Après deux premiers tomes très introductifs, le Green Lantern Corps et le Sinestro Corps commencent enfin à coopérer ensemble. Enfin, presque. En effet, un petit groupe de rebelles résiste encore et toujours à cette alliance. Malgré ces dissensions, bien des menaces sont encore à venir. Qu’en est-il réellement lorsque l’univers, et même le futur, s’en trouvent menacés ?

UN BACKGROUND SOUS-EXPLOITÉ

S’il y avait bien quelque chose à retenir, c’est l’intention de regrouper les Green et Yellow Lanterns sous un seul corps. Pour rappel, Robert Venditti n’invente absolument rien avec ces alliances entre les ennemis d’hier. Mais ce postulat partait d’une bonne idée potentiellement intéressante. C’est ainsi que des duos mixtes vert/jaune sont chargés d’intercepter les derniers lieutenants de Sinestro encore en liberté. Le but étant d’envoyer un message positif dans les secteurs en les ralliant au sein même de ce nouveau corps. En parallèle, Hal est envoyé pour retrouver le dernier Blue Lantern, Pèlerin avec l’aide Kyle Rayner. Une fois tous réunis, le corps va devoir faire face à un ennemi décidé à changer leur destin. Et c’est à peu près tout ce qu’il y a à se mettre sous la dent. Cette alliance ne dépassera jamais son statu quo.

Car les deux corps ont beaucoup perdu de membres dans leurs incessants conflits. Alors, qu’en est-il du recrutement ? En quoi faire le bien grâce à la peur est-ce si différent sous le commandement de Soranik? Quand Hal Jordan va enfin évoluer ? Les Gardiens de l’Univers n’ont plus le même statut. Cela aurait été intéressant d’en savoir plus sur la nouvelle organisation de la plus grande police de l’univers. Au lieu de cela, Venditti nous sert des intrigues épisodiques avec des cliffhangers dignes d’une série d’ado. Même la série Green Lanterns avec Simon Baz et Jessica Cruz est certes, plus niaise mais possède un fil conducteur scénaristique avec le Premier Lantern.

UNE SÉRIE QUI N’A PAS DE RÉELLE IDENTITÉ

L’autre point négatif c’est son protagoniste principal, Hal Jordan. Après s’être illustré dans le premier tome avec son anneau de pure volonté et d’énergie illimitée, Hal n’évolue plus. Où est passé l’impétueux et curieux terrien qui outrepassait les ordres ? C’est comme si tout avait déjà été écrit pour son héros. Pourtant à côté, Flash, Wonder Woman, ou Aquaman semblent mieux développés dans leurs séries respectives. En y réfléchissant, la problématique vient peut être du titre avec Hal Jordan and the Green Lantern Corps. A l’instar d’un Batman Detective Comics, il est vrai qu’on s’intéresse plus à l’équipe qu’au héros en lui-même. Et c’est le cas ici aussi, mais avec Guy Gardner et surtout John Stewart. Ce sont eux qui occupent les meilleurs rôles et prennent plus de décisions.

Hal se cantonne au rôle de simple policier. Robert Venditti a l’arrière train entre deux chaises avec son héros et on dirait qu’il le sait. Mais reste avant tout une série divertissante dans ses scènes d’action. L’exemple du combat de Guy contre Arkillo est d’une violence volontairement exagérée mais jouissive, croisement entre Fight Club et une certaine scène de Kill Bill Vol. 2. Autre point qui ne déçoit pas, le dessin. Les planches de Rafa Sandoval et Ethan Van Sciver sont toujours de très bonne facture. C’est même très beau lorsqu’il y a des explosions des palettes de couleurs vertes et jaunes. On constate quand même une petite baisse dans la qualité sur la dernière partie. V Ken Marion est moins impressionnant et détaillé que ses compères.

Déjà le troisième tome avec ce Green Lantern Rebirth qui se contente du minimum en terme d’originalité. L’auteur continue de créer quelques moments de rebondissements avec Pèlerin ou Kyle, mais cela ne prend pas. Sans réel fil scénaristique, on n’a pas envie de prendre le risque de se laisser entraîner. L’intensité, l’émotion, l’épique n’impressionnent et ne montent jamais. A la place, on a plutôt des aventures type quotidienne des chevaliers d’émeraude qui peuvent se résumer en quelques lignes malheureusement. Certes, le choix est restreint en librairie qu’il serait dommage de s’en priver. Mais au bout de trois tomes, l’option kiosque des récits complets Green Lanterns devient plus intéressante pour ce prix.

MOYEN / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- L'idée intéressante d'un Corps Vert/Jaune...
- Une partie graphique convaincante
- Le moment de conviction de Guy Gardner
Les -
- ... mais qui ne va pas au bout de ses questions
- Plus une histoire d'un groupe que centrée sur Hal Jordan
- Des intrigues ponctuelles sans lien apparent entre elles
- L'immaturité de Kyle Rayner
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}