C’est maintenant bel et bien officiel, Green Arrow Rebirth, série entamée il y a de cela plus de deux ans est terminée avec Green Arrow #50. Cette série qui avait la lourde tâche de remettre sur le droit chemin un personnage et tout son univers qui s’était fait violemment caillasser pendant une bonne partie des New 52. Tâche qui, finalement, a été plus que réussie.

Mais, alors que la série semblait repartir sur de nouvelles (et saines) bases avec l’arrivée du duo de scénaristes, Jackson Lanzing et Collin Kelly, sur le titre, il a été subitement annoncé que la série était annulée, et serait relaunchée, malgré les plans, déjà conséquents, des deux scénaristes. La question qu’il faut se poser est, est-ce que ce numéro événementiel, d’une des meilleures séries de l’ère Rebirth, s’avère à la hauteur ? Eh bien la réponse est compliquée.

Oliver Queen tire sa révérence avec Green Arrow #50

Review VO - Green Arrow #50

La première chose qui saute aux yeux, et ça ne surprendra pas ceux qui avaient lu les deux précédents numéros, déjà écrits par le duo de scénaristes, c’est de voir à quel point ils écrivent merveilleusement bien Oliver Queen/Green Arrow. Chacune de ses répliques, que ce soit ses interventions auprès de Riot, ses échanges avec Dinah, jusque son monologue final tout sonne vrai et sonne bien. Et il y a aussi cette façon de démontrer une des caractéristiques propres à Oliver, le fait qu’il veut toujours tout faire pour être meilleur. Que ce soit être un meilleur super-héros, ou tout simplement un meilleur être humain, là est le cœur de ce que représente Oliver Queen.

Cette envie d’être meilleure est ici mise en exergue par la présence du personnage de Riot. Toute nouvelle addition dans l’univers de l’archer, il se pose comme un opposant parfait pour Green Arrow. Le personnage permet une fois de plus de remettre en question ce en quoi Oliver croit et tout ce qu’il pense savoir à propos de sa ville et des inégalités. Cette idée est d’ailleurs exacerbée par le fait que Riot dit clairement qu’aucun super-héros n’est venu dans cette partie reculée de la ville depuis des semaines. Montrant de ce fait que même si Green Arrow pense que Riot n’agit pas de la bonne manière, son combat reste peut-être nécessaire dans cette ville. Ceci rejoignant une fois de plus l’idée que Green Arrow a encore énormément de chose à comprendre, ainsi que beaucoup de questions à se poser sur lui-même, pour être en phase avec les idées qu’il défend.

Une caractérisation quelque peu forcée

Au niveau des points plus négatifs, on notera une caractérisation de Dinah, cela surtout au début du numéro, qui semble quand même assez éloignée des canons du personnage. Son alliance avec le gouvernement, puis ses reproches, ainsi que sa demande à Oli, ne sont pas très en phase avec le personnage tel que l’on le connait. Surtout que cette position finit par être totalement inversée, nous laissant quelque peu songeur quant à son utilité de base. Cela, laisse un peu l’impression que le personnage est juste utilisé en tant que ressort scénaristique pour justifier les événements qui se déroule dans ce numéro et en cela c’est assez dérangeant. Cependant le personnage a le droit à plusieurs moments d’anthologies, dont une page tout simplement magnifique.

Visuellement abouti

Review VO - Green Arrow #50

D’ailleurs pour continuer dans cette idée, il faut bien le dire ce numéro est une vraie réussite visuelle. Les dessins et la façon dont les pages sont découpées créent un rythme qui rend le tout extrêmement dynamique et cela permet de donner au tout un sentiment d’urgence, renforcé par ce compteur qui ne cesse de s’écouler. De plus ce n’est pas tout, entre un hommage au numéro 78 du Green Lantern de Dennis O’Neil, une très belle utilisation du format des 9 cases, ainsi que plusieurs scènes d’actions de hautes volées. Il en résulte une proposition vraiment belle et particulière. Cependant cette même particularité pourrait rebuter certains. Car il est vrai que le style de l’artiste, Javier Fernandez, est assez éloigné des canons actuels. Et qui plus est, il ne s’encombre pas toujours des détails et il arrive que certains visages soient finalement assez grossiers.

Pour conclure, aussi bon Green Arrow #50 soit-il, à la fin de notre lecture il ne nous reste qu’un énorme sentiment de frustration. De la frustration devant ce run, de cinquante numéros, mort-né. De la frustration devant le gâchis que DC a provoqué à l’intérieur de cet univers, patiemment reconstruit depuis la fin des New 52. De la frustration devant une maison d’édition qui préfère mettre un terme à ce qui aurait pu être un futur grand run, seulement pour rendre Green Arrow plus important au sein de son univers global. Parce-qu’il faut bien le dire, Green Arrow n’a pas de raison de jouer un rôle important dans le DCU, ce n’est pas ce qu’est le personnage. Green Arrow est, et à toujours été un outsider et changer cette donnée c’est prendre le risque de changer le personnage. Chose qui avait déjà été faite pendant les New 52, pour le résultat que l’on connait.

Cependant, comme ne manque pas de nous rappeler les scénaristes (peut-être) dans ce qui est une pique dirigée vers l’éditeur. Oliver Queen est un survivant. Peut importe ce qui lui arrive, peut importe ce qu’on lui met sur son chemin, il finit toujours par revenir. Alors, même si DC recommence à maltraiter ce personnage, une chose est certaine. Il reviendra.

Très Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Oliver/Green Arrow très bien écrit
- Visuellement très satisfaisant...
- Une compréhension parfaite du personnage et de son univers
Les -
- Un sentiment de frustration bien trop présent
- ... mais pourrait rebuter
- Pourquoi avoir arrêté cette série ?
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

4
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Clayganmavhocurbanvspanini10Mocassin Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Mocassin
Mocassin

J’ai qu’une chose à dire : Arrow aura duré plus longtemps.

urbanvspanini10
urbanvspanini10

Avis globalement identique. Il est vrai que c’est dommage qu’on arrête la série pour donner un rôle plus grand à GA dans le DCU. (Surtout que des aveux de Didio les ventes du titre rester toujours bonne, faudra que je vérifie sur les listes de Diamond Comics)
Mais je demande à voir comment cela va être traité, si ça se trouve ça va être bien. (Même si la possible confrontation entre GA et une équipe de SH me laisse dubitatif)

Chose amusante que je trouve avec ce volume de GA, c’est que Oliver finit comme il était au début de la série mais avec moins de proches qu’auparavant ^^ (Après sa relation avec Black Canary reste safe, c’est déjà ça)

mavhoc
mavhoc

Merci pour la review très plaisante à lire ;)