A peine deux tomes de sortis, les Super Sons se retrouvent déjà embarqués dans un crossover non seulement en lien avec le titre Superman, mais également avec les Teen Titans. Récit bref et complet, ce crossover va placer les deux jeunes héros dans une situation des plus dangereuses.

Super Sons en danger

Futur alternatif, chasse à l’homme et bien nuancé, Futur Funeste trouve son nom alors que Peter Tomasi réutilise et inverse le concept de Geoff Johns sur ses Teen Titans. Une version adulte venant du futur va semer le trouble dans l’entourage super-héroïque des deux jeunes héros. Le plot n’a rien de bien original, et son exécution modifie son rythme à plusieurs reprises, pour une fin précipitée. Malgré le monopole de l’événement maîtrisé par Peter Tomasi, une rupture se ressent entre le premier chapitre, lent dressant une ambiance pesante, le suivant contextualisant le statut des Super Sons, et les derniers suivant un rythme rapide comme pour rattraper le temps perdu, au détriment des sensations.

En plus d’apporter un sentiment de nostalgie avec une réutilisation d’un futur alternatif oublié, ce petit crossover se présente comme un Terminator cherchant sa cible à détruire. Très efficace dans son synopsis, ce personnage venu du futur apporte une part sombre envahissant le titre coloré des Super Sons. Toujours en relation directe avec les Teen Titans, tenant un rôle dans l’événement, cette venue va venir remettre en question l’attachement de chaque personnage à ses valeurs, à ses objectifs ou à ses sentiments. Jusqu’où doit aller le super-héros pour sauver son monde ?

Futur Imparfait

L’interrogation posée est bonne, mais son traitement l’est bien moins. Cet album a de bonnes intentions, de bonnes idées, mais manque d’un traitement correct pour bien les exploiter. La référence au run de Geoff Johns ne semble être là que par principe, pour une part de pur fan-service d’établir un lien entre la représentation de la jeunesse super-héroïque actuelle et celle passée. Faute de cette narration très rapide, la rencontre est éclipsée. Peter Tomasi passe d’une scène d’action à la suivante, profitant des quelques pages pour expliciter les motivations de notre personnage mystère.

La structure scénaristique est pleinement visible. Le récit se présente en trois points : le teaser du premier chapitre, la discorde des deux suivants, et le dénouement général. Trois affrontements se succèdent comme trois scènes constituant une histoire. On connaît Peter Tomasi et son amour pour l’action facile, mais elle vient ici entacher un récit au grand potentiel, et ce d’autant plus avec ses Super Sons profitant d’un point de vue particulier de la vie super-héroïque inexploité. Et ce, sans parler des Teen Titans manquant chacun de caractère, sans la moindre lueur de réflexion personnelle, rendant la dite interrogation posée impossible à traiter.

Fort heureusement, la partie artistique se trouve être efficace avec une introduction superbe signée Jorge Jimenez. Seulement, il se retrouve vite remplacé, dès le numéro suivant, par des artistes secondaires. Si on se retrouve avec quelques performances conventionnelles soignées comme Ed Benes ou Tyler Kirkham, l’ensemble reste irrégulier d’un numéro à l’autre. On perd énormément du dynamisme et de la fluidité dont témoignait le duo sous la direction de Jimenez. Cet album se rapproche bien plus des conventions du titre secondaire commun, un faux-pas majeur pour un crossover de ce type.

Pas de doute, Super Sons Tome 3 est en deçà des précédents. Cependant, il témoigne d’un énorme potentiel, et manifeste des qualités qu’on ne peut dénigrer. Le crossover évite la noyade de justesse, faute d’une écriture recherchant l’action à défaut de véritables interrogations, poussant l’intrigue à se dénouer trop tôt. Sans être à éviter, il a le mérite de placer le duo Robin/Superboy sous un autre jour, forcément moins radieux.

Moyen / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Une introduction efficace
- De bonnes idées générales
- Une partie artistique tantôt soignée...
Les -
- ... tantôt commune
- Un potentiel inexploité
- Une action contre-productive
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Article précédentUrban Comics annonce Old Lady Harley et Batman : Detective
Article suivantLes covers et le synopsis des titres Lois Lane et Jimmy Olsen révélés
Avatar
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de