C’est toujours avec une certaine curiosité qu’on attend la fin du mois pour lire les récits complets de Justice League (ou de Batman). Et parmi les différentes séries proposées, c’est Green Lanterns qui se démarque assez des autres avec quatre récits au compteur. Ce cinquième volet signe la suite des aventures de Jessica Cruz et de Simon Baz après leur altercation contre Volthoom. Voyons comment Sam Humphries conclue son run, lui qui a été à l’écriture de ces nouveaux personnages depuis le début de l’ère Rebirth.

LA FORMATION RÉVÈLE L’APTITUDE, LE TERRAIN RÉVÈLE LA COMPÉTENCE

Dans le récit précédent, Rami, le Gardien rebelle possédé par l’esprit de Volthoom, révélait son intention de mettre la main sur la lanterne de voyage afin de sauver sa planète d’origine. Non sans se soucier des conséquences de son acte, son plan consistait à réunir les anneaux des premiers Green Lanterns créés à partir de cette lanterne. Lorsque Simon et Jessica tentèrent de le stopper, Volthoom fut beaucoup trop puissant pour eux. L’anneau de Simon explosa durant l’affrontement, et celui de Jessica eut une réaction inattendue, qui les transporta tous les deux dans le passé.

Ce passé s’avéra être un voyage de dix milliards d’années en arrière, lorsque les Gardiens de l’univers ne purent plus stopper la crise de folie du Volthoom du passé. Dans un élan d’espoir, Rami avait déployé les anneaux à la recherche de futurs porteurs méritants. De nature rebelle, belliqueuse ou complètement désintéressée, ces premières recrues représentent la seule force capable de stopper le Premier Lantern. Le temps est compté pour Jessica et Simon car, avec leur maigre expérience du terrain, ils vont devoir former à leur tour ces futurs Lanterns.

THE SEVEN GREEN EXPENDABLES

Jessica et Simon ne sont pas des héros crées lors du relaunch Rebirth. Déjà présents dans les séries New 52 de Justice League et de Green Lantern, ils avaient été très peu développés. Partageant des aventures aux côtés de Batman ou de Flash, on aurait pu croire que les crossovers étaient les seuls à proposer des défis difficilement surmontables seul. Mais pas pour cette histoire de voyage dans le temps de Jessica et Simon. Et c’est sur ce point que l’auteur risque de se frotter au travail d’une chronologie déjà bien établie par ses prédécesseurs. En effet, Sam Humphries décide d’utiliser ce dernier thème pour capter l’intérêt du lecteur et montrer à quel point ses héros ont grandi. C’est intéressant de voir les décisions entreprises, mais cela pose aussi pas mal d’incohérences d’un point de vu cognitif. Bien que l’on assiste à la formation des sept premiers Green Lanterns, le récit ne tournera pas autour d’eux. En effet, Simon et Jessica ne restent jamais en retrait, et sont très actifs. On se demande alors comment cela se fait que les Gardiens de l’univers n’aient pas conservé une trace d’eux suite à leurs agissements.

Niveau caracterisation des autres personnages, les sept Lanterns ont tous des personnalités bien distinctes, et c’est un bon point. En passant par la fanatique, le voleur, la guerrière, le justicier, etc… il y a un certain équilibre entre leurs bas instincts égoïstes de départ, et leur devoir de se battre pour une cause juste. Quant à l’antagoniste Volthoom, il est seulement traité dans le dernier acte du récit. Lors du combat, on ressent une impression de déjà-vu avec un certain Frank Laminski, porteur de l’anneau fantôme dans le deuxième arc de la série. Malgré tout, l’auteur réussit à faire passer son message: ce ne sont pas les actes passés qui définissent les héros, mais les choix qu’ils font. Certes, on ne peut pas faire plus simpliste, mais que c’est bon (enfin!) de voir un Simon qui réfléchit plus, et une Jessica qui donne (ironiquement) de la confiance à d’autres débutants.

Côté dessin, on retrouve la même équipe d’artistes que dans les récits précédents. Le désir de présenter des personnages pour la plupart humanoïdes n’est pas très original, mais cela permet de mieux transcrire les émotions. On s’attache plus à Tyran’r ou Kaja Dox, que Brill par exemple. Le rendu de Eduardo Pansica, en particulier, est encore une fois fort appréciable, avec un travail sur la finesse des visages vraiment beau.

Un peu à l’image d’un Nightwing Rebirth paru en librairie, Green Lanterns partage les mêmes intentions que ce dernier, c’est-à-dire faire découvrir aux nouveaux lecteurs la richesse de l’univers DC. Avec une caractérisation simple et sympathique, ses personnages restent très accessibles pour ceux qui ne souhaitent pas se farcir des dizaines d’années de comics.  Certes Sam Humphries n’a pu donner une réelle conclusion à tous ses arcs, mais il a su nous rendre les personnages de Jessica Cruz et Simon Baz très attachants et terre à terre.

Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Jessica et Simon dans le rôle de formateurs
- Les sept premiers lanterns
- La qualité régulière de l'équipe artistitique, tant sur l'écriture que les dessins
Les -
- Des incohérences chronologiques
- Un Volthoom sous-exploité
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de