Le jeune Billy Batson se voit conféré des pouvoirs par un vieux sorcier. Il arbore alors le nom de Captain Marvel, nouveau super-héros dans le paysage déjà bien nourrit en la matière. Entre 1940 et 2019, le personnage a subi un parcours particulier, rythmé par les procès, les temps de succès dans un déclin continue. De Fawcett à DC Comics, Captain Marvel n’a pas connu qu’un simple changement de nom. Changement d’éditeur, de ton, Shazam a cherché à se défaire de son ambiance originelle, lorsqu’il ne l’embrasse pas pleinement. Retour sur l’histoire d’un personnage acquis tardivement par DC Comics, où la figure Julius Schwartz a joué un rôle prépondérant dans son entrée chez DC Comics.

Introduction

2. Intégration progressive

1. Le véritable Captain Marvel

3. Un personnage à part entière

1
2
3
4
Article précédentDécouvrez le premier teaser trailer de Joker
Article suivantHIGHLIGHTS DE LA SEMAINE #44 (Rebirth, Vertigo)
Avatar
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

6
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
5 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
GeronoHousurbanvspanini10Billy BatsonWatchfulPara le pacifique Parademon Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Para le pacifique Parademon
Para le pacifique Parademon

Enfin un article intéressant au milieu de tous les « Le sachiez-vous ? Shazam est le premier Captain Marvel » qui pullulent sur le net !

Billy Batson
Billy Batson

Excellent article pour un sujet finalement très complexe et rempli de zones d’ombres et qui ont ici le mérite d’être éclaircies. On pourrait d’ailleurs ajouter, car c’est rapidement mentionné, que Captain Marvel inaugure la mode des super-héros au cinéma. Loin de simplement faire l’objet d’un serial au même titre que Superman ou Batman, il est justement le premier à bénéficier de tels honneurs, accélérant le désir de National Publications de coller un procès aux fesses, non pas de Tommy, mais de Fawcett. Bref, lecture très agréable, mais cela ne change pas !

urbanvspanini10
urbanvspanini10

Pas mal comme dossier, ça permet de mieux comprendre l’histoire éditorial assez nébuleuse du perso.

Bon boulot, la semaine spécial Shazam chez DCP commence bien :)

GeronoHous
GeronoHous

Très chouette dossier bien documenté.

J’ai découvert Shazam dans Kingdom Come, et il est très angoissant dans cette histoire, comme une épée de Damoclès présente sur tout le récit. Je trouve que c’est à ce jour la meilleure utilisation que j’ai vu du personnage.

trackback
Review VF - Superman / Shazam : Premiers coups de tonnerre | DCPlanet.fr

[…] artistes, emprunt d’une certaine nostalgie. Le personnage issu de la maison d’édition Fawcett Comics, s’est trouvé plusieurs artistes ayant laissé une marque plus ou moins forte, de Roy Thomas […]