Troisième tome issu de la série jeu-vidéoludique, Tom Taylor continue de placer ses pions dans la nouvelle guerre de Ra’s al Ghul. Lors du tome précédent, on pouvait enfin voir Supergirl débarquer sur les terres du Kahndaq. Et il aura fallu peu de temps pour que les partisans de l’ancien régime se saisissent de cette opportunité. Ainsi, profitant du regard étranger et naïf de Kara, l’auteur va présenter un récit plus profond et moins mouvementé que d’habitude. Malheureusement, avec l’absence de son cousin, Superman, la kryptonienne n’a que peu d’option sur les gens à qui se fier. Qui croire dans ce monde alors que chacun semble combattre sa propre vision de l’injustice ?

TOUTE LA VÉRITÉ NE SORT PAS DE LA BOUCHE DES ENFANTS

Comme évoqué ci-dessus, ce tome se démarque ici par sa différence de ton. En effet, de nouvelles intrigues prennent lieu avec le retour de Wonder Woman, mais aussi de l’arrivée de Supergirl. Bien qu’elle ait un rôle plus important dans le jeu vidéo, Tom Taylor prend néanmoins le temps d’intégrer Kara Zor-El à son univers. Ainsi, il exploite habilement la naïveté candide de l’héroïne face aux manipulations de Black Adam et de Damian Wayne. De cette façon, Supergirl ne se rend pas compte de son instrumentalisation qui musele aussi son autonomie. Puis, le scénario se penche enfin sur le cas de Wonder Woman suite à la chute du régime. Cela parlera sans doute plus aux amateurs du jeu car cela amène plus d’explications sur sa libération de Themyscira.

Enfin, le dernier chapitre est une revisite des origines de Diana et de sa rencontre avec le monde extérieur. Et oui, encore une énième histoire sur des origines après Wonder Woman Rebirth et Wonder Woman – Terre 1. On retrouvera Steve Trevor échoué sur l’île, la guerre mondiale et le dilemme moral pour défendre l’amour et la paix. Mais la qualité de cet annual c’est le traitement plus complexe de l’héroïne qui va la pousser à devenir extrêmement pragmatique. Dans la forme, ce troisième tome est beaucoup moins rythmé et dynamique que le précédent. Certes, il y a moins de personnages lors des grandes scènes, mais la caractérisation reste toujours présente. Il fait plus office d’interlude avant la prochaine bataille.

LE CALME AVANT LA TEMPÊTE

S’il y a une chose que l’on ne pouvait reprocher à Injustice premier du nom et à Injustice 2, c’est la capacité de Tom Taylor à se renouveler. Sans tomber dans le recyclage absolu, on reste embarqué dans cet univers libéré des contraintes de la continuité principale. En effet, l’auteur consacre souvent des pages relatives au passé des figures importantes, mais revisitées à sa sauce. Ainsi, c’est pratique pour se remémorer un moment clé sans se coltiner tout l’historique DC. L’autre bon point, c’est que ça reste cohérent avec la psychologie des personnages. Par exemple, dans l’annual, on comprend mieux pourquoi la Wonder Woman de cet univers est plus radicale que dans Rebirth. Cela n’apporte rien si ce n’est de l’exposition, chose que Taylor parvient à rendre fluide être ennuyant.

Pour les dessins, on retrouve toujours les mêmes habitués, à savoir Bruno Redondo et Mike S. Miller. Ce dernier réalise ici la plupart des planches et fournit un travail correct sans être exceptionnel. On a toujours un peu l’impression que ses visages surjouent lorsqu’il s’agit d’exprimer la colère ou la surprise. Néanmoins, la qualité reste globalement constante depuis le début de la série, et c’est fort appréciable.

Un tome qui tranche un peu avec ce qu’on nous avait servi lors du tome précédent. Tom Taylor joue davantage la carte de la caractérisation de grandes figures comme Supergirl et Wonder Woman au détriment des scènes d’action ou de mort. Malgré tout, cela conforte l’idée qu’Injustice 2 n’est pas qu’une simple histoire de conflit entre deux camps. C’est une série qui sait aussi se diversifier, et qui reste une valeur sûre en terme de lecture divertissante.

BON / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Supergirl et Wonder Woman qui volent la vedette à Batman/Superman
- Un travail artistique qui se diversifie tout en restant constant dans la qualité de son travail
Les -
- Une trame narrative qui stagne
- Une histoire d'origine peu nécessaire en fin de compte
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

1
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
trackback
Review VF - Injustice 2 Tome 4 | DCPlanet.fr

[…] est vrai que dans le tome précédent, le ton était plus posé, mais disposait toujours d’un certain impact émotionnel. Une […]