Marquée par l’arrivée de la nouvelle plate-forme DC Universe, 2018 a été la rencontre avec le premier produit officiel. Ce projet qu’on pourrait considérer comme de longue date (Blackbirds,…) a abouti sur une série de onze épisodes, et un ton sombre et violent créateur d’un profond clivage au sein des amateurs de comics. Impossible à faire rentrer dans une catégorie, Titans est une série instable disponible en France depuis le 11 Janvier sur Netflix.

Lumos Maxima

La série se concentre sur le personnage de Dick. Le début de la saison marque sa rupture de tout rapport à Batman, et expose ses démons, mais surtout un caractère instable. Possédant déjà le profil de leader de par son expérience, les démons qui le rongent forment le ton de la série. Des adolescents plus ou moins torturés. Raven est pourchassée, Starfire est amnésique et Beast Boy veut retrouver sa liberté. Le parti pris de la tonalité sérieuse et sombre n’est pas gratuite. Elle est pleinement acquise avec un plot initial dramatique, s’accentuant au fil des épisodes à coups de révélations.

Avec cet aspect général s’accorde une violence prononcée, justifiée par l’histoire et la rage intérieure des personnages. Parfois choquante, elle s’expose à travers du sang giclant sur les murs, des personnages défigurés, ou encore des non-dits. Ce sont les non-dits qui posent le plus de problèmes, et mènent à débat. Peut-on commettre un massacre pour quelques heures de torture ? Si on peut tout aussi bien rester offusquer, on peut également apprécier le rôle de héros utilisé pour soulever ce type de question et redéfinir les limites du code de super-héros.

Cependant, au delà de la lecture, l’aspect sombre et la violence de la série prennent de grands risques au point de parfois tomber dans les limites du mauvais goût. Lorsqu’elle manifeste ses pouvoirs, Raven et ses yeux noirs peut parfois inspirer plus de dégoût que de peur. Voir Robin émasculer un ennemi peut nous poser des questions sur les limites du raisonnable. Ces arguments majeurs qui définissent la série reflètent parfaitement sa qualité : un fond réfléchi, souffrant d’un certain mauvais goût dans sa forme.

Une question de progression et d’univers vivant

Titans propose un élément novateur pour une série de super-héros : une progression continue. Le storytelling agit de deux manières différentes. De manière classique, il essaie maladroitement d’introduire les personnages principaux, pour jouer sur la focalisation sur Dick. De là, l’histoire va s’étirer sur plusieurs parties. Dick restera l’objet d’intérêt central. Suivi par l’enquête de Starfire et Raven. Et enfin, les personnages secondaires. Pour chaque épisode, la série poursuit une progression plus ou moins importante, et attire inlassablement le spectateur a revenir et suivre l’épisode suivant – sans user des techniques de teaser/cliffhanger classiques pour simuler l’intérêt.

Si Titans sait imposer son rythme, il sait également étoffer son univers. Introduits tôt dans la saison, Hawk et Dove (puis Donna Troy) ne tiennent pas un rôle de figurants, mais de personnages moteurs au sein du scénario. Une attache se forme auprès de personnages parfaitement délaissés dans les comics depuis bien longtemps. C’est un jeu dépassant le statut de fan-service facile auquel nous sommes habitués. Plus que des apparitions, ils témoignent d’une compréhension de l’esprit du comics Titans : une ancienne alliance de sidekicks amis, s’étant perdus de vue. Plus qu’une équipe reflétant la composition de Marv Wolfman et George Perez, Titans évoque des rencontres et un véritable réseau d’alliés, que nous risquons bien de retrouver pour la seconde saison.

Mais cette focalisation et cette présentation d’un univers se fait au détriment d’une caractérisation incomplète ou légère pour les personnages principaux. Ainsi, les accès de colère de Dick et la violence qu’il manifeste sont souvent incomprises et sont sujets à interprétations. Il en va de même pour l’écriture progressive de la saison, qui s’arrête sur ces personnages, les étapes du scénario. Amputée d’un épisode en moins, la série accélère sa progression de manière démesurée sur ses deux derniers épisodes. On assiste à un final témoignant d’un manque de moyen et/ou de confiance en ce projet.

Réalisation entre deux extrêmes

En accord avec la série, la réalisation surprend comme elle déçoit. Elle se révèle marquante par quelques idées comme dans le second épisode, par sa capacité à suggérer l’action tout en faisant passer l’émotion ou la violence. De même avec le neuvième épisode, abordant le sujet délicat de la pédophilie sans tabou, et avec une situation particulièrement malsaine. La série possède ses épisodes forts, qui ne se limitent pas à un contenu important pour son histoire. La réalisation tient un rôle majeur. Mais lorsque celle-ci déraille, le reste suit.

C’est le cas de ce dernier épisode. Si on se plaignait du premier épisode pour son montage vidéo et audio, ce final est des plus décevant, car profondément conventionnel. La série ne répondait pas à un schéma prédéfini, découpé à la truelle pour passer d’une intrigue à une autre. La série possédait une manière de filmer l’action autrement que par une succession de cuts, ou un même travelling. La caméra variant, s’adapter aux capacités des personnages, à la scène malgré ses moyens. Et c’est affligeant de la voir s’y résoudre dans certains épisodes, faute à ce système de production passant la caméra à différents réalisateurs issus de différents contacts.

Titans s’affirme comme une série forte d’un potentiel, trébuchant à plusieurs reprises faute de bien des maladresses. Néanmoins, elle possède un charme indéniable. La série ne prétend pas adapter telle oeuvre, et s’affirme comme produit d’une adaptation inédite. Ses changements sont bienvenus, son univers intrigue, et si on peut lui reprocher bien des choses, elle apparaît pour le moment comme une série digne d’intérêt.

 

Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (1 vote)
Les +
- Un univers super-héroïque crédible
- Un rythme prenant
- Le sens du titre Titans compris et appliqué
- Une réalisation tantôt efficace...
Les -
- ... tantôt décevante
- Une fin précipitée
- Caractérisation délaissée/incomplète
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}