Le mois d’Avril est marqué d’un éclair, celui de Shazam. Héros secondaire, assez méconnu en France, son histoire est pourtant des plus intéressantes concernant l’image du super-héros. Shazam est un personnage ayant eu une vie remplie de péripéties internes. A la fois dans une évolution permanente, il conserve une caractérisation propre, et toujours aussi originale depuis 1941. Urban Comics nous sert une nouvelle fois une de ses fameuses anthologies, bien plus sobre et intelligible que la collection « ludique » de la concurrence.

Par la magie du travail éditorial

Il va sans dire que les numéros composant cet album sont tous des classiques. L’éditeur a parfaitement cerné les numéros importants, à la fois concernant l’origine du personnage chez Fawcett Publications et son riche passif, trop souvent oublié durant le Golden Age. Par delà l’évidence de la présence du Whiz Comics #2, Urban va pousser le contenu informatif au delà. L’histoire de Shazam et son évolution sur le plan esthétique est une chose, commune à toute la gamme Anthologie. Mais l’éditeur étoffe ici toutes les conséquences d’un succès, avec la multiplications des titres autour du héros le plus populaire des années 40.

Changements de noms, conséquences juridiques et économiques, les éditos sont très fournis en information concernant le personnage, mais surtout sur la conception, le travail de Bill Parker, et de Fawcett Publications pour aboutir à un mouvement populaire en concurrence directe avec le premier super-héros. C’est donc avec toute la connaissance nécessaire que vous allez attaquer les premières aventures du héros. La densité du contenu informatif est également complexe, car difficilement intelligible, faute d’un manque de place accordée à cette contextualisation, ne dépassant pas les trois pages. Le lecteur néophyte risque de se retrouver face à une vague de noms qui lui sont inconnus et finir par sauter ce qui constitue la raison majeure de cet achat.

Shazam ! une formule traversant les âges

La sélection des numéros ne se limite pas à son premier chapitre du Golden Age. Urban va vite se concentrer sur l’intégration du personnage à l’univers DC Comics. Premiers combats, puis une association à une terre parallèle, jusqu’à l’ère moderne, l’anthologie suit un parcours presque parfait. On retrouve l’impact de Jerry Ordway sur le personnage, constituant une part importante de l’album. Le run de l’éditeur/artiste, jamais édité jusqu’alors, se voit attribué une place importante et méritée, si bien qu’il semble avoir été l’un des objectifs majeurs de l’éditeur, ayant dû faire des choix pour cette sélection de numéros. Sans avoir un arc complet, le lecteur néophyte profite d’un contexte, et prend connaissance de ce statut revisité des origines de Captain Marvel par un artiste majeur de DC Comics.

Car, passé les années 90, l’Anthologie passe sous silence toutes les années 2000 et l’implantation concrète du personnage dans l’équipe de la JSA. Cette concentration sur le Golden Age se paie. L’Anthologie ne peut contenir plus de numéros qu’elle n’en contient déjà. Mais fallait-il véritablement rééditer le premier numéro de Shazam New 52 alors que l’album possède déjà plus de trois éditions ? Ce numéro de L’Alliance des héros a-t-il véritablement sa place ici ? Cette anthologie entretient une part obscure dans l’histoire du personnage, malgré son travail informatif impressionnant. Les années 2000 ne sont pas à sous-estimer. Elles ont marqué l’affiliation du personnage aux équipes super-héroïques de l’univers partagé, mais également son changement de nom, de Captain Marvel à Shazam.

Comme toute autre anthologie de la collection, celle concernant Shazam n’est pas parfaite. Elle se concentre sur l’essentiel des origines – une part dense et très obscure aux yeux du public français – pour passer outre son rapport avec l’univers DC post-90. Avec cette anthologie, vous ressortirez avec tout ce qu’il faut savoir sur la création de Shazam, et un regard sur l’étendu des publications jusque 1995.

Très Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Une période Golden/Bronze Age bien couverte
- Un travail éditorial (presque) irréprochable
- La place faite au travail inédit de Jerry Ordway
- Son rapport qualité-prix
Les -
- Une sélection de l'ère moderne à revoir
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Article précédentUn nouveau teaser pour la série tv Swamp Thing
Article suivantUne date et un nouveau teaser pour la série Pennyworth
Avatar
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de