Cette semaine, j’ai lancé Marvel Disk Wars, mes yeux ont saigné, mon cœur aussi, et mon amour pour les mangas a souffert. Le tout pour en arriver à une conclusion : Par pitié, jamais ça chez DC.

Comme Warner nous l’a appris, toutes les entreprises ont au moins un point commun, se résumant par la fameuse équation, « pognon = fric , soit fric = pognon », l’objectif étant à terme, bien entendu, de s’en mettre un maximum plein les poches. Malheureusement, bien que les films de super-héros fassent un certain score dans les pays asiatiques, les comics, occidentaux par nature, ont tout de même parfois du mal à trouver leur public. Mais bon, bien que les américains sachent de source sûre, c’est-à-dire eux même, qu’ils sont les habitants de la meilleure et plus grande nation du monde, ils comprennent aussi que pour s’implanter à l’international, il faut aussi savoir jouer selon les coutumes du pays qui les reçoit. Enfin, artistiquement du moins, parce qu’on ne va pas se mentir, les deux bombes atomiques, c’était pas très très l’esprit Coubertin tout de même.

Ainsi, en 2014, un an avant que Whedon fasse couper des bûches à Iron Man et Captain America dans une ambiance des plus champêtre,  Toei Animation et Walt Disney Japan s’associent pour le bonheur des petits et des actionnaires majoritaires, afin de proposer un nouveau dessin animé mettant en scène l’équipe de super-héros la plus rentable de Marvel, mais aussi le reste de l’univers de la Maison des bonne idées marketing.  J’ai nommé : Marvel Disk Wars.

Pour résumer, Disk Wars est une sorte de grande réunion de famille, à l’exception du fait que, cette fois-ci, ce n’est pas votre oncle un peu raciste qui est bourré, mais simplement le showrunner. Tony Stark crée des sortes de disques, qui ressemblent d’ailleurs plus à des triangles, se révélant être des prisons dans lesquelles il digitalise les plus grands criminels de la planète. Mais surprise surprise, Loki libère ses potes vilains, en profite pour enfermer les gentils à l’intérieur des dites prisons, et les pin’s tombent par la magie du scénario entre les mains de gamins d’environ 10 piges, qui pourront donc les invoquer façon Pokémon. Pour situer, nous sommes donc environ au même niveau que lorsque Yu-Gi-Oh ! a commencé à faire s’affronter des mecs sur des motos, sauf que cette fois, les droits de l’homme et en particulier des prisonniers, on les emmerde. C’était bien la peine de faire tout ce tintouin pour la Sokovie, si ça, comme moyen d’incarcération, ça passait !

Bien entendu, les cinq enfants seront les seuls à pouvoir utiliser les fameux disques par une explication totalement logique qui ferait passer les démonstrations de Cisco et Caitlin dans Flash pour de véritables cours de doctorants en Physique quantique. Mais bon, attaquer la série sur ce point serait de mauvaise foi, même si je n’ai encore maintenant toujours pas compris comment le tout marchait, et visiblement, les personnes en discutant sur les forums non plus.

Qui dit animation, dit évidemment stéréotypes, et dans la fameuse équipe, on peut donc trouver :
– Le mec au grand cœur, juste et héroïque, en plein cosplay de Red dans Pokémon (non à ce niveau, la série ne s’en cache même plus).
– Le prodige, BG timide du game.
– Le gamin insupportable.
– El famoso bad boy de 11 piges qui se balade avec un bandana pirate et des cheveux peroxydés, ce qui, normalement, lui vaudrait une salade de phalanges dans n’importe quelle société un peu rigoriste, et par conséquent, a fortiori, au Japon.
– La gourde sous coke, qui gueule tout le temps et qui, si elle était jouable dans un rpg, ne serait jamais utilisée, ou serait juste envoyée se faire buter en première ligne, parce que c’est un peu drôle. Appelons là Vanille FFXIII.

Ainsi, tout ce beau monde va se retrouver à luter contre les forces du mal, en invoquant dès que la situation s’envenimera, son Avengers domestique, qui rappliquera aussi vite qu’un blanc qui entend Mr Brightside en soirée. Ce qui frappe, en plus des designs parfois sortis de la dernière collection de Lagarfield, mais qui auront au moins le mérite de vous faire rigoler –mention spéciale à Iron Fist…-, est le rythme. On passe d’épisodes parfois assez fournis niveau action, à d’autres d’un vide total. Même dans le pilote, la série est lente, et à l’exception  de la succession de caméos  et l’univers décalé nippon que propose le tout, rien ne pousse réellement à continuer. Faire apparaître un paquet de héros est une chose, mais lorsque le soft repose majoritairement sur le fait de se demander quel design les prochains arrivants auront, on sent tout de même une limite… Néanmoins, ce qui pourra surtout rebuter les fans d’animés, est la qualité des animations. Alors que l’opening se charge assez habilement de cacher la misère, le reste est plus compliqué à encaisser. Et cela est étonnant. Nous avons tout de même un animé sorti tout droit des studios de la Toei, soit un spécialiste du genre, le tout financé par Disney, aka une boite ayant tout de même plusieurs films d’animation oscarisés à son actif. On sent malheureusement le dessin-animé de commande pur et dur, et le constat est assez triste. La fluidité est aux pâquerettes, et sorti des gros plans, plusieurs visages pourraient faire pâlir certaines tronches des premiers épisodes de DBS. Le tout est tristement bâclé car la proposition aurait pu être ambitieuse.

En résumé, il est bon de voir que pour une fois, Warner a épargné les fans de DC en évitant un passage aussi médiocre par la Jap-animation, et c’est sans aucun doute pour le mieux. Pour le reste, si vous voulez vous marrer un bon coup, allez-y, mais quitte à regarder quelque chose, vous avez une multitude de séries bien meilleures que celle-ci à votre disposition. 

7
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
7 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
7 Auteurs du commentaire
BlueSasaharaAmesephisDAZZkasongo Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
GeronoHous
GeronoHous

Très très bon article, j’ai rigolé deux trois fois!
Pas cool pour Vanille par contre qui même si elle était la personnage la plus pénible de l’histoire de FF, n’en reste pas moins un personnage malheureusement mal traité!

urbanvspanini10
urbanvspanini10

J’aurais jamais cru qu’il le ferait mais pourtant si, il a osé !
Il a regardé Avengers Disk War XD
Blue, ce génie.

Pour la petite info, Disney a retenté l’expérience avec « Marvel Future Avengers ». Je me demande si c’est mieux depuis cet anime ?

kasongo
kasongo

C’est un ovni ce Marvel Disk Wars O_O. Merci pour l’avertissement !

DAZZ
DAZZ

SA PLAIRAI BIEN A CERTAIN SUR LE SITE LES TOILE HEROIQUE, L’ARTICLE ET L’ANIME COMPRIS XXXXDDDD

Amesephis
Amesephis

Il faudrait forcer tout ceux qui ont critiqué Batman Ninja à regarder tout l’animé Marvel disk war :D

Sasahara
Sasahara

Il ne faut pas oublier que dans la collaboration Marvel-Japanimation il y a eu des réussites aussi, notamment avec les X-Men, des séries qui se passent au Japon, ce qui se justifiait par les liens de Wolverine avec ce pays, et par d’autres personnages japonais (Hisako, dite Armor) Mais pour les Avengers, par conte, ça marche moins !