Lorsque notre dossier sur Doom Patrol est sorti il y a quelques mois, quelqu’un a dit en commentaire : c’est dommage que ce dossier n’aborde pas les représentations de l’équipe dans d’autres médias, comme les séries et l’animation… et c’est vrai que c’est dommage ! Lorsque j’étais assis dans mon bureau à réfléchir à la semaine Doom Patrol comme un bon petit fanboy, assez rapidement, l’idée de parler des adaptations était vite trouvé. Surtout qu’elles sont encore assez rares et parfois d’assez bonne qualité. Pour ceux qui ne lisent pas beaucoup de comics mais ont envie de voir d’autres versions de la Patrol, suivez le guide !

Teen Titans 5.01-02 : Homecoming (2005)

La première apparition télévisuelle de la Doom Patrol est (à ma connaissance) dans la cinquième saison de la série animée Teen Titans. Centrée principalement sur le personnage de Beast Boy, cette dernière explore la backstory du jeune héros verdâtre et métamorphe. C’est ainsi que la saison s’ouvre sur un flashback la Doom Patrol en lutte contre The Brain et Monsieur Mallah, qui sont en train de parachever leur générateur de trou noir. Beast Boy y est alors décrit comme un jeune apprenti, grandira au fil du double épisode aux côtés des Titans pour prouver sa valeur à son ancienne équipe. Même si la Doom Patrol disparaît après l’épisode introductif, la Brotherhood of evil reste l’antagoniste principal de cette saison.

De toutes les représentations de la Doom Patrol à l’écran, il faut bien avouer que celle-ci est sans doute la plus faible. Cela vient sans doute de la place et du rôle accordé à Mento dans ce double-épisode, où il est dépeint comme le leader de l’équipe. C’est assez malvenu, lorsqu’on sait que Mento n’est qu’une pièce rapportée dans les comics, où il incarne l’archétype de l’homme normal qui ne comprend pas l’étrange. Il est l’une des personnes les plus riches du monde, et c’est un mec qui ne partage en rien l’expérience d’exclusion des autres membres de l’équipe. L’objectif était surtout de mettre en valeur Beast Boy en rapport à son passé et à sa figure paternelle autoritaire et un brin despotique qu’incarne Mento. Tant mieux pour Beast Boy, tant pis pour la Patrol.

Batman : The Brave and the Bold 2.15 : The Last Patrol (2010)

La deuxième représentation de la Doom Patrol est bien plus fidèle à l’esprit de l’équipe, et reste probablement la meilleure version hors-comics. Ecrit par J.M. De Matteis, cet épisode fonctionne comme un véritable hommage et une lettre d’amour au run d’Arnold Drake. On y retrouve notamment une séquence formidable, où Niles « The Chief » Caulder regarde un documentaire retraçant l’histoire de l’équipe qui reprend un certain nombre de couvertures de ce run classique. On y trouve aussi une référence très touchante aux fans de l’équipe, décrits comme des « adolescents qui ont vus dans ces rejetés broyants du noir les symboles de leur propre solitude et de leur aliénation ».

Dans cette aventure, la Doom Patrol est séparée depuis plusieurs années. Rita Farr est obèse et se la coule douce au bord d’une piscine. Larry Trainor est devenu un phénomène de cirque. Cliff Steele engloutit des voitures dans les crash tests. Le Chief reste seul dans son manoir, en broyant du noir. Un de leur vieil ennemi les amène à se réunir à nouveau pour lutter pour la justice, alors que Batman leur balance des pep talks et les accompagne sur leur route. On y retrouve The Brain et Monsieur Mallah, l’Animal-Vegetable-Mineral Man, les Mutant Masters et bon nombres d’ennemis cultes de la patrouille. Des easters eggs géniaux des runs de Morrison et Pollack viennent même se faufiler dans le décor. Et la fin de l’épisode ne rend que trop bien hommage à Doom Patrol #121… Si vous êtes fans du run d’Arnold Drake, cet épisode sera un vrai régal. Et si vous ne l’avez jamais lu, cela vous fera une excellente introduction.

DC Nation Shorts (2014)

Si les trois DC Nation shorts sont un peu plus anecdotiques, ils n’en sont pas moins excellents. Là encore, ils reprennent des éléments du run d’Arnold Drake en modernisant le graphisme, tout en conservant un aspect très rétro. Une merveilleuse introduction à Doom Patrol en trois fois deux minutes seulement…

Titans 1.04 : Doom Patrol (2018)

Petit avertissement : je ne fais pas partie des grands fans de la série Titans diffusé sur DC Universe là-bas, et sur Netflix ici. Je trouve que souvent, la série passe à côté de beaucoup de choses dans ses réinventions, malgré de très belles intuitions. J’ai mis plusieurs semaines avant d’oser regarder l’épisode de la série consacré à mon équipe favorite de chez DC. Et objectivement, pour la série Titans en elle-même, l’épisode ne sert pas à grand chose, à part ralentir l’intrigue de fond. Mais en tant qu’introduction de l’équipe ? C’est pas si mal !

Geoff Johns a réussi à introduire très efficacement chaque membre de la Doom Patrol, à travers des images ou des souvenirs légers, offrant des petits aperçus de leur personnalité. Si la plupart des acteurs font bien leur job (ou presque…), ça reste Robotman, dont le casting vocal incarné par Brendan Fraser est très convainquant. Le seul gros bémol serait sans doute Bruno Bilchir, qui interprète Niles Caulder de façon hyper pompeuse et sans aucune nuance. Cela annonce sans doute déjà la couleur du personnage sur la série à venir, qui s’approcherait plus du manipulateur du run de Morrison que du bon pater familias d’Arnold Drake. Reste que Timothy Dalton était plus intéressant dans les quatre minutes du trailer officiel Bilchir dans l’épisode entier de Titans.

Young Justice 3.12 : Nightmare Monkeys (2019)

A mi-chemin entre l’exploration psychologique, le cameo fun et le teasing de la série à venir, il y a la séquence Doom Patrol Go! du 3.12 de Young Justice. Sous influence extérieure, Beast Boy se retrouve dans un univers à la Teen Titans Go!, avec le casting vocal et tout ce qu’il faut. L’humour, ici, se mêle au tragique, au sentiment de perte et de deuil qu’éprouve Gart pour sa mère originelle et pour sa mère d’adoption, Rita Farr. Ici, le lien à Mento est beaucoup mieux creusé. Ce dernier est clairement dépeint à part du reste de l’équipe, et décrit comme un outsider ambitieux qui ne partage pas pleinement l’esprit de l’équipe. Une interprétation douce-amère et touchante de la Doom Patrol centrée sur Beast Boy, qui joue avec les cordes méta pour détourner une partition qu’on connait bien.

Doom Patrol (2019)

Que pouvons-nous attendre de la série à venir ? Pendant longtemps, la promotion s’est faite rare, si on enlève certains teasing qui mettaient en valeurs les personnages, annonçant une ambiance étrange et une grande fidélité visuelle à différentes périodes de l’histoire de l’équipe. Le teaser, puis le trailer d’hier soir nous en disent davantage, en nous montrant l’orientation que semble prendre la série : un gros focus sur les personnages, leur handicap et leur traumatisme ; un accent particulier mis sur Robotman, qui sera sans doute la pierre d’angle de la série (un choix très cohérent) ; une réinterprétation pour certains personnages, comme Larry Trainor ou Rita Farr ; et puis : de l’action et un vilain qui s’annonce très intéressant. Reste encore à voir un peu plus d’étrangeté (sans doute gardée en réserve) et mon coeur sera comblé. Est-ce que la série en live-action parviendra à séduire ? Réponse demain…

1
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
urbanvspanini10 Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
urbanvspanini10
urbanvspanini10

« quelqu’un a dit en commentaire : c’est dommage que ce dossier n’aborde pas les représentations de l’équipe dans d’autres médias, comme les séries et l’animation… et c’est vrai que c’est dommage !  »

DCP écoute ses lecteurs, c’est beau !
Très bon article, je suis étonné qu’on ne retrouve pas d’incarnation de la Doom Patrol dans le Timmverse.