Nouvelle semaine, nouvelles lectures. On vous a donné du choix sur nos avis mais c’est une semaine assez décevante dans l’ensemble. Vertigo semble bien parti sur sa lancée pour le titre House of Whispers.

Et vous, vos lectures ça donne quoi ?

LES COUPS DE CŒUR

Detective Comics #998

Collection

Rebirth

Scénario

Peter J. Tomasi

Dessins

Jaime Mendoza, Doug Mahnke

Il est bon de voir que Detective Comics continue d’être une valeur sûre, sur laquelle le lecteur peut se reposer depuis les débuts de Rebirth. Tynion, avait assuré un vrai bon run, malgré quelques petites imperfections, comme une Stephanie Brown à l’écriture assez douteuse par moment. Tomasi, quittant le côté team-up qu’avait pu proposer son prédécesseur, renoue ici avec l’aspect enquête qui a donné son nom au titre. La réussite de ce numéro tient dans la coexistence de plusieurs univers sans que cela ne fasse ni too-much, ni ne sorte du récit. En effet, en une vingtaine de pages, Batman est confronté à l’univers purement gothamien avec Strange, la science avec la famille Stone, ainsi que la magie avec Etrigan. Pourtant, le tout s’enchaîne fluidement. La révélation finale, ou plutôt le twist pourrait là aussi sembler assez ridicule, pourtant, il s’avère assez curieux pour donner envie d’en lire plus. Bien entendu, il serait par ailleur de mauvaise fois de ne pas constater l’aspect filler de ce numéro en attendant le fameux DC #1000, mais le teasing est efficace, l’écriture est bonne, et les dessins soignés.

– Blue

Scooby Apocalypse #34

Collection

Rebirth

Scénario

J.M. DeMatteis, Keith Giffen

Dessins

Tom Palmer, Patrick Olliffe

Le début de la fin ! Fred est mort, enfin plus ou moins, il est temps de contre-attaquer. La conclusion de notre arc zombie/démon est enfin là, et le tout risque bien de nous offrir une fin magistrale. Daphné est plus badass que jamais, et le boss final à détruire est là pour en découdre.Finalement, les auteurs ont trouvé comment conclure leur saga, en évitant d’être abrupts, et c’est ce qu’ils méritaient, ce que cette histoire méritait, et ce que les fans méritaient. Visuellement maîtrisé, avec des personnages forts, ça va être bien, ça va être très bien même. Et pour le backup, les auteurs se lâchent, avec un team-up entre Cosmo, Krypto, Beppo, Streaky et Atom-Ant, pour former The Legion of Super-Pets, le tout supervisé par Superman ! Allez, c’est tout pour moi !

– Blue

Supergirl #27

Collection

Rebirth

Scénario

Marc Andreyko

Dessins

Eduardo Pansica

Supergirl est désormais dans son élément, loin de la Terre. L’aventure cosmique lui correspond à merveille. Elle s’y révèle une influence guerrière, rattrapée par le symbole, nous posant la question des limites imposées par celui-ci. Pour autant, son rapport à l’univers de Superman fait de cette série, celle exploitant au mieux l’héritage kryptonien (cf. Superman). Kara s’associe aux Omega Men. Une aide qu’elle ne peut vraiment refuser. Ce numéro poursuit ce rapport au guest pour vaincre une même menace. On risque de perdre l’intrigue principale, et certains pourraient y voir une dégradation du titre. Or, l’exploitation du potentiel de cette Supergirl cosmique est le point positif à retenir. Expédier l’intrigue serait une erreur. L’espace est vaste. Le plot se prête à merveille à ce genre de digression. D’une même manière, l’absence et de Kevin McGuire, et de Doc Shaner, pourrait laisser penser à un relâchement. L’éditeur fait appel à Eduardo Pansica, un artiste dont nous nous souvenons pour avoir rendu moins pénible un arc de la Justice League de Bryan Hitch. Force est de constater que l’artiste ne fait que s’améliorer. Malgré un style encore très différents de ses prédécesseurs, et une technique plus impersonnelle, le rendu est soigné. L’histoire n’est pas des plus réfléchies, ni des plus attachantes, mais elle fait état d’un univers riche, d’une variété de personnages extrêmement crédibles dont les aventures passionnent. La progression n’est pas des plus rapides, mais Marc Andreyko tient là tout un univers à la fois très connecté aux personnages cosmiques DC, mais en même temps très indépendant, tant cette partie de l’univers est laissée à l’abandon. Supergirl est de loin LE titre à suivre chez DC.

– Watchful

LES VALEURS SÛRES

House of Whispers #6

Collection

Vertigo

Scénario

Nalo Hopkinson

Dessins

Aneke, Domonike Stanton

Vous avez aimé la Princesse et la grenouille, le film de Disney qui se passe à la Nouvelle-Orléans ? Bon, fusionnez le tout avec l’univers Sandman, et vous avez House of Whispers, un bon titre, qui pourra en rebuter certains par son histoire assez perchée, la plus perchée de tous les autres titres de ce relaunch sans doute. L’avantage de cette série est de traiter un aspect mystique assez peu vu, même dans Hellblazer, la religion vaudou. En plus d’être assez méconnue du grand public, à l’exception des poupées et autres trucs habituels, tout reste donc à faire. Visuellement recherché, et bien écrit, je ne saurais que vous conseiller d’aller jeter un oeil à cette aventure atypique, qui ne nécessite aucun pré-requis.

– Blue

The Batman Who Laughs #3

Collection

Rebirth

Scénario

Scott Snyder

Dessins

Jock

 L’histoire continue dans ce troisième numéro et Batman en est réduit à faire des choix pas très catholiques pour pouvoir contrer le Batman Who Laughs. Cependant, il est de plus en plus mal et sa transformation, son penchant pour le mal se font de plus en plus ressentir. Le récit n’est pas le meilleur du siècle, mais on connait la joie de Snyder de mettre le Batman à terre. Le twist de fin est assez mal amené voire un peu grossier car au final rien n’explique cela, mais le tout reste une bonne lecture accompagnée de belles planches signées par Jock.  

– Harley

LES DÉCEPTIONS

Electric Warriors #4

Collection

New Age of DC Heroes

Scénario

Steve Orlando

Dessins

Travel Foreman

Steve Orlando semble chercher l’exil au sein de l’univers DC. Bien éloigné avec ce tournoi de gladiateurs, à peine digne du plus cliché des Shônen, le scénariste est très décevant. Après quatre numéros, Electric Warriors se contente de ses stéréotypes, enchaînant affrontement sur affrontement, sans se préoccuper d’une quelconque caractérisation. Le titre se scinde en deux parties : l’intrigue principale et le combat. En plus d’être assez confuse, l’intrigue se limite à l’opposition entre le gladiateur élu de “la sainte prophétie jusqu’alors inconnue” et le noble corrompu. La prolifération de personnages n’arrange en rien l’affaire, sans compter sur une colorisation électrique qui aurait pu plaire à l’aube des années 90 pour son effet néon digital immonde. Ces couleurs rendent les traits de Travel Foreman à peine perceptible. Toujours est-il qu’on se demande bien comment l’artiste de Animal Man a pu parvenir à ce résultat.

– Watchful

Red Hood and the Outlaws #31

Collection

Rebirth

Scénario

Scott Lobdell

Dessins

Pete Woods

Enfin, nous en sortons. Ce changement en milieu d’année a été des plus douloureux (juste après la situation Nightwing), touche enfin à sa conclusion. Guest sur guest, Red Hood a remonté la trace et fait face à son doppleganger. Design ridicule, décors absents, on sent Pete Woods en très petit forme, certainement impatient de passer à autre chose. Il en devient difficile de trouver quelque chose de neuf à dire sur Red Hood tant Scott Lobdell relance un même schéma. Red Hood fait face au cliffhanger, scène d’action, guest sorti du nulle part, confrontation, boss final, cliffhanger. Et quel cliffhanger ! En soi, Red Hood aurait toute sa place parmi les valeurs sûres, tant on connaît déjà le contenu. Mais alors que la sortie de ce statut-quo pourrait annoncer quelque chose de plus intéressant, Scott Lobdell ne fait que nous rendre plus sceptique encore.

– Watchful

Superman #8

Collection

Rebirth

Scénario

Brian M. Bendis

Dessins

Ivan Reis

Le titre de l’univers de Superman qui laisse le plus dubitatif (je vous laisse écouter Claygan parler du numéro précédent dans le dernier podcast) prend un virage particulièrement serré. Jon explique le début de ses aventures à ses parents. Le concept du Jon adolescent doit dors et déjà avoir été accepté, puisque le récit est très confus. Brian M. Bendis rallonge le tout de scènes inutiles et de dialogues bien souvent hors-sujets. Même s’il s’agit d’une manie, d’un type d’écriture, celle-ci dérange. Le récit de Jon paraît déjà invraisemblable, le caractère de Jor-El n’aide en rien, et le tout est censé mener à un léger regain d’intérêt pour une conclusion très étrange. Ce numéro n’est pas à recommander. La lecture est longue et fastidieuse, pour une unique information, et pas le moindre autre plaisir que celui des planches d’Ivan Reis.

– Watchful

The Flash #64

Collection

Rebirth

Scénario

Joshua Williamson

Dessins

Rafa Sandoval

Bon, le titre aurait pu partir dans les déceptions, mais… Bon, à la réflexion, si quand même. Sans être une catastrophe, ni un mauvais numéro, c’est un gros meh, trop pour le caler dans les “valeurs sures”. A quoi sert The Price ? On se le demande encore. En effet, Gotham Girl, en dépit de son craquage, n’est pas la meurtrière de Sanctuary,  il est improbable d’annoncer le coupable dans des numéros auxiliaires à HiC. Ainsi, une seule question demeure : Pourquoi cette jeune femme n’a pas été envoyée dans le centre d’aide psychologique aux super-héros ? Et c’est tout là la question. Seul problème, à moins d’un brillant twist narratif insoupçonné, aucune solution rationnelle ne semble satisfaisante, sans partir dans le out-of-character. On voit mal Batman, laissé un Superman skyzophrène dans la nature, tranquille, pépouze. Néanmoins, tout n’est pas à jeter, le numéro étant plutôt joli, et la narration assez efficace pour se laisser suivre, même si on notera une Iris un tantinet irritante. Certains passages quant à eux, comme cette armée de Gotham font vraiment kitch.

– Blue

Wonder Woman #64

Collection

Rebirth

Scénario

G. Willow Wilson

Dessins

Jesus Merino

Non, désolé, les araignée géantes en soutif enchaînées façon esclaves sexuelles de Jabba le Hutt, c’est plus possible en 2019, vraiment. Déjà, rien qu’au niveau de la street-crédibilité du méchant, c’est non, c’est ridicule. Le combat, ce n’est pas mieux, mais même le reste, ça ne vole pas haut. Pour résumer, une journaliste débarque et dit : « Themyscira a été détruite », et Wonder Woman se casse en chialant sans rien vérifier ni même enquêter cette victime… Elle lâche juste un “Je suis seule maintenant”, et fin. Alors ok, nous ne sommes pas dans Detective Comics, mais il ne faudrait peut être pas abuser non plus. Nous parlons d’une princesse guerrière qui a vécu d’innombrables aventures, pas de Cindy qui est partie pleurer et se faire vomir dans les chiottes du bahut parce que Brandon lui a dit qu’elle était grosse. Allez, on se reprend hein ! Sinon, vous pourrez assister au remake du Loft, où Loana est remplacée par Aphrodite, qui passe son temps à cockblock Steve Trevor. On rigole bien cette semaine dans WW.

– Blue

Titans #34

Collection

Rebirth

Scénario

Dan Abnett

Dessins

Bruno Redondo

En plus d’être par moment un beau bordel niveau story-telling, on sent que Dan Abnett, en dépit d’une volonté évidente de bien faire et de proposer au lecteur de nouvelles chose, n’arrive plus à se renouveler. L’univers proposé, sorte d’Asgard de DC pourrait amener de bonne chose, mais l’auteur ne sait définitivement  plus quoi faire avec ses héros. Beast Boy qui perd le contrôle et se retourne contre ses potes ? Vraiment, combien de fois cela fait depuis Rebirth ? Sans parler de Kyle Rayner qui est nerf pour les besoins du script. Miss M s’en sort pas trop mal, mais rien n’est proposé ici qui pourrait véritablement faire regretter l’annulation du titre, et c’est dommage…

– Blue

4
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
ClayganWatchfulknightwing Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
knightwing
knightwing

J’a beaucoup de mal avec le titre Superman de Bendis, et je n’ai lu que les 3 premiers numéros ^^’