La semaine du 23 janvier était-elle une bonne ou une mauvaise semaine en terme de lecture ? Quels sont nos coups de coeur, nos valeurs sûres ? En tout cas, nous n’avons pas eu de déceptions et ça, c’est déjà une bonne nouvelle !

Et vous, vos lectures ça donne quoi ?

LES COUPS DE CŒUR

American Carnage #3

Collection

Vertigo

Scénario

Brian Hill

Dessins

Leandro Fernandez

Il y a des séries qui commencent très fort, avant de retomber en berne. Et il y en a d’autres qui s’améliorent constamment, parfois malgré un début déjà excellent. Fort heureusement, Brian Hill nous montre cette fois encore qu’American Carnage appartient à la seconde catégorie. La descente aux enfers continue pour le héros, qui plonge toujours plus profondément dans le réseau suprémaciste blanc dans lequel il est infiltré. Depuis le début, l’équipe créative nous offre une série relativement dérangeante, notamment à travers les thèmes difficiles qu’elle aborde de manière très frontale. Ici, la catastrophe s’enlise encore un peu plus devant nos yeux. On est profondément gêné pour l’Agent Wright qui se retrouve dans des situations de plus en plus impossibles… et pourtant, on est fasciné. Fasciné par l’ambiance lourde, tendue et violente. Fasciné par la retenue des auteurs qui n’en font jamais trop. Fasciné par la violence dure à encaisser, mais jamais gratuite. Fasciné par l’art magnifique et atypique de Leandro Fernandez et ses ombres très marquées. Fasciné par le réalisme de l’ensemble, qui prend d’autant plus aux tripes que tout semble parfaitement (et peut-être tragiquement) crédible. American Carnage continue de prouver qu’elle est l’une des meilleures nouvelles séries Vertigo, voire l’un des meilleurs éléments du catalogue DC actuel. Une série certes exigeante et difficile à lire, mais l’une des plus fortes.

– Myplasticbus

Shazam! #2

Collection

Rebirth

Scénario

Geoff Johns

Dessins

Marco Santucci

Avec un léger retard (et un changement de dessinateur), on retrouve toute la famille Marvel (ou Shazam, peu importe). Plutôt que de faire foncièrement avancer l’intrigue, Johns continue de mettre en place son univers. D’abord avec l’exploration du premier monde magique, qui malgré les apparences ne s’annonce probablement pas comme un lieu pas aussi festif qu’il n’en a l’air. Aussi avec l’introduction officielle de l’antagoniste, que les fans du personnage connaissent bien. Mais surtout, Johns continue de construire la dynamique au sein de la famille, et il le fait bien. Les décisions à prendre et les réactions aux événements permettent au scénariste de nous montrer qui sont les frères et les soeurs d’adoption de Billy. Même si certains restent encore un peu trop en retrait, nul doute qu’ils auront leur heure de gloire plus loin dans cet arc introductif. Sur ce point, on regrettera d’ailleurs que Mary Marvel se voit pour l’instant cantonnée au rôle de grande soeur/maman responsable de l’équipe… Je crains que ça ne devienne fatiguant pour le personnage à la longue. Sur le plan artistique, le remplacement d’Eaglesham par Santucci ne se fait pas trop sentir. Ce dernier reste dans l’esprit de son prédécesseur et fournit un excellent travail, détaillé et très propre. Shazam! continue d’être une série fun et bien racontée, avec laquelle je prend toujours autant de plaisir à la lecture.

– Myplasticbus

Freedom Fighters #2

Collection

Rebirth

Scénario

Robert Venditti

Dessins

Eddy Barrows

Le second numéro confirme les espoirs du premier : Freedom Fighters va être le récit d’une rébellion libératrice. Cette équipe sortie de nulle part se voit ici affronter un robot nazi, révélant l’existence de super-héros américains à un régime nazi installé et dont la domination semblait être instaurée et imperturbable. Malgré un contenu assez limité, se concentrant sur un affrontement, et ses conséquences, ce numéro est fort d’une émotion dont se vante l’épisode. Derrière l’apparence ridicule du concept dépassé des nazis old-school, un charme s’en dégage, par l’esthétique détaillée et qui ne cache pas les quelques horreures apparentes. Eddy Barrows donne une allure crédible aux ennemis comme aux héros. L’action ici majoritaire trouve son utilité dans l’accroche créée entre le lecteur et ces personnages. Néophyte ou non, ces personnages apparaissent plus crédibles à nos yeux, plus humains, mais possédant des valeurs dont témoignent leurs actions.

Le lecteur trouve sa place au sein du récit, celui du spectateur ressentant la tension monter et l’espoir revenir. Un contraste plein avec le premier épisode. Beaucoup de questions restent en suspens, le titre reste dans une introduction qui promet d’être progressive. Un rythme assez lent, qui n’ennuie pas, mais permet une immersion mieux maîtrisée dans ce monde alternatif. Freedom Fighters s’annonce comme un titre fort d’un lourd potentiel. Il est bon de voir Robert Venditti assurer une telle qualité d’écriture.

– Watchful

LES VALEURS SÛRES

Batman #63

Collection

Rebirth

Scénario

Tom King

Dessins

Mikel Janin

Suite de l’arc Knightmare après le fantastique numéro horrifique, anxiogène et barré dessiné par Mitch Gerads. Cette semaine, Tom King retrouve son acolyte Mikel Janin pour une expérience beaucoup plus agréable, bien qu’aussi relativement frustrante. Ce récit me rappelle les fameuses Imaginary stories du Silver Age, qui permettaient d’imaginer des histoires alternatives à la continuité réelle. Et je dois avouer que j’en ai toujours été très fan, car elles ouvraient des possibilités infinies. Et je crois que Tom King aussi en est assez fan, vu qu’il y a déjà fait référence par le passé. Mais clairement, l’une des fonctions de ces histoires imaginaires était aussi de pouvoir montrer des éléments qui ne pourraient jamais avoir vraiment lieu. Un moyen d’ouvrir un possible au lecteur, tout en le fermant à jamais. Et c’est là que ce numéro devient frustrant. Tom King nous raconte une histoire qu’on aurait aimé avoir pour du vrai, et que certains (j’en fais partie) espèrent encore. Mais il nous dit bien aussi à travers John Constantine que tout cela n’est qu’un rêve, une illusion. Faut-il donc s’accrocher à cette promesse et arrêter d’espérer ? Ce serait franchement frustrant. Ce soixante-troisième numéro reste une belle réussite, avec en plus un dessin toujours aussi soigné de Janin… mais il me rend aussi quelque peu craintif pour l’avenir. On verra bien dans la suite de Knightmare dans un mois et demi, après l’intermède The Price par Josh Williamson

– Myplasticbus

Aquaman #44

Collection

Rebirth

Scénario

Kelly Sue DeConnick

Dessins

Robson Rocha

Pas grand chose à dire sur ce deuxième numéro de DeConnick avec son arc « Unspoken Water », qui est encore très introductif et met du temps à démarrer. Cependant, c’est loin d’être mauvais pour autant, déjà parce que cette auteure écrit vraiment bien et que son scénario présente un certain intérêt. On peut en retirer une analogie sur le réchauffement climatique bienvenue, un message sur l’inaction des gens qui ont le pouvoir (en l’occurrence Aquaman et Caille) et une utilisation des mythologies à travers le monde très appréciable. Rien à redire sur les dessins, Rocha fait bien son travail et pose une certaine ambiance sans trop en faire. Si le récit s’accélère quelque peu dans les prochains numéros tout en gardant sa pertinence, ce serait parfait, mais Aquaman vaut toujours le coup d’œil sous ce nouveau règne.

– Sledgy7

Collection

Rebirth

Scénario

Adam Glass

Dessins

Bernard Chang

Le pitch de base est relativement alléchant : les Teen Titans s’infiltrent dans la batcave ! Et pourtant, tout cela n’est qu’une excuse pour essayer de faire avancer doucement le plot de fond concernant la quête de Robin. Le point fort de ce numéro reste bien évidemment le lien entre Damien et Alfred, son grand-père de substitution. Adam Glass parvient joliment à décrire le lien qui unit les deux personnages, et combien le majordome peut servir d’ancre morale au jeune héros…  Malheureusement, le reste de l’équipe ne sert que de faire-valoir à Damian, comme s’ils n’avaient franchement rien d’autre à dire sur les autres. Red Arrow grogne en faisant respecter les règles. Crush est à l’arrière-plan, tout comme Wally. Djinn a littéralement disparu, et Roundhouse fait rigoler, comme d’hab. Reste un numéro efficace, mais qui me laisse quand même de plus en plus sceptique sur l’orientation que prend le personnage de Robin…

– Myplasticbus

1
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
mavhoc Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
mavhoc
mavhoc

Merci pour les reviews de la semaine. Tout à fait en accord avec Watchy sur Freedom Fighters et Myplastic sur Batman. Deux numéros de qualité pour cette semaine.