Introduction

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Wonder Comics, un nouvel imprint par Bendis

C’est une histoire sympa, je vous promet. Installez-vous bien. Ca se passe lors de la dernière NYCC, en octobre dernier. Comme d’hab, sur le panel DC, t’avais Dan DiDio et Jim Lee qui chillaient tranquillement, à vivre leur vie et à raconter leurs petites histoires sur les titres en cours, les nouveaux auteurs et les petits projets pour l’anniversaire de Batman l’octogénaire… Rien de bien méchant, quoi. Et soudainement, ils se sont mis à parler de leurs imprints. On s’est rendu compte de rien. Mais là, qui subitement, qui débarque sur scène ? Brian Michael Bendis ! Si, si, je vous jure, encore lui ! Et tout ça pour quoi ? Annoncer encore un nouvel imprint ! Oui, encore un nouveau ! Un imprint du nom de Wonder Comics, centré autour des héros plus jeunes de l’univers DC, managé par Bendis lui-même.

Wonder Comics, c’est donc un imprint orienté autour du public young adult (comme DC Ink, soit autour de 12-18 ans) comprenant 4 séries, qui rapportent du neuf tout en surfant sur un peu d’ancien. Pour le neuf : Teen Lantern, une jeune bolivienne qui hacke une lanterne de la volonté, Jenny Hex, la petite fille de Jonah, ou encore la série Naomi, sur une jeune fille énigmatique qui enquête sur ses origines après le passage de super-héros dans sa petite ville. Au niveau de l’ancien, le retour de Connor Kent, de Bart Allen, des Wonder Twins ou du concept Dial H for Hero. Ces nouvelles séries managées par Bendis sortiront au compte-goutte tout au long de l’hiver. On sait déjà que l’imprint accueillera aussi une série Amethyst avec une grosse équipe créative.

Ces nouvelles confirment que les têtes pensantes de DC continuent d’élargir leur univers en offrant à leurs auteurs phares des espaces de responsabilité où ils peuvent sortir des titres qui leur font plaisir. Pour Lee et DiDio, il y a plusieurs avantages. D’abord, de pouvoir suivre la stratégie Marvel de lancer un maximum de titres sur le marché et voir ce qui en sort. Mais aussi, de déléguer des responsabilités à certains auteurs phares, qui peuvent attirer les lecteurs sur le titre par leur gros nom (comme avec Neil Gaiman pour la ligne Sandman Universe). Je ne serais pas surpris de voir d’autres imprints de ce type fleurir encore dans l’année à venir. Cela nuit peut-être un peu avec l’idée d’un univers unifié et cohérent, comme on pouvait le voir avec Rebirth, mais après tout, DC a toujours un peu fonctionné avec différentes petites maisons éditoriales en son sein…

Dossier – 2018, une année chez DC Comics - Partie 4 : Automne

James Gunn sur Suicide Squad 2

En juillet 2018, suite à une série d’anciens tweets pas drôles et sérieusement limites ressortis par un blogueur de l’alt-right, James Gunn s’est fait virer de chez Disney. Il avait été l’un des architectes de la phase 2 de chez Marvel Studios, et beaucoup ont été surpris par la violence de ce renvoi. Les acteurs des Guardians ont essayé de faire une lettre de soutien public. Il y a eu beaucoup (beaucoup) de discussions et de débats en ligne (et probablement hors-ligne). Mais rien n’a fonctionné : James Gunn a été viré de chez Disney, sa carrière annoncée comme quasiment finie. A première vue, cette nouvelle n’avait rien à voir avec l’univers DC, à part en tant qu’intérêt pour ce que fait la concurrence.

Mais en octobre, un gros coup tombe : James Gunn pourrait rejoindre Warner pour Suicide Squad 2, en tant que scénariste, voire réalisateur. Et pourtant, on avait annoncé peu de temps avant la finalisation du script, qui était déjà attaché à un réalisateur, Gavin O’Connor. Cette annonce montre que les choses étaient moins évidentes qu’il n’y paraît… En réalité, Gavin O’Connor s’est éloigné de la production car son script pour Suicide Squad 2 était trop proche de Girls of Prey. James Gunn a donc été embauché pour trouver de nouvelles directions à l’équipe de vilains. Certains vont même jusqu’à parler de “reboot” (même s’il faudrait ).

Selon votre tolérance au travail de Marvel Studios et de James Gunn, vous serez sans doute plus ou moins ravi de la nouvelle. Les uns diront sans doute que vouloir copier la formule Marvel n’est pas une bonne idée, et que la dernière fois que Warner a embauché un gros monsieur de chez la concurrence, ça ne s’est pas bien passé. D’autres, au contraire, seront peut-être heureux et rassurés de le voir aux commandes d’un renouvellement de l’équipe. Et d’autres encore diront que tant que la production de Warner n’est pas fiable, peu importe le réalisateur aux commandes… Personnellement, j’en suis très curieux.

Mandatory Credit: Photo by Vianney Le Caer/REX/Shutterstock (8628323h)<br /> James Gunn<br /> 'Guardians of the Galaxy Vol.2' film premiere, Arrivals, London, UK - 24 Apr 2017

1
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Jo Ker Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Jo Ker
Jo Ker

Il m’a fallu un peu de temps pour tout lire (je parle des 4 saisons hein) mais j’ai tenu le coup :)
Merci beaucoup pour ce très gros dossier, très bonne rétrospective qui restera comme une référence lorsqu’on se demandera ce qui s’est passé en 2018.