Nous avons écumé les différentes sorties VO du 30 janvier, et voici notre bilan de lecture. Comme chaque semaine des titres nous étonnent, d’autres sont décevants. Tous les titres ne sont pas traités, seulement ceux qui nous ont marqué et dont nous avions envie de parler.

Et vous, vos lectures ça donne quoi ?

LES COUPS DE CŒUR

The Terrifics #12

Collection

The New Age of DC Heroes

Scénario

Jeff Lemire

Dessins

Viktor Bogdanovic

Le meilleur pastiche des Fantastic Four continue son bout de chemin de manière très plaisante dans son douzième numéro. Dans le précédent, on voyait que chaque membre des Terrifics vivait sa propre intrigue, prétexte à un développement des personnages très touchant. Ici, ils vont devoir se réunir à nouveau contre les Dreadfuls. Mais bien plus que la réunion elle-même, qui sera le sujet du #13, c’est surtout le chemin vers la rencontre qui importe, et avec ça le propos de fond de Lemire sur cette équipe. Au départ, les Terrifics étaient quand même un peu liés par la force : ils n’avaient pas le choix de rester ensemble. Ils formaient ce que j’appellerai une communauté de destin, un peu comme une vraie famille, qui nous est imposée et qu’on ne choisit pas vraiment. Maintenant défaits du lien obligatoire qui les unissait, les Terrifics peuvent vivre leur vie chacun de leur côté… mais ce numéro nous montre que ce n’est pas vraiment leur désir profond. Leur communauté de destin est devenu une communauté d’élection, qui choisit et décide de vivre des aventures ensemble. Si sur certains points, l’intrigue peut paraître un peu trop rapide (comme pour Metamorpho), d’autres reçoivent un développement magnifique et touchant, à l’instar de Plastic Man. Bogdanovic est en plus particulièrement inspiré durant ces scènes, comme à son habitude. Dommage que Lemire s’en aille dans deux numéros…

– Myplasticbus

Raven: Daughter of Darkness #12

Collection

Rebirth

Scénario

Marv Woflmann

Dessins

Lovern Kindzierski

Clap de fin pour la maxi série Raven: Daughter of Darkness. Si le titre a eu tendance à me perdre, Marv Wolfmann rend un joli hommage au personnage principal en revenant sur les jeux d’apparences de Raven. L’histoire prend une tournure assez simple et efficace. On revient là où tout a commencé après une épreuve qui aura marqué le personnage au fil des numéros. Une histoire au début mystérieuse, puis personnelle, puis familiale. Ce n’était pas la série du siècle, mais on sent que l’auteur chouchoute sa petite création. Et honnêtement, c’est une bonne lecture sur le long terme.

– Harley

LES VALEURS SÛRES

Heroes in crisis #5

Collection

Rebirth

Scénario

Tom King

Dessins

Clay Mann

Heroes in Crisis est de retour ! On s’est à peine calmés des débats et des controverses concernant le #4 que son successeur est déjà dans les rayons. Ca y est, on va de nouveau pouvoir se diviser et se taper sur la gueule. Pourtant, ce numéro est un peu plus consensuel, sur le fond comme sur la forme. Ici, pas de gros plans sur les fesses de Batgirl, même si on risque de s’accrocher de nouveau sur Wally West. Le succès de ce numéro tient surtout dans le discours profond de Superman, qui occupe la moitié de l’histoire (même si je regrette que Wonder Woman serve de potiche). Dans ses paroles, on touche vraiment au coeur de ce qu’est (ou ce que devrait être) Heroes in Crisis : une manière d’assumer et de regarder nos failles, nos erreurs et nos fragilités pour les retourner comme des forces. King nous rappelle qu’il n’y a aucune honte à demander de l’aide, à admettre que nous ne sommes pas parfaits. Et c’est beau. Malheureusement, tout est loin d’être parfait. Nous en sommes au cinquième numéro sur neuf, et on a toujours l’impression qu’il ne s’est pas passé grand chose. Comme les premiers arcs de King sur Batman, Heroes in Crisis gagnera sans doute à être lu en TPB une fois que tout sera terminé… Aussi, même si je l’apprécie sur la forme, je commence à me demander si Clay Mann est bien le meilleur dessinateur pour cette histoire. Le traumatisme et l’acceptation de soi auraient mérité un traitement plus atmosphérique, plus original que la ligne détaillée et très mainstream de Mann. Mais bon, content de voir Booster & Beetle à nouveau réunis… et hâte de voir la controverse s’abattre sur les indices donnés à propos de l’auteur du grand mystère !

– Myplasticbus

Detective Comics #997

Collection

Rebirth

Scénario

Peter J. Tomasi

Dessins

Doug Mahnke

Tomasi et Mahnke continuent le chemin jusqu’au milestone du #1000 avec la suite de l’arc Mythologies, remplie de tension. Le scénariste sort plus ou moins de sa traversée chronologique sur les traces de la genèse de Batman, pour introduire un personnage qui nous était teasé dans le cliffhanger précédent. Il me semble que ce personnage important, que nous n’avions pas vu depuis 1970 dans la continuité, n’a jamais été lié à l’histoire du chevalier noir auparavant. Tomasi se permet ainsi de rajouter des éléments (cohérents) au mythe et montre qu’il n’est pas simplement dans l’hommage servile. C’est bienvenu ! Malheureusement, on n’évite pas une certaine impression de répétition avec le monstre multiforme, qui revient pratiquement dans chaque numéro depuis le début de l’arc. L’histoire en elle-même est très agréable à suivre, bien rythmée et comme je le disais, remplie de tension. Elle est néanmoins assez réminiscente de l’histoire brillante de Tom King dans Batman #62, l’esthétique horrifique en moins. C’est dommage de raconter deux histoires d’évasions avec monologue intérieur de façon si rapprochée. Les honneurs de ce numéro reviennent cependant clairement à Doug Mahnke, qui continue d’être au meilleur de sa forme. Je pense même que c’est son meilleur travail depuis le début de cet arc. Continue comme ça, Doug !

– Myplasticbus

Action Comics #1007

Collection

Rebirth

Scénario

Brian M Bendis

Dessins

Steve Epting

Voilà quelques temps que les pages introductives d’Action Comics nous ont teasé la venue de Leviathan. Et les dernières annonces ont confirmé l’event massif qui s’annonce par Bendis et son talentueux compagnon d’armes Alex Maleev, dont nous ne savons pas encore grand chose. Et pourtant, le titre de l’arc l’annonce : Leviathan Rising ! Et pour l’instant, ma curiosité est piquée. Grâce à Steve Epting, qui reprend la partie artistique sur ce début d’arc, et parvient très bien à imposer sa patte graphique. La (seule) scène de Superman parvient à iconiser le héros de la meilleure manière et à nous montrer en quelques cases à peine tout ce qu’on aime chez l’homme d’acier. Bendis, de son côté, nous emmène dans un dédales de fausses pistes pour nous teaser la menace véritable qui nous occupera probablement pour les prochains numéros, et peut-être même pour l’event lui-même. Si nous ne pouvons encore en dire grand chose tant tout reste à l’état d’introduction, il y a là-derrière quelque chose de prometteur. On reste néanmoins avec l’impression qu’on change subitement d’arc alors que le précédent n’était pas encore tout à fait terminé… même si je ne doute pas que le scénariste sait ce qu’il fait et parviendra à boucler la boucle. Mais le gros élément négatif vient encore une fois de Lois Lane, que Bendis écrit décidément avec les pieds. Depuis qu’il a repris Superman en main, il met presque systématiquement la journaliste face à des choix incohérents qui font lever les yeux au ciel. Ici, malgré une scène plutôt bien écrite sur le plan de l’émotion, on se retrouve encore une fois à lancer un regard interrogatif sur son segment. Est-ce qu’aucun éditeur n’ose lui faire de remarques à ce sujet ? Parce que là, ça commence à devenir grave…

– Myplasticbus

Batgirl #31

Collection

Rebirth

Scénario

Mairghread Scott

Dessins

Paul Pelletier

Ce numéro commence de la meilleure manière qui soit : Batgirl en train de tabasser un vilain de septième zone pour épancher sa frustration. Mais malgré quelques touches d’humour, c’est surtout l’ancrage dans la réalité qui interroge ici. Mairghread Scott profite du titre Batgirl pour parler d’intégrité politique ou de corruption. En associant un personnage louche du passé de l’héroïne avec la candidate réformiste qu’elle soutient, la scénariste fait naître le soupçon et pose la question de la fiabilité réelle de cette femme politique. Cela renvoie le lecteur à la confiance qu’il accorde aux politiciens qu’il soutient, et développe un propos beaucoup plus intéressant et nuancé sur le politique qu’à l’habitude. En outre, Scott maîtrise bien son personnage de Batgirl et a véritablement réussi à définir sa voix, notamment dans les monologues intérieurs. Pelletier, lui, continue de dessiner une Barbara expressive et héroïque, très agile et efficace dans les scènes d’action. Petit point négatif, cependant : la colorisation toujours un peu trop grise, donnant au numéro un aspect très terne. Cela fait bien sûr ressortir particulièrement le personnage de Barbara avec sa chevelure rousse… mais entre le festival de couleur de l’époque Burnside et cette nouvelle itération, il y a tout un monde de couleurs à explorer. Dommage que nous n’y ayons pas droit pour l’instant. Clairement, Scott ne cherche pas à révolutionner le personnage. Mais le tout reste très solide, développant une intrigue ancrée dans le réel remplie d’action, avec un zest de ramifications politiques. Une lecture divertissante et intéressante, à défaut d’être bouleversante.

– Myplasticbus

Flash Annual #2

Collection

Rebirth

Scénario

Josh Williamson

Dessins

Scott Kolins

Double-dose de Flash cette semaine, avec non seulement le #63 (qui originellement aurait du sortir la semaine dernière), mais aussi avec ce second Annual placé sous le signe du tie-in. Enfin, la série principale se heurte aux événements en cours dans Heroes in Crisis, qui a quand même bien bouleversé la famille du speedster. Williamson n’a pas la maîtrise complète de son histoire : il doit faire avec ce que l’éditorial lui demande, comme pour The Button ou d’autres histoires en cours. Et le scénariste s’en sort plutôt bien, sachant qu’il doit à la fois gérer le retour d’un personnage qu’on avait pas vu depuis des plombes, les conséquences de la série de Tom King et Clay Mann, ainsi que poser les bases du nouveau status quo sur son propre run. Un gros cahier des charges qu’il parvient à relever, malgré quelques accrocs sur le chemin. Le gros point positif de cet Annual, c’est le traitement émotionnel des personnages, parfois proprement touchant, notamment pour le personnage d’Iris, qui offre l’une des réactions à l’annonce les plus crédibles que j’ai pu voir dernièrement. Williamson offre également des petits clin d’oeil savoureux à la continuité de Flash, notamment à travers le retour teasé d’un antagoniste qui ravira sans doute les fans des 90’s. Le clin d’oeil au passé va même jusqu’au dessin, porté par un dessinateur bien connu des amateurs du speedster, à savoir Scott Kolins, qui revient sur le héros après plusieurs années d’absence. On retrouve son dessin détaillé marqué par une grande fluidité dans l’action et un ancrage très light. Sur certaines pages, ça donne quelque chose de somptueux et sur d’autres cases, on se demande comment le même dessinateur a pu faire ça. Mais on a l’habitude. En réalité, les éléments les moins bien développés sont ceux qui touchent proprement au run de Williamson, notamment les scènes avec Godspeed, qui prennent beaucoup de place dans un numéro qui aurait pu toucher beaucoup plus sans tout ça. Peut-être qu’on devrait simplement demander au scénariste de bosser sur commande, à priori, il s’en sort mieux comme ça…

– Myplasticbus

Mysteries of Love in Space #1

Collection

Rebirth

Scénario

James Tynion IV, Kyle Higgins…

Dessins

Jesus Merino, Cian Tomrey…

Le numéro spécial Saint-Valentin se veut étrange, et se concentre dans un genre cosmique déroutant. Au delà de sa couverture, le numéro propose des récits très variés, chacun ayant une perception de l’amour : l’amour aveugle et manipulateur, l’amour regretté, l’amour passionné, ou simplement l’amitié. L’approche cosmique est un genre, bienvenu qui plus est, puisqu’il est actuellement le moins représenté. On retrouve des personnages peu connus, et très peu représentés. Parmi ces numéros spéciaux aux histoires brèves, celui-ci présente une qualité bien supérieure aux précédents, qu’il s’agisse des scénaristes comme des artistes présents. Chacun apporte sa perception et son traitement. On se surprend à apprécier l’utilisation de personnages qu’on avait tendance à repousser comme Crush, et renouer avec une écriture simple mais efficace du personnage de Kilowog. On conserve cette habituelle qualité variable d’une histoire à l’autre, sans jamais sortir déçu de sa lecture. Il en va de même pour une partie graphique (évidemment) hétérogène, qui fait état d’une variation de styles bien différents et font état d’un travail de divers coloristes, pour un rendu plus agréable. Une bonne découverte, dont le seul frein reste son prix bien trop élevé.

– Watchful

LES DÉCEPTIONS

Teen Titans Annual #1

Collection

Rebirth

Scénario

Adam Glass

Dessins

Jose Luis, Ryan Benjamin

Premier annual pour Teen Titans depuis le début de l’ère Rebirth. Malheureusement, le tout s’oriente plutôt sous l’angle de la déception. Ici, nous avons droit à deux histoires et un épilogue, qui ne font en rien avancer l’intrigue sur The Other, et changent un peu la donne entre les personnages, de manière très artificielle. Le premier segment entre Robin et Red Hood n’est franchement pas bon. Malgré un bon début, il part de plus en plus en couilles au point de tomber dans le n’importe quoi. Comme je le mentionnais la semaine dernière, le développement de Damian dans cette série est de plus en plus problématique. Bien qu’il ait toujours eu ce côté petit con arrogant, cela a toujours été contrebalancé avec un aspect plus attachant. Là, Adam Glass détruit de plus en plus le personnage pour en faire un adolescent ignoble et toxique, et c’est un plaisir de le voir se faire défoncer la tronche par son “grand frère”. En plus, la partie artistique de Jose Luis sur ce premier segment n’arrange rien. Les visages sont mal représentés et le travail est bâclé. Le deuxième segment avec le reste de l’équipe est à peine mieux. Le vilain est ridicule, caricatural et n’a aucun autre intérêt que d’aider Adam Glass à emmener l’intrigue là où il veut aller. Rien ne semble organique, tout est faux et animé avec des grosses ficelles très vilaines. Emiko Queen n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était sous Lemire et ben Percy, tombant de plus en plus dans la caricature mal écrite. On ressort de ce numéro avec des questions et des relations (légèrement) transformées. Mais on a surtout l’impression d’avoir perdu quelques précieuses minutes de notre vie qu’on ne retrouvera malheureusement jamais…

– Myplasticbus

Flash #63

Collection

Rebirth

Scénario

Josh Williamson

Dessins

Mink Yu Jung

Et voilà, cet arc sur la Force Quest est enfin terminé. Bien que je n’y croyais pas du tout au départ, Williamson a réussi à me convaincre petit à petit à travers quelques jolis numéros. Malheureusement, il se finit comme un pétard mouillé, qui ravira sans doute peu de monde. Certes, on a des révélations. D’abord sur Barry lui-même, qui réalise subitement des choses sur lui-même et sur la force qui l’anime (que le lecteur avait déjà compris depuis un long moment). On a aussi des révélations majeures sur les 4 forces dont on nous parle depuis de longs mois… mais elles me laissent sceptique sur l’évolution du titre, annonçant davantage des récits lourds et prévisibles qu’autre chose. Sans oublier les vilains de l’histoire, qui se sont avérés transparents jusqu’à la dernière minute. Au final, ils n’auront servi que d’outils de révélations, sans trop apporter au fond de l’intrigue. Et même la partie artistique de Mink Yu Jung déçoit… Bien qu’assez correct comme dessinateur, son style tranche tellement avec celui de Sandoval et Duce que c’en est perturbant. J’en plains d’avance les lecteurs du TPB. Franchement, Flash mérite mieux que ça…

– Myplasticbus

2
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Jin54The Bat Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
The Bat
The Bat

Seulement 3 lectures pour moi cette semaine :

– Detective Comics #997 : Toujours excellent, toujours une belle proposition de Tomasi et Mahnke. C’est classique, c’est bien fait, rien à redire.

– Action Comics #1007 : Quelque peu déçu de ce début d’arc. Après 6 numéros oscillant entre très bon et excellent ça retombe un peu ici et faudra attendre pour voir. Le numéro accumule quelques défauts gênants tout de même.

– Heroes in Crisis #5 : Personnellement je ne comprends pas comment une série qui divise tant peut se retrouver dans les valeurs sûres mais bon. Avec ce numéro on remonte un peu en qualité mais on ne dépasse pas le médiocre. Batgirl est horriblement écrite, on enchaîne les scènes à facepalm avec Harley, le discours de Sup aurait été très bon si la série avait avancé et montré des choses mais là c’est limite vide de sens à part répéter ce que l’on sait déjà et ce que l’auteur martèle depuis le début de la série. Si dans la forme ça passe mieux ça reste terriblement vide dans le fond. On a enfin une toute petite avancée dans l’histoire… Au bout du cinquième numéro… Dans une série de neuf numéros. Ça reste une grosse déception.

Jin54
Jin54

Je ne suis pas du tout d’accord pour l’écriture de Lois. J’ai du mal a voir l’incoherence, et au contraire je trouve qu’elle est très bien mise en avant comme jamais depuis le début de rebirth et meme des New52 j’ai envie de dire….

Pour le reste j’ai bcp aime detective comics, meme si j’appreciais le traitement de Tynion qui a décidé de faire un team book donant bcp de personnalité au titre, la on reste sur une histoire de Batman.
Heroes in crisis est pour moi genial, mais parceque j’adore l’ecriture de King, ses dialogues…sa facon d’ecrire les personnages..je pense que tout prendra sens seulement au dernier numéro.