Les derniers jours du chevalier noir est le premier récit du talentueux Neil Gaiman sur le personnage de Batman. Ce récit fait suite aux événement survenus dans Final Crisis de Grant Morrison, à savoir la mort de Batman. Ainsi, cet arc venais conclure les aventures du personnage dans les titres Batman et Detective Comics et par la même commémorer les 70 ans du héros. En outre, il s’agit d’un écho au récit Les derniers jours de Superman qui venait terminer les séries Superman et Action Comics à la fin du Silver Age, avant le reboot de Crisis on Infinite Earths.

Qu’est-il arrivé au Justicier Masqué ?

L’histoire se déroule lors de la veillée funèbre organisée en l’honneur du Chevalier Noir. La salle se remplie, petit à petit, avec l’arrivée de certains personnages iconiques de la vie de Batman. Gentils comme vilains y sont présents mais l’auteur accorde une énorme part de la narration aux antagonistes du héros. Une multitude de personnages sont donc présents, comme autant de références à la vie de Batman, des plus anecdotiques aux plus importants.

Puis viens le temps de l’oraison où chacun vient dire comment, pour lui, est mort le Chevalier Noir. Et Gaiman décide de développer deux de ces récits. Celui de Selina Kyle alias Catwoman et celui d’Alfred, le fameux Majordome et père spirituel du héros. La première reprend la rencontre et la vie des deux personnages, leur amour passionné mais impossible. En cela, le récit rentre complétement dans le sens des dernières publications sur les deux personnages (à lire dans la review de Batman Rebirth Tome 8). Le récit nous en apprend beaucoup sur les motivations du personnage à favoriser son combat à sa vie privée. Et sur le fait qu’il ne peut se fier à personne.

Mais sur ce point, le récit d’Alfred va être encore plus révélateur. Une idée de base qui, à elle seule, donne à ce volume un intérêt plus que certain. Alfred est le Joker. Improbable, certes. Mais l’auteur rend crédible une telle situation en apportant une caractérisation pertinente à Batman comme au majordome. Décrédibilisant le statut du héros pour rendre crédible une situation où la passion d’un père pour son fils vaut plus que la raison.

Des histoires qui ne correspondent pas entre elle, et encore moins à la réalité. Comme autant de mondes alternatifs dans l’esprit de chacun des protagonistes. Cela appuie le fait que Batman soit avant tout une légende. Que chacun a son propre Batman, cette figure sombre qui nous fait faire des choses que nous ne ferions autrement. Comme devenir ce que nous détestons pour quelqu’un qu’on aime.

La légende du Chevalier Noir

Et la seconde partie du récit va développer encore plus cette idée. Dans tout le récit, Gaiman fait dialoguer Batman, assistant aux événement sous forme spectrale, avec sa propre conscience. Celle-ci se matérialisera plus tard sous la forme de sa mère, Martha. Et dans son dernier discours, le héros révèle les raisons de son combat. Cela a commencé dans une ruelle sombre lorsqu’il était enfant et cela se termine aujourd’hui, alors qu’il est allongé dans un cercueil devant toutes les personnes qui ont nécessité ce combat. De Joe Chill à Superman, de Robin au Joker.

 Au fil des discours, on se rend donc compte que tout le monde est d’accord sur un point. Batman ne cesse jamais de combattre. Et avec les paroles de Superman, cette figure noire se transforme en figure d’espoir. Une figure qui se tient entre l’innocent et le danger, entre nous et la mort. Et qui ferait tous les sacrifices pour ne pas que ces mondes se rencontrent.

En plus d’une réflexion enrichissante sur le mythe du Chevalier Noir, Neil Gaiman nous offre des moments d’humour très bien sentis. Cela permet notamment de désamorcer le tragique de la situation mais apporte surtout les instants marquants comme l’arrivée des voitures à l’image de leurs pilotes ou le changement de costume dans le cercueil par exemples. L’ouvrage est également rempli de références plus ou moins subtiles à l’univers du Chevalier Noir mais aussi à plusieurs œuvres de l’auteur. On trouve un clin d’œil à Sandman lorsque Batman demande à la voix dans sa tête si il s’agit de la mort et que celle-ci réponds « Je ne crois pas que la mort soit une personne, Bruce ».

Et en plus des références narratives, Andy Kubert aux dessins apporte énormément de planches reprises d’anciens récits de Batman. Que ce soit la femme à tête de chat ou encore la madhouse de Arkham Asylum, il reproduit fidèlement le trait des artistes qui se sont succédés sur le titre. On peut regretter certaines pages en dessous des autres et une colorisation typique des années 2000 qui vieillit mal. Mais la qualité est majoritairement présente et le reste n’entache en rien la lecture du récit. Surtout qu’Urban a eu la très bonne idée de publier la même histoire avec les crayonnés de l’artiste qui sont tout simplement magnifiques.

Au final, cette lecture  est toujours aussi agréable aujourd’hui qu’à l’heure de sa sortie. Bien que le contexte n’y soit plus, l’hommage fait au personnage, aussi bien dans le récit que dans les dessins, est intemporel. Il est toutefois difficile (mais pas impossible) d’aborder ce volume sans un bagage certain avec le personnage. Cependant, les récits présentés sont d’une grande qualité, avec un coup de cœur pour l’histoire d’Alfred qui pour moi tient du chef d’œuvre scénaristique.

 

Excellent / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Un hommage scénaristique et graphique réussi
- Des moments d'humour réussis
- Des références pour les connaisseurs comme pour les amateurs
- Le récit d'Alfred est un exemple de caractérisation
Les -
- Complexe à aborder pour ceux qui ne connaissent pas bien le personnage
- La colorisation datée peu déplaire
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

2
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
batmanreturnsJocks Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Jocks
Jocks

A savoir (parce que moi j’ai failli me faire avoir et le racheter parce que c’était pas le même titre) qu’il s’agit de « Mais qu’est-il arrivé au chevalier noir » paru depuis un moment

batmanreturns
batmanreturns

Je me souviens l’avoir détesté durant la lecture… Il est quand même spécial ce comic’s !