus petits. Superman peut foutre un gros poing à travers la tronche de Mécano-Man, mais il vient aussi combattre la dépression de Regan.

En soi-même, le propos est fort. Mais dans son contexte, la planche prend encore plus de sens. Superman court de lieux en lieux. Il est en pleine conversation importante avec Lois Lane, sur les difficultés qu’il traverse, sur leur avenir commun. Mais sauver Regan est plus important. Là encore, c’est puissant, développant la force et en même temps une limite du personnage. Morrison et Quitely montrent l’aspect divin, distant et sacrificiel du personnage, dont le sens de la mission et l’engagement surpasse tout… au point de fuir parfois ses propres problèmes. C’est toute la nécessité et l’ambivalence de l’héroïsme qui s’illustrent en peu de mots. Et ça me touche en plein cœur. 

3
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
MoiToutSimplementLudovic448Jocks Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Jocks
Jocks

J’aime bien la distinction entre planches « iconiques » et « celles qui nous ont marqué » (parfois ça peut être les 2 mais pas toujours).
Perso, je vais mélanger les 2 je mettrai la planche où Bane brise le dos de Batman dans Knightfall ou encore la planche finale de The Killing Joke avec les éclats de rire (je trouve cette planche, et tout le comics d’ailleurs <3, très intelligente et parfaite)
Et sinon chez la concurrence, la planche de Civil War où Spiderman révèle son identité, pour l'impact que ça a eu sur l'histoire et le fait que ce soit LUI (et tout ce que ça symbolise) dont la révélation soit aussi médiatisée.

Ludovic448
Ludovic448

Totalement d’accord pour la planche d’Harley ! ce numéro de Batman et Robin est bouleversant. Si je devais en choisir une qui m’a marqué : le Trône d’Atlantide, crossover entre Aquaman et Justice League #17 New 52. Après un long combat entre humains, super-héros et Atlantes : Arthur Curry déclare sur une page entière : « Je suis votre Roi ! » à contre cœur, ne voulant pas du trône mais étant la seule possibilité pour arrêter l’invasion de son peuple (qui n’est pas son peuple selon lui, l’équilibre terre mer, toussa toussa …)

MoiToutSimplement
MoiToutSimplement

Je m’attendais sérieusement à un truc pas serieux chez Blue. Une fois n’est mas coutume, c’était beau.