La série Lucifer renaît de ses cendres après s’être faite dégager comme une malpropre par une Fox soucieuse de voir les audiences descendre sous la barre des 3 millions de spectateurs, ayant même failli ne pas diffuser certains épisodes. Mais ça, c’est du passé, car heureusement, Netflix, Saint patron des séries annulées, a entendu les fans du show, et s’est empressée de sortir les soussous de la popoche afin de proposer une quatrième saison, cette fois-ci composée de seulement 10 épisodes, pour le plus grand bonheur des aficionados du Seigneur des enfers. Bien évidemment, cette review comportera quelques spoilers, mais essayera aussi d’aborder la série sous plusieurs angles, les avis pouvant réellement diverger en fonction des attentes de chacun. C’est parti les loulous !

Au Diable les banalités classiques, évacuons-les rapidement.

Autant évacuer tout cela directement, si vous êtes fans du comics d’origine, et que vous souhaitez juger la série sur sa fidélité à celui-ci, vous le savez maintenant depuis la première saison, c’est grenade. Exit l’onirisme, retenez juste qu’il y a quelques anges, quelques démons, Lucy a son bar,  quelques problèmes avec son paternel, et aime jouer du piano. Quant à ceux cherchant un procédural agréable à regarder, la série fera correctement le taff, restant dans les codes de ce genre de productions. Soit, premièrement, et cela est dit sans mal ni sarcasme, un duo d’enquêteurs s’opposant au niveau du tempérament, décalage sur lequel reposera une grande partie de l’humour, et qui conduira généralement vers une forme de romance. Secondement, un élément ou carrément un univers qui fera que l’aventure se différenciera de ses congénères – Elementary (réinvention de Sherlock Holmes), Forever (immortalité), Castle (romancier excentrique), etc…-. Et troisièmement, quelques sidekicks assez sympathiques.  En réunissant ces trois éléments, vous aurez environ la recette de la quasi-totalité des séries procédurales modernes.

– Regarde, Blue est étrangement modéré, ça cache un truc… – Ouais, c’est flippant…

Une saison à feu doux ! (Je suis fier de ma connerie, no rage)

Alors que vaut cette quatrième saison ? Il est d’abord important de parler de visuel pur, car on sent une réelle amélioration des effets spéciaux avec ce passage chez Netflix. Le budget est là, et permet de rectifier quelques effets qui pouvaient être bien sales dans les saisons précédentes. Même si beaucoup de FX restent assez kitsch, le tout choque rarement la rétine et se révèle finalement satisfaisant pour ce genre de production. Si la réalisation reste malheureusement très banale quasiment tout du long, certaines rares scènes révèlent par ailleurs une véritable volonté de proposer des choses. La plus marquante étant sans doute celle d’un combat de bar, qui, sans être véritablement un plan séquence, évite de couper toutes les trois secondes dans un déluge d’action épileptique, mais vient proposer au contraires quelques mouvements chorégraphiés.  Quand on voit cela, il est de ce fait possible de regretter un combat final manquant un petit peu de panache. Côté scénario, la saison 4 reprend un mois après le départ de Decker et sa découverte de la véritable nature de Lucifer, mais aussi, après la mort de Charlotte. Si le spectateur ne pourra se plaindre d’un manque de contenu et d’intrigues, la saison peine malheureusement à décoller avec sa fin ressemblant tout de même un peu à un pétard mouillé.

Certaines intrigues sont plaisantes à suivre, mais d’autres peinent plus à convaincre, comme celle touchant à l’Eglise/Inquisition/Exorcistes, qui, outre un postulat pas des plus brillants, manque surtout de développement pour devenir accrocheuse. Ce constat s’applique d’ailleurs à d’autres trames, en particulier l’arrivée de Remiel qui, alors qu’il était possible de proposer un vrai pan scénaristique divin, vient juste faire de la figuration entre deux torgnolles avant de se barrer aux cieux. Bien entendu, les fans seront tout de même contents d’avoir eu ces dix épisodes, mais force est de constater que quelques épisodes en plus pour développer certaines relations n’auraient pas été de trop. Alors que la relation Maze/Trixie passe par exemple totalement à la trappe, celle entre Amenadiel et Linda devient quant à elle centrale. Certaines blagues vraiment trop basses du front aurait par exemple pu être virées pour laisser quelques scènes aux personnages secondaire. Franchement, d’habitude, rien de fondamentalement dérangeant, mais le forcing sur la blague du cul à l’air de Lucifer parce que ce dernier s’est trompé de pantalon, il ne faudrait pas abuser tout de même.

Si les enquêtes ne sont finalement pas déplaisantes à suivre, même si il sera souvent facile de trouver le coupable pour un habitué du genre, la série fait un pari très risqué en centrant cette saison et son intrigue principale sur le personnage de Eve, qui, potentiellement plaira à quelques-uns, mais insupportera les autres. Vous vous en doutez, je fais partie de la deuxième catégorie. Alors qu’à certains moments, le personnage semble prendre de la consistance et le spectateur aimerait en apprendre plus, l’ex d’Adam se retrouve majoritairement reléguée au rang de gentille nunuche un peu coconne, l’empêchant de briller.

Niveau acteurs, il faut l’avouer, la série repose en partie sur le capital sympathie de son casting. Quand à leurs performances, que dire… Tom Ellis porte toujours la série, Kevin Alejandro offre quelques scènes pas mal foutues du tout, et pour le reste, il y a du bon et du moins bon. Principalement correct, parfois même vraiment pas mal du tout, le reste s’avère inégal. Ça surjoue un max à en devenir grotesque, et de temps en temps, c’est plus le non-jeu de certains qui posent problème avec des répliques déclarées avec une tonalité telle qu’on pourrait se demander si l’acteur sait qu’il est sur un plateau, ou si il se parle tout seul en regardant une part de pizza froide réchauffer dans le frigo pendant qu’on le filme.

Sorti de la catastrophe qu’est la série niveau adaptation, et de quelques blagues vraiment trop basses du front, Lucifer s’avère être comme la majorité des séries procédurales, un divertissement qui fait le taff, agréable à suivre sans jamais véritablement briller, tout en réunissant à se différencier de ses congénères basés sur le même moule. Le casting reste attachant, la réalisation gagne en budget, mais reste plate malgré la volonté par moment de proposer des choses. Scénaristiquement, cette quatrième saison reste bien fournie, mais ne décolle malheureusement jamais, certaines intrigues peinant à convaincre de par leur faible développement. Une bonne partie de l’appréciation de cette nouvelle aventure reposera sur le personnage de Eve que le spectateur appréciera, soit détestera.

En gros, et si je puis m’exprimer en ces termes, si vous n’avez pas passé la saison 1, inutile de vous recommander cette série, et si vous faites partie des individus ayant tout regardé jusque là, même si cette saison est passable, entre du bon et du vraiment mauvais, vous ne cracherez pas sur 10 épisodes supplémentaires.

Review TV - Lucifer Saison 4 : Une saison à feu doux
Passable / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Des effets spéciaux améliorés
- Quelques tentatives de mises en scène
- Divertissant dans l'ensemble
- Casting attachant
Les -
- Un scénario plat qui ne décolle vraiment jamais
- Un cruel manque de développement de certaines intrigues
- Certaines blagues trop potaches
- Eve
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

4
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Leonidas Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Leonidas
Leonidas

Ça existe encore ce truc ?

trackback
L'humeur du Lundi #85 : DCP doit-il critiquer Brightburn ? | DCPlanet.fr

[…] autre côté, en termes d’adaptation, une série Lucifer, n’a en vérité comme seul véritable lien avec DC, que son logo, et pourtant, nous en […]

trackback
L'humeur du Lundi #86 : DCP doit-il critiquer Brightburn ? | DCPlanet.fr

[…] autre côté, en termes d’adaptation, une série Lucifer, n’a en vérité comme seul véritable lien avec DC, que son logo, et pourtant, nous en […]

trackback
Lucifer aura droit à une cinquième et dernière saison | DCPlanet.fr

[…] Après un final de saison 4 en fanfare (sans jeu de mots), la série Lucifer est renouvelée pour une ultime cinquième saison. […]