Intro

Janvier

Février

Mars

Janvier

Scott Snyder annonce les nouvelles orientations de la Justice League

Alors qu’il s’était fait relativement discret aux débuts de Rebirth, plus ou moins cantonné à son All-Star Batman, Scott Snyder est revenu en force durant l’année 2017 avec l’event Metal. Ce qui était au départ annoncé comme une petite mini-série par Snyder et Capullo est petit à petit devenu l’événement majeur de 2017, annonçant des répercussions gargantuesques sur l’univers DC. Plus on voyait Geoff Johns disparaître et Doomsday Clock accumuler les retards (et avec lui, tout l’esprit de Rebirth), plus on voyait Scott Snyder prendre de l’importance chez DC. Et le début d’année 2018 n’a fait que le confirmer, en annonçant l’arrivée de Snyder sur le titre Justice League, à la dérive sous l’autorité de Bryan Hitch.

En janvier, Snyder annonce donc que suite à la fin de Metal, il écrirait une mini-série en 4 numéros, No Justice, qui teaserait la suite des orientations de DC sur la Justice League, et notamment son propre run. La suite, on la connaît aujourd’hui, et il faut avouer qu’elle est plutôt mitigée. No Justice s’est avéré être un pet dans l’eau douteux à l’image de Metal, l’ambition en moins. Son run sur Justice League est infusé par l’esprit de la deuxième moitié des années 90, notamment la série animée et le run de Morrison… mais sans toujours en comprendre l’esprit. Les meilleurs numéros de son run sont écrits par James Tynion IV, qui offre aussi un travail très solide sur Justice League Dark. Et le dernier rejeton de la ligne New Justice, à savoir Justice League Odyssey par Joshua Williamson a été retardé de plusieurs mois, pour se révéler au final complètement dispensable. Snyder, Tynion et Williamson ont beau régulièrement teaser des choses “incroyables” à venir, pour l’instant, ils n’ont pas réussi à gagner ma confiance… Dossier – 2018, une année chez DC Comics - Partie 1 : Hiver

Restructurations chez DC Films

Côté cinéma, la fin de l’année 2017 aura également été placée sous le signe de l’échec du film Justice League, qui a déçu au box office comme dans les critiques. Et comme après chaque échec de film, on cherche les responsables et les têtes à couper. Dans ce cas présent, c’est les deux présidents de DC Films qui sont gentiment mis de côté. D’abord Jon Berg, qui est officiellement remis de ses fonctions pour accompagner Roy Lee à la production de Lego Movie. Aussi Geoff Johns, qui tout en conservant (pour l’instant) sa place de Chief Creative Officer et de président de DC Entertainment, a été retiré de ses fonctions de co-président de DC Films.

Avec un an de recul, on peut réaliser que ce sort a été un peu injuste pour les deux compères, qui sont arrivés assez tard sur la bataille Justice League et n’ont probablement pas eu grand chose à dire sur le film. Lorsqu’on observe le compte Twitter de Johns, on s’aperçoit assez vite que contrairement à Wonder Woman ou même Shazam, il n’a pratiquement jamais promu ni même parlé de Justice League. Malgré leur statut de producteur sur le film, Berg et Johns ont clairement été les boucs émissaires de l’échec du film.

Mais la mauvaise nouvelle des uns fait la bonne nouvelle des autres. Ces restructurations ont aussi permis à Walter Hamada, architecte des succès de Conjuring ou It chez New Line (filiale de Warner) et producteur de Shazam, de devenir le nouveau président unique de DC Films. Malgré ses succès dans l’horreur, nous attendons encore de voir Hamada faire ses preuves… Toujours est-il que sa discrétion ne font pas de lui un concurrent sérieux de Kevin Feige en terme de comm’. Même si, bien sûr, DC Films n’est pas obligé de suivre la même dynamique que Marvel Studios, un personnage clé et identifiable pour soulager une communication chaotique, ça ne fait pas de mal…

Dans la même veine de restructurations, DC Films est passé sous l’autorité plus appuyée de Toby Emmerich (lui-même ancien président de New Line…), qui est passé de président à chairman de Warner Bros Pictures Group. Il se retrouve donc responsable de la production, du marketing, et de la distribution des films. Il se retrouve ainsi juste en dessous du PDG Kevin Tsujihara, qui a pris du recul dans l’opérationnel en lui confiant certaines de ses tâches.

Dossier – 2018, une année chez DC Comics - Partie 1 : Hiver

4
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
mavhoc Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
mavhoc
mavhoc

Bonne idée ! Assez amusant de voir comment le premier trimestre 2018 n’a été qu’une suite d’annonces qui ont été décevante : Bendis avec sa mini-série Man of Steel (tout égard à la suite de son travail mis de côté), la mini-série No Justice de Snyder, le Black Label … Bref, si on a bien vu les soucis cinématographiques chez DC au premier trimestre 2018 c’est vraiment dans les annonces comics qu’on peut le plus rigoler en voyant les futurs échecs !

trackback
Dossier – 2018, une année chez DC Comics - Partie 2 : Printemps | DCPlanet.fr

[…] Après l’hiver vient le printemps. Bienvenue dans la deuxième de ce gros dossier-bilan sur 2018 chez DC, qui couvre les mois d’avril à juin. Dans ce dossier, nous revenons ensemble sur cette fameuse année, en retraçant quelques grands événements qui ont secoué notre éditeur de comics favori. […]

trackback
Dossier – 2018, une année chez DC Comics - Partie 3 : Été | DCPlanet.fr

[…] si ce n’est pas fait à la lecture de la première et seconde partie avant, […]

trackback
Dossier – 2018, une année chez DC Comics - Partie 4 : Automne | DCPlanet.fr

[…] si ce n’est pas fait à la lecture de la première, seconde et troisième partie avant, […]