Quand Heroes in Crisis a débuté il y a 8 mois, certains y ont vu le DC qu’ils ne voulaient plus voir, un DC qui, traitant ses figures héroïques comme des individus réels, courait nécessairement à sa perte.

Attention cette review contient des spoilers. 

DC in Crisis

En effet, en allant jusqu’au bout de ce concept, n’importe quels héros, lorsqu’on voit face à quoi ils sont confrontés dans leurs aventures, finiraient nécessairement par vriller, ce constat pouvant s’appliquer que ce soit les personnages de quatrième zone, ou les membres de la Trinité. D’autres, étaient contents de l’orientation prise par l’éditeur, voulant revoir l’univers traité d’une telle façon, quelques années après Identity Crisis. Au fil des numéros, visuellement d’ailleurs toujours réussis, certains lecteurs ont voulu y croire jusqu’au bout, même si une nouvelle fois, il était triste de voir Wally West traité d’une telle manière. Revenir dans l’intrigue Rebirth après avoir longtemps disparu, et mourir ainsi était un nouveau coup dur pour le personnage. Et puis vient ce numéro #8. Si les lecteurs, depuis maintenant quelques numéros, avaient plus ou moins découvert l’identité du tueur, ils attendaient une confirmation, et a fortiori, une explication à tout ça. Ainsi, l’identité du tueur, Wally, est révélée officiellement. Si on pourra pester contre cet état de fait, c’était surtout la justification de Tom King qui était attendue au tournant. L’auteur se livre ici à une désacralisation totale du personnage, dans un marasme intellectuel à faire pâlir les fans de DC de la première heure.

Wally West : The Killing Joke

Alors voilà, devant les horreurs de Sanctuary, le jeune homme a craqué, et a accidentellement tué tous les résidents du centre de soin psychologique. Le tout relève plus d’un homicide involontaire qu’autre chose. Il a perdu le contrôle et il est difficile de le blâmer après tout ce qu’il a vu/vécu. Les autre héros se sont rassemblés autour de lui, il a relâché son pouvoir, et il les a tué. Le problème ne réside néanmoins pas dans ce tragique accident, mais dans ce qui y succède. Comme le laisse sous entendre Tom King, Wally sait qu’il est un héros, il reste un Titans, comme le démontre son corps et celui de Roy mis côté à côté . Qu’il ne puisse se pardonner pour la mort des différents patients du centre est compréhensible, mais rien ne justifie cette mascarade. Rien ne justifie le fait qu’il souille le cadavre de ses amis pour maquiller le tout en meurtre, et encor moins le fait de faire accuser deux innocents, qui, quant à eux, essayaient tout comme lui de lutter contre leurs peurs. Si Wally a éprouvé des regrets, cela est une piètre manière de les exprimer.  D’autant que si on pourra discuter de l’affiliation de Harley aux “héros”, Booster en est quant à lui bien un. Batman et Barry l’aurait certainement pardonné, aidé. Mais imaginons que non, que la justification de tout cela est qu’ils voulaient les préserver de la vérité concernant l’échec total de Sanctuary, cette justification ne tient pas non plus. Les préserver, oui, mais de là à les mettre sur une fausse piste et essayer de faire porter le chapeau à d’autres héros ? Non, soyons sérieux. Qui plus est que la solution aurait été la même. La mort de tous les individus serait restée due à un héros, certes pas le protégé de Barry, mais un héros quand même. Le credo tacite de la majorité des supers héros est de ne pas tuer, mais ici, ce qui est arrivé est un accident, et non un meurtre de sang froid. Quant au fait de se suicider… Si le bolide s’était suicidé juste après l’accident le tout aurait pu être cohérent, celui-ci n’assumant pas les événements et sa perte de contrôle. Mais ici, cela n’est pas le cas. Wally agit non plus comme un individu en état de choc, mais plus, malgré un trouble intérieur, comme un individu froid et psychopathe qui agit comme s’il les avait tous tué volontairement et tentait maintenant de maquiller son crime, celui-ci allant même jusqu’à effacer les données de Sanctuary. Si ce genre de situation a pu arriver -et je sais de quoi je parle, je l’étudie-, appliquer cela à Wally, ne peut fonctionner. Parce que malgré ce craquage, ce n’est pas comme ça que pense ou est Wally, aussi troublé qu’il puisse être, surtout que ce dernier, encore une fois, se rappelle être un héros, et que sa capacité à raisonner n’est absolument altérée, bien au contraire au vu de la manière dont il camoufle le tout.  Quant à ce suicide… Courir dans le futur pour se tuer et ramener son corps, en déposant ce dernier aux côtés de Roy dénote un comportement de taré, tout comme écrire sur les murs avec le sang de ses potes ou planter des objets dans leur cadavre… Et tout ça pour quoi ? Pour dire finalement la vérité sur cette affaire, ou du moins, demander à Lois de le faire. 

Encore une fois, on assiste ici aux dérives de Tom King. King est certes un bon auteur, mais la caractérisation des personnages lui importe peu du moment qu’il peut écrire l’histoire qu’il a décidé d’écrire. Si l’auteur peut faire ce qui lui chante sur Mister Miracle, le personnage n’étant que tertiaire et psychologiquement pas des plus développés, il en va autrement pour un personnage majeur. Wally n’a jamais été pur, il n’a jamais été parfait. Mais ce qui est vu ici, de la manière dont cela est présenté, est profondément incohérent avec le personnage, craquage ou non. Si Wally représentait l’espoir, l’espoir est mort chez DC.

Bonne blague, tout le monde rigole, roulement de tambour, rideau.

Lamentable / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- C'est joli
- Ceux ayant détesté Identity Crisis relativiseront enfin
Les -
- Out of Character
- L'espoir chez DC est métaphoriquement mort
- Tom King fait une nouvelle fois ce qu'il veut des personnages
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}