Introduction

2. Intégration progressive

1. Le véritable Captain Marvel

3. Un personnage à part entière

2. Intégration progressive chez DC Comics

Le retour inespéré par Julius Schwartz

Début des années 70, l’éditeur DC Comics n’acquiert pas le personnage de Captain Marvel, mais obtient une licence d’exploitation. Ce droit acquis, la maison d’édition veut en tirer profit au mieux. Il lance alors un titre régulier et une série télévisée. Le personnage est vu comme une mine d’or alors que le Silver Age s’éteint.

Dossier - Shazam : un périple éditorial et juridiqueL’idée provient de Julius Schwartz, connu pour son rôle d’éditeur. Il a officié sur Green Lantern comme sur Flash, deux titres avec lesquels il fonde une réputation sérieuse. En plus d’un titre régulier, Julius Schwartz voit les choses en grand. Il dirige également une rencontre entre Superman et le Captain Marvel, dans DC Comics Presents, scénarisé par le maître des rencontres de super-héros, Roy Thomas, et l’un des plus grands dessinateurs de Superman, Gil Kane.

Dès 1973, il se voit remis un prix spécial, le prix Shazam pour avoir réussi à rééditer les numéros d’origine du super-héros chez Fawcett. Une part du mérite revient avant tout à Carmine Infantino, devenu directeur éditorial de la compagnie, qui avait réuni une grande partie des artistes du Golden Age, et a souhaité rééditer les numéros dont ils étaient fans pour jouer, déjà, de l’effet de nostalgie. La maison d’édition parvient à faire revenir le dessinateur C.C. Beck pour officier sur les nouveaux numéros. Problème que dénonce Julius Scwhartz, qui cherchait à faire primer la nouveauté, et une modernisation du personnage.

Dossier - Shazam : un périple éditorial et juridiqueMais sa plus grande difficulté est le comportement de C. C. Beck. Le co-créateur du personnage modifiait les scénarios de Denny O’Neil. Selon Swhartz, le problème de ventes venait de cette réécriture, qui donnait l’impression d’une prolongation de la version des années 40, alors que l’idée était de relancer le personnage, lui permettre de s’adapter à un changement d’époque. Julius Schwartz avait ajouté lors d’une interview qu’il n’a jamais vu Captain Marvel comme une copie de Superman.

Mais cette vision du Golden Age transparaissait bien plus et déplaisait au lectorat de l’époque. Le titre s’avère être une échec, et s’arrête subitement à peine plus de deux ans après son lancement, alors que C. C. Beck a quitté le navire dès le dixième numéro. Le dessinateur, à l’origine très enthousiaste à l’idée d’illustrer de nouveau les aventures de Captain Marvel, s’est retrouvé particulièrement déçu de ne pouvoir mener le titre comme il l’entendait.

Une lutte hors des pages

Si le titre du magazine change pour Shazam!, Captain Marvel conserve son nom dans les pages intérieures. Ce qui va entraîner un autre différent par la suite, avec la jeune maison d’édition Marvel Comics, cette fois. 1969, Marvel Super-Heroes #12 nous laisse découvrir Captain Marvel, une création de Stan Lee et Gil Kane. Le titre est créé pour tester d’éventuelles nouvelles créations. Ce Captain Marvel cherche à développer l’univers cosmique de cet univers partagé. Assuré d’un succès, l’éditeur lance une série régulière. Mais Stan Lee doit se rendre à l’évidence, sa création est un échec. Ce dernier fait appel à son assistant pour corriger le tir avec le dix-septième numéro. Roy Thomas, encore chez Marvel à l’époque, change le personnage du tout au tout.

Dossier - Shazam : un périple éditorial et juridique1970, Fawcett cherche à répéter le coup que lui avait infligé National Comics, avec l’argument du copyright. Mais Fawcett perd ce droit, et Marvel obtient gain de cause, avec en prime le droit d’user du nom de Captain Marvel. 1972, Fawcett apprend que DC Comics entreprend de mettre en avant des réimpressions de comics passés, ils réalisent un arrangement, leur fournissant le droit d’utiliser Captain Marvel/Shazam. L’éditeur fier de son acquisition non-officielle – Fawcett a toujours un contrôle sur toute utilisation du personnage – lance sa série régulière sous la direction de Julius Schwartz. Et Marvel Comics regarde ce retour de loin.

En 1973, Marvel intervient. En raison de ses droits sur le nom de Captain Marvel, l’éditeur demande à la distinguée concurrence de retirer son sous-titre, usant de la formule « … the original Captain Marvel !« . La série commandée change alors de nom, et opte pour Shazam! en accord avec le titre de comics. Le comics s’arrête, la série ne perdure pas, mais une série animée est tout de même prévue pour 1981. DC Comics ne possède toujours pas les droits, alors que Fawcett ferme ses portes. Il faudra attendre l’événement Crisis on Infinite Earths (1985) pour que l’éditeur se décide à acheter le personnage et l’implanter pleinement à son univers.

Introduction

2. Intégration progressive

1. Le véritable Captain Marvel

3. Un personnage à part entière

1
2
3
4
Article précédentDécouvrez le premier teaser trailer de Joker
Article suivantHIGHLIGHTS DE LA SEMAINE #44 (Rebirth, Vertigo)
Avatar
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

6 Commentaires

  1. Enfin un article intéressant au milieu de tous les « Le sachiez-vous ? Shazam est le premier Captain Marvel » qui pullulent sur le net !

  2. Excellent article pour un sujet finalement très complexe et rempli de zones d’ombres et qui ont ici le mérite d’être éclaircies. On pourrait d’ailleurs ajouter, car c’est rapidement mentionné, que Captain Marvel inaugure la mode des super-héros au cinéma. Loin de simplement faire l’objet d’un serial au même titre que Superman ou Batman, il est justement le premier à bénéficier de tels honneurs, accélérant le désir de National Publications de coller un procès aux fesses, non pas de Tommy, mais de Fawcett. Bref, lecture très agréable, mais cela ne change pas !

  3. Pas mal comme dossier, ça permet de mieux comprendre l’histoire éditorial assez nébuleuse du perso.

    Bon boulot, la semaine spécial Shazam chez DCP commence bien :)

  4. Très chouette dossier bien documenté.

    J’ai découvert Shazam dans Kingdom Come, et il est très angoissant dans cette histoire, comme une épée de Damoclès présente sur tout le récit. Je trouve que c’est à ce jour la meilleure utilisation que j’ai vu du personnage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.