DC Comics et ses plans, on y croit plus ou moins (on vous reparlera du Black Label, le jour où il aura un sens). En revanche, le renouveau de Vertigo a un foutu potentiel. C’est de loin les récits indépendants qui sont le plus gages de qualité, en témoigne The American Way ou American Carnage. La nouvelle vague s’annonçait particulièrement intéressante. Entre autre Goddess Mode, en Juin 2018 Mark Russel était annoncé derrière un projet alléchant : Second Coming.

L’histoire pourrait se résumer au retour de Jesus sur Terre pour apprendre du « véritable messie« , alors que celle-ci se trouve protégée par l’archétype du super-héros défenseur. Mais alors que la confrontation idéologique entre la religion et l’identité du super-héros se fait attendre, l’année 2019 débute avec les réactions (tardives) des médias généralistes.

Touche pas à ma religion

Il suffit de sortir deux secondes des médias pro-comics pour voir l’ampleur qu’a pu prendre la sortie annoncée du projet. Aux Etats-Unis il est même question de prendre position, et d’une pétition pour annuler la sortie du comics recueillant plus de 100 000 votes – réaction intéressante d’un pays libertaire. Les réactions sont toutes les mêmes au sein des lecteurs de sites médiatiques catholiques – américains et français. On peut y lire qu’il s’agit de l’oeuvre de Satan, que DC est sur sa fin, que personne ne ferait ça avec une autre religion. Certains sites comme thecatholicuniverse.com, prennent une position radicale et s’insurgent. Second Coming serait une moquerie intolérable.

Cette réaction touche la communauté chrétienne en générale, mais est également partagée avec certains lecteurs de comics. Fort d’une polémique médiatisée, on peut dors et déjà s’attendre à de nombreuses complications. Mark Russel semblait confiant en son projet, et pense toujours à une suite selon le succès du titre. La communication est des plus réussies, seulement les commandes des comic-shops risquent d’être plus compliquées que prévues.

Car tel est le centre du problème : personne n’a encore pu lire le premier numéro. L’insurrection est-il pour autant injustifiée ?

Un second degré cher payé

Cet acharnement envers Mark Russell n’est pas innocent. En 2013, il sort un recueil de récits inspirés de la Bible dans : God Is Disappointed in You. Le scénariste réécrit de manière très ironique les récits majeurs de l’oeuvre. La démarche est tout à fait critiquable. Mark Russel était déjà sur liste noire, ce qui ne l’a pas empêché de sortir un second volume : Apocrypha Now.

Si personne n’a lu ce titre, certains savent à quoi s’attendre. Mark Russell joue avec la religion. Et là où beaucoup pensent à un acharnement envers des catholiques passifs, il faudrait peut-être ouvrir les yeux et comprendre qu’il s’agit d’un désir de moderniser une culture commune, dans laquelle il a baigné lui aussi. Cet attachement à une sacralisation est particulièrement nocive, et créatrice de conflits. Alors que certains prônent la liberté d’expression, d’autres demandent la liberté de croyance. En quoi une parodie réflexive empêche ou entrave la vie d’un croyant ?

La phrase choc se trouve dans la description de la pétition, écrit comme un pamphlet qui trouve de bon goût de citer FoxNews. Elle demande à l’éditeur s’il pense qu’un même traitement pourrait être toléré au sein d’autres religions, en faisant apparaître Mahomet ou Bouddha. Et il est étrange que personne n’ait répondu Les vacances de Jésus & Bouddha de Hikaru Nakamura, un manga populaire. On pourrait également remettre sur la table La Bible de Loup.

La religion est un pan exploitable dans toute forme d’art, du cinéma à la littérature. Et je n’engage même pas le thème de la nudité, troublant une nouvelle fois l’esprit puritain de l’autre côté de l’atlantique.

Nous entrons en 2019, et encore une fois, l’ouverture d’esprit est une résolution qu’internet ne parvient pas à tenir.

11 COMMENTS

  1. « On peut y lire qu’il s’agit de l’oeuvre de Satan, que DC est sur sa fin, que personne ne ferait ça avec une autre religion. »
    et
    « Elle demande à l’éditeur s’il pense qu’un même traitement pourrait être toléré au sein d’autres religions, en faisant apparaître Mahomet ou Bouddha. Et il est étrange que personne n’ait répondu Les vacances de Jésus & Bouddha de Hikaru Nakamura, un manga populaire. »

    On peut en effet se demander ce que donnerait la même chose du coté de Mahomet et de l’Islam.
    Vu que ceux qui ont tenté la chose vivent désormais sous protection policière (coucou Salmane Rushdie), ont été agressés, boycottés… (coucou les caricatures Danoises) voire même l’ont payé de leur vie (coucou Charlie Hebdo), l’on imagine bien pourquoi on peut se permettre impunément de tenter cela du coté chrétien…

    La chose n’est pas choquante de mon point de vue et en effet, l’on devrait pouvoir critiquer ou créer en se basant sur la religion.
    Cela ne rend pas les arguments des opposants moins valables quand ils s’appuient sur cette différence de traitement, ils peuvent dire que l’on « tape » toujours sur les mêmes.

    Exemple intéressant pour la religion bouddhiste mais où est l’exemple pour l’islam ?

    • La question demeure. La critique est plus libre du point de vue du roman et de l’essai que de la bd.

      Comme quoi, la représentation gêne plus que la pensée critique véritable.

    • Comme tu le dit toi-même : c’est fait à propos de l’Islam également, mais c’est mal reçu par une partie de la population (et parfois de manière très agressive, pour être dans l’euphémisme). Comme ce comics d’ailleurs. Donc l’un dans l’autre, comme tu le dis toi-même on doit pouvoir faire ce qu’on veut.

  2. Au vu de la réaction de certains ici quand tel ou tel auteur s’amuse avec leur personnage de fiction préféré (que ce soit HiC, Ci ou BvS) afin de moderniser une culture commune, on devrait avoir peut être plus d’empathie à ce type de réactions lorsqu’il s’agit d’une chose aussi intime que la religion. Mais j’ai l’impression que l’ouverture de l’esprit est plus attendu chez notre prochain que chez nous, malheureusement.

    • Il n’est pas question de catégoriser telle ou telle communauté (au contraire). Le plus dommage est que ta réflexion soit juste.

      • Je ne souhaite nullement catégoriser des communautés. Ce n’est pas mon propos. Je m’amuse plutôt de voir certain à appeler à l’ouverture d’esprit lorsque ce sont les premiers à condamner des auteurs lorsqu’ils tentent de moderniser notre univers préferé. C’est tout ;-)

  3. J’avoue que pour ma part, de ce que j’en vois, je trouve pas ça super respectueux, mais bon, même en étant concerné, j’avoue que ça m’en touche une sans faire bouger l’autre …

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.